Dos au mur

Nicolas Rey a commis un plagiat. Il est ruiné. Il est malade et les médecins ne sont guère optimistes. Cette fois dos au mur, il décide de tout raconter pour se libérer de ses crimes. Et de ne plus mentir. Car il mentait. Depuis longtemps, à tous et toutes. Voilà donc enfin sa grande catharsis, sa confession, voilà son grand roman rédempteur sur le mensonge. Enfin, il avoue tout et dit la vérité, toute la vérité. Sur tout : maladie, argent, drogues, inspiration et pannes, plagiat, infidélité, lâcheté masculine, amour et tromperies, travail, amis, famille... On reconnaîtra bien des protagonistes et on s'amusera à découvrir les autres. On rira beaucoup, on sera ému aux larmes. Si le roman c'est le mentir-vrai, Nicolas Rey écrit une désopilante fiction du réel, dans laquelle la vérité devient fiction. Mais de sa vie à ses relations avec les éditeurs, c'est aussi l'envers du décor et la condition d'un auteur du vingt-et-unième siècle qu'on lit. Un auteur de haut vol !

Parution :
Maison d’édition : Au diable vauvert
Genres :

À propos de l’auteur

Nicolas Rey, 43 ans, Prix de Flore à 28 ans, est l’auteur du best-seller Un léger passage à vide dans lequel il raconte les affres de l’alcoolisme mondain, puis de l’alcoolisme tout court. Il est l’auteur de sept romans publiés aux éditions du Diable Vauvert.

Réalisateur, il a reçu en 2015 le César du meilleur court-métrage pour La Femme de Rio. Il a été chroniqueur sur France Inter, Canal+, D8 et à VSD, au Figaro et au magazine Lui, dirigé par Frédéric Beigbeder. Il fait des lectures musicales dans toute la France depuis avril 2015.


Deux amants c’est beaucoup mieux

Paris, 12 novembre 1918, jour de la première de la comédie musicale Phi Phi. Deux jeunes artistes, accompagnés d'une modèle et d'un vieux dandy, déambulent à la recherche d'idées pour en finir avec l'horreur de la guerre et les langueurs de la Belle Epoque. Ils découvrent les rythmes américains, la comédie des apparences, le plaisir d'aimer et de tromper. Leurs expériences de cette journée esquissent un style de vie qu'on associera plus tard aux Années folles.

Parution :
Maison d’édition : Incipit
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :

À propos de l’auteur

Benoît Duteurtre est un romancier, essayiste et critique musical français. Il est également producteur et animateur d'une émission de radio musicale. Il partage son temps entre Paris, New York et la Normandie.

Le premier roman de Duteurtre, "Sommeil perdu", est publié en 1985. En 1987 est publié "Les Vaches".
Son roman "L’Amoureux malgré lui" est publié en 1989, suivi par "Tout doit disparaître" en 1992.
"Requiem pour une avant-garde", un essai publié en 1995, analyse et critique la musique contemporaine et son institutionnalisation en France.
En 1996 est publié le roman "Gaieté parisienne" qui traite de la communauté gay parisienne.
"Service Clientèle", publiée en 2003 est une série de courts chapitres qui aborde les difficultés que chacun peut rencontrer face aux assistances commerciale et technique des entreprises qui vendent des téléphones mobiles, des tickets d'avion ou des connexions Internet.
"Chemin de fer", publié en 2006, présente le journal intime d'une femme d'une cinquantaine d'années qui partage sa vie entre sa brillante carrière à Paris et son amour pour une petite masure dans un village de montagne où elle essaie de vivre coupée du monde moderne.
"Ballets roses", sorti en 2009 s'intéresse aux parties fines de l’ancien président de l’Assemblée, André Le Troquer, avec de jeunes adolescentes.
"Le Retour du Général", publié en 2010, est une fantaisie qui imagine le retour du Général de Gaulle, âgé de 120 ans dans la France d'aujourd'hui.
Il est suivi par deux nouveaux romans à caractère autobiographique : L’Été 76, inspiré par l'adolescence de l'écrivain, et A nous deux Paris, qui évoque – après une épigraphe rappelant le défi de Rastignac au Père-Lachaise – les débuts à Paris dans les années 1980 d'un personnage qui n'est pas sans ressemblances avec l'auteur.
En 2014, il publie ''l'ordinateur du paradis" où il renoue avec une veine fantaisiste, où le réalisme se mêle à l'imagination pour mieux éclairer notre présent.
En 2016, il sort "Livre pour adultes" aux éditions Gallimard.

Benoît Duteurtre est journaliste pour l'hebdomadaire Marianne, écrit aussi pour Le Figaro littéraire et Le Monde de la musique.

Depuis 1999, il est producteur et animateur d'une émission de radio "Étonnez-moi Benoît", diffusée chaque samedi sur France Musique et consacrée à l'opérette, à la chanson traditionnelle et de toutes les époques et à la musique légère.


Coffret “Premières fois”

Le coffret réunissant les 10 ouvrages de la collection "Premières fois", portée par les Éditions Prisma et Steinkis Groupe. Sur des thèmes variés, de grands écrivains racontent une première fois historique ou universelle, dans des récits mêlant fiction et réalité. Avec Eliette Abécassis, François Bégaudeau, Philippe Besson, Benoît Duteurtre, Nicolas d'Estienne d'Orves, Patrick Eudeline, Philippe Jaenada, Gilles Pudlowski, Nicolas Rey et Gonzague Saint-Bris.

Parution :
Maison d’édition : J'ai lu
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :

À propos des l’auteurs

Patrick Eudeline

Patrick Eudeline est écrivain, chanteur, guitariste et dandy punk. Il est notamment l'auteur des romans Dansons sous les bombes, Rue des Martyrs (tous deux chez Grasset), et Vénéneuse (Flammarion).
Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Philippe Jaenada

Philippe Jaenada a grandi à Saint-Germain-en-Laye, puis est arrivé à Paris au milieu des années 1980 où il enchaîne les petits boulots pendant plusieurs années. Sa première nouvelle est publiée en 1990 dans L'Autre Journal. Les sept premiers romans de Philippe Jaenada sont d'inspiration autobiographique. Outre ses livres, il écrit pour le magazine Voici.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Nicolas Rey

Nicolas Rey, 43 ans, Prix de Flore à 28 ans, est l’auteur du best-seller Un léger passage à vide dans lequel il raconte les affres de l’alcoolisme mondain, puis de l’alcoolisme tout court. Il est l’auteur de sept romans publiés aux éditions du Diable Vauvert.

Réalisateur, il a reçu en 2015 le César du meilleur court-métrage pour La Femme de Rio. Il a été chroniqueur sur France Inter, Canal+, D8 et à VSD, au Figaro et au magazine Lui, dirigé par Frédéric Beigbeder. Il fait des lectures musicales dans toute la France depuis avril 2015.


Nicolas d'Estienne d'Orves

À trente-six ans, Nicolas d'Estienne d'Orves a imposé sa personnalité singulière depuis ses débuts de critique au Figaro littéraire. Mélomane averti, il a affirmé sa passion pour l'opéra, la musique militaire et la chanson paillarde dans le mensuel Classica et l'émission « Étonnez-moi Benoît » de Benoît Duteurtre, sur France Musique, ou son passage a marqué les esprits. Son œuvre romanesque frappe par son originalité : fils spirituel de Barbey d'Aurevilly et de Reiser, Nicolas d'Estienne d'Orves reste fasciné par le monstrueux et le baroque, mais son humour caustique et sa curiosité insatiable pour ses contemporains en font un romancier de la drôlerie et de la légèreté. En 2002, Fin de race(Flammarion) lui vaut un concert d'éloges critiques, et Othon ou l'Aurore immobile (Les Belles Lettres) est couronné par le prix Roger-Nimier. Insensible au sectarisme parisien, Nicolas d'Estienne d'Orves s'essaie au grand roman populaire en 2007 ; Les Orphelins du mal (XO) se révèle un coup de maître et un best-seller mondial. Première véritable incursion dans l'écriture autobiographique, Je pars à l'entractesonne le grand retour de Nicolas d'Estienne d'Orves dans l'espace littéraire, et surprendra tous ses lecteurs par sa tonalité implacable.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Philippe Besson

Depuis Son frère, publié en 2001 et adapté dans la foulée par le réalisateur Patrice Chéreau, Philippe Besson, auteur entre autres de L’Arrière-saison et de La trahison de Thomas Spencer, est devenu un des auteurs incontournables de sa génération. Il a par ailleurs écrit le scénario de Mourir d’aimer (2009), interprété par Muriel Robin, de La Mauvaise rencontre (2010) avec Jeanne Moreau et du Livre de Paul, le prochain film de Laure Duthilleul. Depuis la rentrée 2010, il anime l’émission Paris Dernière sur la chaîne câblée Paris Première. En janvier 2010, il a publié Retour parmi les hommes, la suite de son premier roman, En l'absence des hommes.


Eliette Abécassis

Eliette Abécassis est un écrivain et philosophe français, née à Strasbourg.

Elle est la fille d’Armand Abécassis, professeur de philosophie et penseur du judaïsme renommé.

Son oeuvre comporte des thrillers ésotériques (la trilogie du Qumran, Sépharade, Le Palimpseste d’Archimède), des livres intimistes et contemporains (Mon père, Un heureux événement, Une affaire conjugale, etc), ainsi que des essais (Petite métaphysique du meurtre, Le livre des passeurs).

Eliette Abécassis écrit aussi pour le théâtre (La Fiancée Orientale), le cinéma (Kadosh, Un heureux événement) ou la chanson française. Elle intervient régulièrement à la télévision (Les grandes questions, Franz-Olivier Giesbert sur France 5), à la radio (France Inter) ou collabore avec des journaux comme le Huffington Post, Elle ou le Figaro, dans des critiques littéraires ou pour donner un regard philosophique sur l’actualité.

Auteur du « Corset invisible », elle est engagée auprès d’associations de défense du droit des femmes et des enfants et contre la violence faite aux femmes : Le CorP, qu’elle a contribué à créer, contre la marchandisation des femmes et des enfants, ainsi que Exils intra muros, qui défend les familles dans la rue, ou encore soslesmamans, dont elle est l’une des marraines.

Eliette Abécassis a également écrit sur le monde de la mode, (Mère et fille), et elle collabore régulièrement avec des grands couturiers ou des maisons de luxe (Louis Vuitton, Lancel, Guerlain) en prêtant sa plume ou en tant qu’égérie.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Benoît Duteurtre

Benoît Duteurtre est un romancier, essayiste et critique musical français. Il est également producteur et animateur d'une émission de radio musicale. Il partage son temps entre Paris, New York et la Normandie.

Le premier roman de Duteurtre, "Sommeil perdu", est publié en 1985. En 1987 est publié "Les Vaches".
Son roman "L’Amoureux malgré lui" est publié en 1989, suivi par "Tout doit disparaître" en 1992.
"Requiem pour une avant-garde", un essai publié en 1995, analyse et critique la musique contemporaine et son institutionnalisation en France.
En 1996 est publié le roman "Gaieté parisienne" qui traite de la communauté gay parisienne.
"Service Clientèle", publiée en 2003 est une série de courts chapitres qui aborde les difficultés que chacun peut rencontrer face aux assistances commerciale et technique des entreprises qui vendent des téléphones mobiles, des tickets d'avion ou des connexions Internet.
"Chemin de fer", publié en 2006, présente le journal intime d'une femme d'une cinquantaine d'années qui partage sa vie entre sa brillante carrière à Paris et son amour pour une petite masure dans un village de montagne où elle essaie de vivre coupée du monde moderne.
"Ballets roses", sorti en 2009 s'intéresse aux parties fines de l’ancien président de l’Assemblée, André Le Troquer, avec de jeunes adolescentes.
"Le Retour du Général", publié en 2010, est une fantaisie qui imagine le retour du Général de Gaulle, âgé de 120 ans dans la France d'aujourd'hui.
Il est suivi par deux nouveaux romans à caractère autobiographique : L’Été 76, inspiré par l'adolescence de l'écrivain, et A nous deux Paris, qui évoque – après une épigraphe rappelant le défi de Rastignac au Père-Lachaise – les débuts à Paris dans les années 1980 d'un personnage qui n'est pas sans ressemblances avec l'auteur.
En 2014, il publie ''l'ordinateur du paradis" où il renoue avec une veine fantaisiste, où le réalisme se mêle à l'imagination pour mieux éclairer notre présent.
En 2016, il sort "Livre pour adultes" aux éditions Gallimard.

Benoît Duteurtre est journaliste pour l'hebdomadaire Marianne, écrit aussi pour Le Figaro littéraire et Le Monde de la musique.

Depuis 1999, il est producteur et animateur d'une émission de radio "Étonnez-moi Benoît", diffusée chaque samedi sur France Musique et consacrée à l'opérette, à la chanson traditionnelle et de toutes les époques et à la musique légère.


Gilles Pudlowski

Gilles Pudlowski est un journaliste, écrivain, critique littéraire et critique gastronomique français. Il écrit chaque semaine pour l'hebdomadaire Le Point, mais aussi pour Saveurs, le Républicain lorrain et les Dernières Nouvelles d'Alsace. Il est également l'auteur des guides Pudlo.

Après un diplôme de troisième cycle de l'Institut d'études politiques de Paris et une licence d’histoire, il débute au Quotidien de Paris de Philippe Tesson avant Les Nouvelles littéraires. Jean-François Kahn, qui reprend ce dernier magazine, lui confie la responsabilité des pages littéraires et lui demande de prendre également en charge la chronique gastronomique, ce qui n'intéresse pas Puldowski initialement.
Christian Millau, qui le repère alors, lui propose de collaborer au GaultMillau, lui promettant une carrière de critique rigoureux en ces termes : « dans ce métier, les gens savent soit manger, soit écrire, rarement les deux, parfois aucun des deux. Si vous savez faire les deux, vous êtes sûr de réussir ».
Il écrit ensuite à Paris Match, Cuisine et Vins de France (où il crée la rubrique des « assiettes », décernant de une à trois assiettes aux bonnes tables, la marmite aux bons rapports qualité / prix et l’assiette cassée, qui fera une bonne part de sa réputation de « Zorro de la critique », aux tables décevantes). Il a notamment collaboré au Panorama du Médecin, Parcours, le Figaro, Cuisine TV, France Inter, Bon Voyage, Air France Madame. Sa notoriété est liée au Point dont il est chroniqueur attitré depuis 1986. Écrivain confirmé, Gilles Pudlowski a notamment publié des essais autobiographiques sur le thème de l'attachement à la France, comme le Devoir de Français, L’Amour du Pays (Flammarion), mais aussi Les Chemins de la Douce France (Plon) ainsi qu'un roman, le voyage de Clémence (Flammarion, 1987). On lui doit également, des anthologies littéraires (l'Année Poétique, le Goût de Strasbourg), des beaux livres (Les Grandes Gueules, Elles sont chefs, Les Trésors Gourmands de la France) ainsi qu’un manuel de savoir-vivre : Comment être critique gastronomique et garder la ligne.


Gonzague Saint-Bris

Gonzague Saint Bris est un écrivain et journaliste.

Il est le fils d'Hubert Saint Bris, diplomate et comte romain et cousin de la famille Schneider par sa mère, Agnès Mame, poète, elle-même descendante de la dynastie des imprimeurs Mame. Il est le deuxième d'une famille de huit enfants élevés au Clos Lucé à Amboise en Touraine

Autodidacte, écrivain et journaliste, il fut successivement rédacteur au "Figaro" (1980), animateur de radio libre Méga l'O (1981), vidéaste culturel, directeur de la Stratégie et du Développement du Groupe Hachette Filipacchi Médias (1987-2001), chargé de mission au ministère de la Culture et de la Communication (1986-1988), directeur-propriétaire du magazine Femme.

Attaché à la Touraine - il a été conseiller municipal de Loches - il mène pendant quarante ans des combats culturels: "Le Nouveau romantisme", les clips culturels, les radios libres, la Marche Balzac, la Marche George Sand et 14 éditions de "La Forêt des Livres" à Chanceaux-près-Loches, un festival littéraire gratuit et ouvert à tous qui reçoit chaque dernier dimanche d'août 150 auteurs dans un village forestier de 150 habitants en avant-première à la rentrée littéraire.

Gonzague Saint-Bris est l'auteur de près d'une quarantaine de livres, dont "Le romantisme absolu" (1978), de récits historiques : "Les Égéries russes" (1994), et "Je vous aime inconnue" (1999), prix Cœur de la France, et de biographies comme celles de Vigny, Dumas, Balzac, Flaubert, La Fayette. Cette dernière a atteint les 100.000 exemplaires et a reçu aux États-Unis un Award de littérature de l'Université John Fitzgerald Kennedy de Californie.

En 2002, son ouvrage d'inspiration autobiographique "Les Vieillards de Brighton" est récompensé par le prix Interallié, puis son roman "L'Enfant de Vinci" (2005) par le prix des Romancières. Le 26 janvier 2016, il reçoit le prix Hugues-Capet, mention "grand prix spécial", pour l'ensemble de son œuvre, dont sa biographie "Louis XI, le méconnu" (2015).

Âgé de 69 ans, il est décédé brutalement dans un accident de la route.


François Bégaudeau

Enseignant en disponibilité, François Bégaudeau est collaborateur régulier de diverses revues: Inculte, Cahiers du cinéma, Transfuge et chroniqueur à La matinale de Canal +. Il a co-écrit l’adaptation cinématographique d’Entre les murs avec Laurent Cantet, film dans lequel il tient le rôle principal (Palme d'Or au Festival de Cannes 2008).

Il est l’auteur :
- de romans aux Éditions Verticales :
"Jouer juste" (2003, Folio 2008), "Dans la diagonale" (2005),
"Entre les murs" (2006; Prix France Culture-Télérama; Folio 2007), "Fin de l’histoire" (2007), "Vers la douceur" (2009, Folio 2010), "La Blessure, la vraie" (2011) et "Deux singes ou ma vie politique" (2013) ;
-d'un roman aux éditions Alma : Au début (2012)
- de deux fictions biographiques aux Éditions Naïve: Un Démocrate, Mick Jagger 1960-1969 (2005) et du collectif Une chic fille (2008);
- d’un essai (avec Arno Bertina et Oliver Rohe) aux Éditions Gallimard : Une année en France (2007), et avec Joy Sorman aux éditions Larousse : Parce que ça nous plaît: l'invention de la jeunesse.

Il a co-dirigé Le Sport par les gestes (Calmann-Lévy, 2007). Il publie son Anti-manuel de littérature (Bréal) en octobre 2008 dont un prolongement paraît en 2011 "Tu seras écrivain mon fils" (Bréal).
Source : Alph. B. Seny ; Begaudeau.info


Un jour comme un autre

Parfois, dans une vie, une journée suffit à tout changer. "J'avais les cheveux longs, une barbe de trois jours, une femme qui m'aimait, deux beaux enfants, un duplex à Barbès et une maison d'édition qui portait mon nom. Samedi dernier, m'a annoncé qu'elle me quitterait ce soir, mardi 16 septembre, jour de mon dépôt de bilan. Bertil Scali est né en 1969. Il a été policier en uniforme, reporter (Nova, VSD, Paris Match), nègre. Il a rencontré un cannibale japonais, le Pape, le voisin juif d'Hitler et Serge Gainsbourg. Il a fondé les éditions Scali : au catalogue, plus de 200 titres sur la culture contemporaine. Cette aventure s'est achevée au coeur de la crise boursière. Un jour comme un autre est son premier roman.

Maison d’édition : Anabet
Genres :
Critiques :Yann Moix (Le Figaro) a écrit:

La vérité commence dès la première page, j'entends : la vérité humaine qui se dégage, soustraite aux modes, aux contingences de la séduction, aux mensonges du maniérisme, d'un style simple et net, presque poli tant il s'excuse d'exister.

Aurélie Raya (Paris Match) a écrit:

Une douce mélancolie !

Olivia de Lamberterie (France Inter, Le Masque et la plume) a écrit:

«C'est l'histoire d'un jeune homme qui perd tout en même temps, sa femme qui part, sa maison d'édition qu'il avait fondée. Ce qui est sûr c'est que Bertil Scali ne fait jamais le malin. C'est écrit dans un style qui n'en fait pas des tonnes, c'est très sincère et très désarmant comme livre.»

Nadine (Fnac) a écrit:

A travers l'histoire d'une faillite, on découvre une histoire d'amour qui s'éteint. Malgré tout, le couple s'obstine à nier son destin. Un beau premier roman.


À propos de l’auteur

Bertil Scali est journaliste, écrivain et éditeur. Son livre Hitler, mon voisin (Michel Lafon, 2013) a été réédité en livre de poche, traduit en 13 langues et publié dans une trentaine de pays, dont les États-Unis, la Chine, l’Italie, l’Allemagne, le Brésil, l’Espagne ou la Pologne. Bertil Scali a écrit et co-réalisé le documentaire Hitler, mon voisin qui a notamment été diffusé sur Netflix et Planète+. De 1990 à 1992, il a écrit pour les magazines City Magazine, Elle et Détective. En 1993, il est entré comme reporter au magazine VSD, interviewant notamment Issei Sagawa, le "Japonais Cannibale", ainsi qu’à Radio Nova pour l’émission La Grosse Boule, avec Edouard Baer et Ariel Wizman. En 1995, il a été engagé comme reporter à Paris Match, couvrant de nombreux faits d'actualité en France et à l'étranger, en particulier dans le domaine de l'Internet, et devenant le correspondant permanent du magazine à Londres. En 2004, il s’est associé avec Jérôme Sans, cofondateur avec Nicolas Bourriaud du Palais de Tokyo, pour lancer les éditions Scali, une maison d’édition destinée à publier des ouvrages autour des cultures de l’underground et actuelles (musiques rock, électro, poésie, fiction, cinéma, art contemporain, littérature, érotisme, carnets) sur des thèmes négligés ou controversés et des sujets en marge tels que l’histoire de la Gay Pride, par Oliviero Toscani, ou celle de la culture Goth sous la direction de Patrick Eudeline. Près de 200 livres ont été publiés de 2004 à 2008, avec des auteurs comme Richard Branson, Jonas Mekas, Virginie Despentes, Nina Roberts, Jean-Charles de Castelbajac, Joeystar, Bruce Benderson, Marie Darrieussecq, Dupuy et Berberian, Brian Epstein, Vic Darkwood, Philippe Jaenada, Bernie Bonvoisin, Margo Jefferson, Bruno de Stabenrath ou Olivier Cachin. En 2009, il a travaillé pour BETC sur les City Guide Louis Vuitton. En 2010 et 2011, il a dirigé les Éditions de La Martinière Textes. Il est toujours directeur d'ouvrages pour les Éditions de La Martinière, publiant des auteurs aux parcours de vie hors du commun, tels que Nelson Mandela, Richard Branson ou Chantal Jouanno, et des beaux-livres illustrés signé par des artistes engagés comme Jane Birkin ou France Gall. En 2013, il a fondé Litcom qui travaille avec des maisons d'édition, des marques et de grands écrivains. (Nelson Mandela, Richard Branson, Chantal Jouanno…), des écrivains (Nicolas Rey, Bruno de Stabenrath, Patrick Eudeline…), des journalistes (Régis Le Sommier, Yseult Williams, Michel-Antoine Burnier…) et des beaux-livres illustrés signé par des artistes engagés comme Jane Birkin ou France Gall. En 2013, il a fondé Litcom qui travaille avec des maisons d'édition, des marques et de grands écrivains. Aux éditions Steinkis/Prisma, il a dirigé les ouvrages de grands écrivains (Patrick Eudeline, Gonzague Saint-Bris, Philippe Besson, Nicolas Rey, Eliette Abécassis, Benoît Duteurtre, Nicolas d'Estienne d'Orves, Joy Sorman, François Bégaudeau, Philippe Jaenada, Gilles Pudlowski…).

Le blog de Bertil Scali

Bertil Scali, agent littéraire, sur France Bleu

 


Viens là que je te tue ma belle

Récit imaginaire

Clac, clac, clac, clac... J'adore écouter le bruit du talon de mes boots sur le marbre blanc de mon hall d'entrée. Quand je passe devant le miroir, je croise mon doux reflet, glacé dans l'immensité argentée, qui se répète... Qui se répète... Jusqu'à l'infini. Je reste quelques secondes à me regarder. Puis, quand tout est parfait, quand mes cheveux brillent à la lueur des derniers rayons du soleil couchant, quand le khôl noir sous mes yeux fait disparaître les traces de cernes des nuits dernières... Et seulement à ce moment... Je commence à m'admirer. Je dois être parfait. B. B.

Maison d’édition : Éditions Scali
Éditeurs :
Genres :
Critiques :Fréderic Beigbéder au sujet dePlayboy a écrit:

"Viens là que je te tue ma belle" de Boris Bergmann est le journal d'un ado révolutionné par le rock'n'roll en pleine domination hip hop. C'est l'histoire de cette vogue
sixties qui submergea les mômes de 12 ans en l'an 2004. Boris Bergmann aura peut-être une mauvaise note au bac français mais il s'en fout :
la critique littéraire du magazine Playboy lui décerne un 18/20.

Menufretin au sujet deAmazon a écrit:

Récit intense des premières sorties d'un tout juste ado, sorties qui se font lors de la montée en puissance de jeunes groupes rock n roll, cela donne l'impression d'être dans les coulisses de l'éclosion de cette jeunesse que rien n'arrête. Tout cela ayant pour décor Paris et ses salles de concerts (le gibus et les fameuses soirées rock n folk puis le tryptique). Un livre qui se lit très aisément, et un jeune auteur (15 ou 16 ans ?) qui promet.


À propos de l’auteur

Avec Déserteur, Boris Bergmann a remporté le Prix des Jeunes Romanciers Le Touquet-Paris-Plage Prix du Jury 2016.

À propos de Viens là que je te tue ma belle :
« La critique littéraire lui décerne un 18/20. » Frédéric Beigbeder, Playboy

« Il a failli ravir le prix de Flore à Amélie Nothomb. La révélation littéraire de cette rentrée, à défaut d’une fin de siècle. » Philippe Combres, Double

« Avec son style choc et épuré, Boris Bergmann fait jaillir des étincelles de poésie, presque de maturité. » Julia Cerrone, Paris Match


La mélancolie de Nino

Le personnage principal se suicide un jour d'été, le 13 août 1998. Il s'appelle Nino, Nino Ferrer, chanteur de variétés. Dans les années 1960-1970, il caracolait en tête des hit-parades avec Mirza, Les cornichons, Oh ! Hé ! Hein ! Bon !, Je veux être Noir, Le téléfon... Et plus tard, La maison près de la fontaine et Le Sud. Qui n'a pas fredonné ou siffloté un jour un air de Nino ? Nino, au départ, était dingue de jazz et voulait être archéologue. Chanteur presque par hasard, il a rejeté le milieu du show-business et s'est retiré loin de tout, dans le Quercy, avec femme, enfants et animaux. Ce beau personnage dont j'aimais les chansons m'intriguait depuis longtemps. J'ai voulu mieux le connaître. Alors, l'été dernier, je suis parti sur sa trace, j'ai mené mon enquête, j'ai habité sa maison, j'ai rencontré sa famille, ses proches, des musiciens... Grâce à eux, j'ai pu reconstituer le puzzle et, peu à peu, Nino, mon personnage, s'est reconstitué. F.M.

Parution :
Maison d’édition : Éditions Scali
Éditeurs :
Genres :

À propos de l’auteur

Né en 1955, Franck Maubert vit entre Paris et la Touraine. Rédacteur en chef de Globe à sa création, critique d’art à L’Express dans les années 80, il est aussi l’initiateur avec Thierry Ardisson de « Bains de minuit » et de « Paris dernière ». Passionné d’art, il s’est spécialisé dans la peinture du XXe siècle.
Franck Maubert est écrivain, auteur de romans (Est-ce bien la nuit ?, Stock, 2002), de nombreux livres d’art (Maeght, une aventure de l’art vivant, avec Y. et I. Maeght, La Martinière, 2006) et d’un livre d’entretiens avec Francis Bacon (L’odeur du sang humain ne me quitte pas des yeux, Mille et une nuits, 2009), traduit en plusieurs langues.


48 heures au Lutetia

Parution :
Maison d’édition : Éditions Scali
Éditeurs :
Genres :

À propos des l’auteurs

Nicolas d'Estienne d'Orves

À trente-six ans, Nicolas d'Estienne d'Orves a imposé sa personnalité singulière depuis ses débuts de critique au Figaro littéraire. Mélomane averti, il a affirmé sa passion pour l'opéra, la musique militaire et la chanson paillarde dans le mensuel Classica et l'émission « Étonnez-moi Benoît » de Benoît Duteurtre, sur France Musique, ou son passage a marqué les esprits. Son œuvre romanesque frappe par son originalité : fils spirituel de Barbey d'Aurevilly et de Reiser, Nicolas d'Estienne d'Orves reste fasciné par le monstrueux et le baroque, mais son humour caustique et sa curiosité insatiable pour ses contemporains en font un romancier de la drôlerie et de la légèreté. En 2002, Fin de race(Flammarion) lui vaut un concert d'éloges critiques, et Othon ou l'Aurore immobile (Les Belles Lettres) est couronné par le prix Roger-Nimier. Insensible au sectarisme parisien, Nicolas d'Estienne d'Orves s'essaie au grand roman populaire en 2007 ; Les Orphelins du mal (XO) se révèle un coup de maître et un best-seller mondial. Première véritable incursion dans l'écriture autobiographique, Je pars à l'entractesonne le grand retour de Nicolas d'Estienne d'Orves dans l'espace littéraire, et surprendra tous ses lecteurs par sa tonalité implacable.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Philippe Besson

Depuis Son frère, publié en 2001 et adapté dans la foulée par le réalisateur Patrice Chéreau, Philippe Besson, auteur entre autres de L’Arrière-saison et de La trahison de Thomas Spencer, est devenu un des auteurs incontournables de sa génération. Il a par ailleurs écrit le scénario de Mourir d’aimer (2009), interprété par Muriel Robin, de La Mauvaise rencontre (2010) avec Jeanne Moreau et du Livre de Paul, le prochain film de Laure Duthilleul. Depuis la rentrée 2010, il anime l’émission Paris Dernière sur la chaîne câblée Paris Première. En janvier 2010, il a publié Retour parmi les hommes, la suite de son premier roman, En l'absence des hommes.


Claire Castillon

Claire Castillon est l'auteur d'une douzaine romans et recueils de nouvelles, parmi lesquels : Insecte (Fayard) ou Les merveilles (Grasset). Portée par un ton et un regard très singuliers, son œuvre s'impose comme une des plus originales de sa génération. Trois livres ont paru aux éditions de l'Olivier dont Les Messieurs (2016) qui a connu un beau succès critique et public.


Franck Maubert

Né en 1955, Franck Maubert vit entre Paris et la Touraine. Rédacteur en chef de Globe à sa création, critique d’art à L’Express dans les années 80, il est aussi l’initiateur avec Thierry Ardisson de « Bains de minuit » et de « Paris dernière ». Passionné d’art, il s’est spécialisé dans la peinture du XXe siècle.
Franck Maubert est écrivain, auteur de romans (Est-ce bien la nuit ?, Stock, 2002), de nombreux livres d’art (Maeght, une aventure de l’art vivant, avec Y. et I. Maeght, La Martinière, 2006) et d’un livre d’entretiens avec Francis Bacon (L’odeur du sang humain ne me quitte pas des yeux, Mille et une nuits, 2009), traduit en plusieurs langues.


Jean-Marc Parisis

Jean-Marc Parisis a notamment publié La mélancolie des fast-foods. Le lycée des artistes (prix de la Vocation), Renvoi d'ascenseur, Avant, pendant, après (prix Roger-Nimier), Les aimants, La recherche de la couleur, La mort de Jean-Marc Roberts et A côté, jamais avec.


Eric Halphen

Eric Halphen est né en 1959. Juge d'instruction pendant dix-huit ans, il se consacre maintenant à l'écriture. Il a publié un best-seller sur son parcours de juge intitulé Sept ans de solitude aux éditions Denoël. Il a également écrit un roman Bouillottes chez Gallimard, et un récit littéraire, Au lieu des larmes, chez Stock. En 2005, il a participé au recueil de nouvelles 48h au Lutétia, aux éditions Scali.


François Simon

François Simon est un critique gastronomique et animateur de télévision français, né le 22 mars 1953 à Saint-Nazaire.


L’amour à mort

Couverture d’ouvrage : L'amour à mort
Appartient à Sans filtre Séries :

À travers cette série d'histoires vraies, Ondine Millot dépeint un univers à la fois familier et obscur : celui du crime passionnel, le seul pour lequel la justice, la société et parfois même la victime pardonnent. De sa plume d'écrivain-reporter, Ondine Millot nous entraîne dans un autre monde, un monde terrible mais fascinant, fait de trahisons, manigances, faux-semblants, obsessions... Celui de l'amour, à la vie, à la mort.

Parution :
Maison d’édition : Éditions Steinkis
Éditeurs :
Genres :
Excerpt:
Critiques :Holdeyn au sujet deAmazon a écrit:

J'ai découvert ce livre suite aux recommandations d'une amie. Je m'attendais à un petit livre, une version littéraire et cheap de "Faites entrer l'accusé". C'est tout l'inverse: Ondine Millot raconte (très bien) des histoires réelles, mais elle ne tombe jamais dans le voyeurisme. Elle emporte le lecteur dans sa manière (très travaillée et documentée) de voir chaque "affaire", elle fait oublier tout réflexe primaire, pondérant chaque phrase et chaque mot. Elle cherche toujours à comprendre ce qui peut motiver/expliquer des actes aussi insoutenables. A lire, pour s'immerger dans des affaires que l'on voit souvent passer dans les rubriques "Faits divers" des journaux, et au sujet desquelles on tourne un peu vite la page, offusqués ou terrifiés. Alors qu'Ondine Millot le prouve avec ce livre, ces affaires sont révélatrices de notre époque, de ses angoisses, de sa justice parfois défaillante, de ses extrêmes... A mon tour de le recommander vivement.

Jean Pol au sujet deAmazon a écrit:

Pas si facile d'être un assassin. J'ai été captivé par l'art avec lequel Ondine Millot prend le temps de reconstituer le contexte social, la trame familiale, les malentendus qui peuvent conduire au crime. Dans le crime passionnel elle retient moins le crime que la passion et là chacun peut s'y retrouver. Enfin ces morts sont racontés d'une façon si vivante! que l'on court d'une page à l'autre.

Wahou! au sujet deAmazon a écrit:

Comment expliquer que l'on peut aimer une personne à la folie et la tuer? Et comment peut-on arriver à cacher la vérité à tout son entourage? Ce petit livre se lit très vite. Nous sommes captivés par ces petites histoires vraies. Nous sommes entrainés dans un autre monde, à la fois réel et terrible où le mensonge est roi.


Un prisonnier russe

Couverture d’ouvrage : Un prisonnier russe
Appartient à Sans filtre Séries :

Dans cet ouvrage, rédigé lors de ses rares moments de disponibilité en prison, Mikhaïl Khodorkovski dresse le portrait de ses codétenus, les prisonniers de droit commun de la Russie d'aujourd'hui. Il en tire des enseignements qui vont bien au-delà d'une simple description du système carcéral.

« À travers ces récit, c'est une vision de la Russie d'aujourd'hui qui apparait en filigrane : un État fondamentalement corrompu, des fonctionnaires véreux. [...] Une verticale de la corruption économique mais aussi de la corruption des esprits ». Anastasia et Pavel Khodorkovski

« Après tant d'années derrière les barreaux, je suis loin d'idéaliser ceux que j'ai pu y rencontrer. Toutefois, de nombreux détenus ont des principes. Sont-ils justes du point de vue de la société ? Cela reste à voir. Mais ce sont de véritables principes au nom desquels les gens sont prêts à souffrir. Et pour de vrai. » Mikhaïl Khodorkovski

Parution :
Maison d’édition : Éditions Steinkis
Éditeurs :
Genres :
Critiques :Piotr Smolar au sujet deLe Monde a écrit:

Le livre du jour. Déjà auteur de "Prisonnier de Poutine" et "Paroles libres", Mikhaïl Khodorkovski signe un bref ouvrage, "Un prisonnier russe", un hommage à des détenus croisés au fil des ans.

LE MONDE | 24.10.2013 à 13h18 • Mis à jour le 04.12.2013 à 17h55 | Par

"Un prisonnier russe" par Mikhaïl Khodorkovski, Editions Steinkis, 108 pages, 10 €. DR
En Russie, le milieu carcéral est un continent invisible, dont les rares échos alarmistes ne semblent rencontrer que l'indifférence.
Le 25 octobre, cela fera dix ans que Mikhaïl Khodorkovski a été arrêté. Dix ans que l'ancien patron du groupe pétrolier Ioukos est pris dans les crocs de la machine judiciaire. Dix ans qu'il dénonce la corruption du régime et l'asservissement des tribunaux.
Déjà auteur de Prisonnier de Poutine et Paroles libres, Mikhaïl Khodorkovski signe un bref ouvrage, intitulé Un prisonnier russe, qui est un hommage à des détenus croisés au fil des ans. Non pas que ces détenus furent innocents et purs. Mais la culpabilité devient relative, dès lors que les dossiers de l'accusation répondent à la politique du chiffre ou à des intérêts particuliers.
UN RUSSE SUR CENT EN PRISON
« Avec le temps, je me suis transformé en observateur intéressé, pour découvrir que le contingent des prisons demeure une terra incognita pour les gens, bien qu'un habitant sur cent de notre pays se trouve ici, et qu'un homme russe sur dix (voir sur sept) passe derrière les barreaux », écrit l'ancien oligarque.
Avec justesse, le prisonnier brosse le portrait de Sergueï, l'enquêteur, aux oreilles « rouges comme des feux de freinage », qui « frappe comme un professionnel » en laissant peu de traces. Mais il peut aussi offrir du thé, une cigarette ou des bonbons, pour parvenir à ses fins. On rencontre aussi Arkadi, le délateur, chargé par les enquêteurs de faire parler les nouveaux arrivants. Il repère leurs biens interdits, qu'il dénonce en échange d'une cartouche de cigarettes. Un jour, Arkadi est penaud. On lui demande de certifier que Khodorkovski a « discrédité » l'administration, mais il ne connaît pas ce mot. Dans sa catégorie des détenus peu respectables, il y a « le rat », celui qui vole le contenu des colis, leur café ou leurs chocolats. Le rat est vite identifié.
Mais Khodorkovski évoque aussi les instants d'humanité. Liocha, un Bouriate costaud, a frappé à mort un voleur de moutons. L'administration veut le faire témoigner contre l'ancien homme d'affaires. Au procès, Liocha dit la vérité. Il pointe du doigt l'inspecteur en chef, qui lui a donné deux paquets de cigarettes pour prix de son faux témoignage. On trouve aussi des « déchus », réduits aux tâches domestiques. Tel Ostap, qui ne supporte plus un jour la brimade d'un voyou, et sort une « lime de 30 cm », pour lui régler son compte. Les autres interviennent. Ce jour-là, Ostap gagna le respect.
D'autres ne se remettent jamais de leur incarcération. Tel Artiom, condamné car son patron avait détourné 8 millions de dollars. Un jour, Artiom tente de se suicider en se pendant. Khodorkovski arrive à temps, le tient à bout de bras pendant de longues secondes. D'autres prisonniers viennent en aide et sauvent le malheureux. L'administration lui fera payer cher sa faiblesse.

En savoir plus sur


Goth (poche)

Le romantisme noir de Charles Baudelaire à Marilyn Manson

Couverture d’ouvrage : Goth (poche)
Maison d’édition : Éditions Scali
Éditeurs :
Genres :

Les destins brisés du rock

Souvenez-vous de leurs voix. Ils avaient 17 ans, 24 ans, 32 ans. Ils sont morts jeunes. Crashes d'avions, accidents de voitures, overdoses, empoisonnements, bastons, défenestrations, fusillades, suicides, roulettes russes, hémorragies cérébrales. Le rock and roll est un vampire imprévisible et plein d'imagination. Quand il brise un destin, il veut de la fureur, du sang et des larmes. Mais, surtout, il veut tripler ses ventes et transformer le vynile en platine, et la postérité en jackpot. " Meurs jeune et tu auras un beau cercueil. " Voilà ces destins brisés, souvent récupérés, marchandisés, compilés... la sacrosainte règle du métier étant : the show must go on ! Alors, le spectacle continue. Souvenez-vous de ces visages. Imprégnez-vous de leurs traits, retrouvez leurs musiques ou, mieux encore, découvrez-les. Faites chauffer les platines. Allez fouiller dans les caves de vos grands frères. Ecoutez leurs histoires. Ils avaient 20 ans et des poussières ; un avenir de météore tracé devant eux. La vie en a décide autrement.

Parution :
Maison d’édition : Éditions Scali
Éditeurs :
Genres :
Critiques :Guinea Pig a écrit:

Une vie dissolue et une mort prématurée sont de bons atouts pour devenir une figure mythique du rock et l'auteur a enfin couché sur papier ce que font mentalement tous les obsédés du rock, ou verbalement, lorsqu'ils rencontrent d'autres gens atteints du même trouble qu'eux : passer en revue nos icônes du rock disparues avant leur heure et leur manière d'y passer. Tout y est : overdoses, suicides, accidents de la route, crashes d'avions, noyades et autres bizarreries...
Romantisme exacerbé et folklore morbide donnent à ces décès un parfum de légende, dont l'auteur ne se prive pas de nous gratifier ; le ragoût de cervelle qui aurait été préparé après le suicide de Dead, du groupe Mayhem, l'idée que Johnny Thunders serait mort avec sa guitare dans les bras... L'histoire du rock est parsemée de mythes et si le mythe l'emporte parfois sur la réalité, cet ouvrage n'en est pas moins une mine d'informations précieuses.
Un petit bémol assez désagréable qui laisse penser que certains ne sont là que pour faire du remplissage ; la première mort du dictionnaire est celle de la chanteuse de R&B Aaliyah, qui ne correspond pas vraiment au mot "rock", tout comme 2Pac... Et le dictionnaire se termine par Frank Zappa, dont le décès à 52 ans des suites d'un cancer ne constitue pas réellement un destin brisé du rock, si l'on suit le concept du "live fast, die young", dont Francis Zégut fait une apologie des plus hyperboliques en préface.
Un ouvrage indispensable pour ceux qui aiment les trivialités du rock autant que la musique elle-même.


À propos de l’auteur

Bruno de Stabenrath, né en mars 1960, est un auteur et acteur français. En 1976, il débute au cinéma sous le nom de Bruno Staab dans L'Argent de poche de François Truffaut et poursuit sa carrière d'acteur sous le pseudonyme de Bruno du Louvat (L'Hôtel de la plage, 1978, ou Mesrine, 1984). Il a également été scénariste pour des séries TV (Marc et Sophie ou Un gars, une fille), et musicien (chanteur du groupe Borsalino). En 1996, il est victime d'un accident au volant de sa voiture et devient tétraplégique. Cet événement sera au cœur de son premier livre, Cavalcade (Robert Laffont, 2001).
Il est également chroniqueur dans le TéléObs du Nouvel Observateur, et a publié, entre autres, Les Destins brisés du rock (Scali, 2006), Qu'est-ce que tu me chantes ? Histoires secrètes des cinquante plus grands tubes de la chanson française (Robert Laffont, 2006).

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


2028

Le roman qui a annoncé l'État Islamique

Paru en 2006, le roman d’anticipation de Thérèse Fournier annonçait les événements qui allaient survenir dans le monde musulman : printemps arabes, naissance d’un État islamique, enrôlement de la jeunesse, campagnes de terrorisme mondiales… Sa réédition numérique en 2016 permet d’apprécier son incroyable sens visionnaire.

À travers les yeux de Sana, citoyenne modèle, 2028 dévoile les rouages d’une république islamiste d’aujourd’hui, totalitaire et hyperconnectée où l’on traverse le désert à bord de trains roulant à plus de 400 km/h. Le roman est une immersion d’une semaine, du samedi au vendredi, dans ce « meilleur des mondes de l’islam » où le moindre faux pas, la moindre hésitation, seront assimilés à de la dissidence.

Thérèse Fournier est écrivain. Depuis trente ans, elle sillonne la Méditerranée sur un bateau. Elle a vécu dans les grands ports du Maghreb, notamment Tanger, Casablanca, Tunis et Bizerte, ainsi qu’à Tripoli à l’époque de Kadhafi. Elle est l’auteur de L’Olivier bleu (JC Lattès) et de Nador en cours d’adaptation cinématographique.

Parution :
Maison d’édition : Mirza Publishing
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Thérèse Fournier vit sur un navire entre Paris et la Méditerranée. Elle publie des nouvelles dans Siècle 21, littérature et société. Elle est impliquée dans de nombreuses actions visant à mettre au jour l’histoire commune des deux rives de la Méditerranée. Sa trilogie arabe – L’Olivier bleu, 2028, Nador – a été publiée chez JC Lattès (Paris), Le Fennec (Casablanca), Scali (Paris), Mirza Publishing (Bordeaux). Nador sortira bientôt sur les écrans.


Nador

« Un thriller sur une Tunisie tourmentée à l’aube du Printemps arabe »

2002. La Tunisie vit sous la dictature de Ben Ali, qui impose une surveillance paranoïaque des populations. Les Duquesne s’installent à Tunis avec leurs enfants. Charles se sent investi d’une mission civilisatrice et délaisse son épouse Gabrielle. Haut fonctionnaire de la Commission Européenne, il se révolte peu à peu contre la corruption ambiante. Emu par le courage de Houria, son assistante qui fait face à un quotidien désespéré, il s’apprête à commettre l’irréparable, ignorant qu’elle travaille secrètement pour le renseignement tunisien… Pour sa part, Gabrielle ne sait que faire pour tromper l’ennui et le mal du pays. Un récit envoûtant qui nous fait découvrir un pays au bord de la révolution.

On a du mal à imaginer ce qu’ont pu endurer les Tunisiens sous la dictature de Ben Ali : surveillance généralisée, mépris absolu des droits civiques, corruption à grande échelle… À travers le drame d’un couple de Français expatriés, ce récit nous plonge dans ce quotidien ahurissant, en pleine montée des courants contestataires qui ont amené la révolution tunisienne.

Parution :
Maison d’édition : Mirza Publishing
Genres :
Étiquettes :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Thérèse Fournier vit sur un navire entre Paris et la Méditerranée. Elle publie des nouvelles dans Siècle 21, littérature et société. Elle est impliquée dans de nombreuses actions visant à mettre au jour l’histoire commune des deux rives de la Méditerranée. Sa trilogie arabe – L’Olivier bleu, 2028, Nador – a été publiée chez JC Lattès (Paris), Le Fennec (Casablanca), Scali (Paris), Mirza Publishing (Bordeaux). Nador sortira bientôt sur les écrans.


Paris n’est qu’un songe

Le premier métro parisien

Imaginez une simple porte de bois clair qui dissimule une machine à explorer le temps. Et son créateur qui explore le temps... jusqu'à ce que flâner à travers l'Histoire ne lui suffise plus. Il lui faut agir. Eradiquer la laideur en détruisant dans l'oeuf les constructions architecturales qui lui déplaisent et selon lui défigurent Paris. Puis Sylvain Chauvier décide de faire un coup d'éclat. Il remonte au seuil de ce siècle et choisit d'agir le 19 juillet 1900, le jour de l'inauguration du premier métro. Ce sera son apothéose !

Parution :
Maison d’édition : Incipit
Genres :
Excerpt:

À propos de l’auteur

À trente-six ans, Nicolas d'Estienne d'Orves a imposé sa personnalité singulière depuis ses débuts de critique au Figaro littéraire. Mélomane averti, il a affirmé sa passion pour l'opéra, la musique militaire et la chanson paillarde dans le mensuel Classica et l'émission « Étonnez-moi Benoît » de Benoît Duteurtre, sur France Musique, ou son passage a marqué les esprits. Son œuvre romanesque frappe par son originalité : fils spirituel de Barbey d'Aurevilly et de Reiser, Nicolas d'Estienne d'Orves reste fasciné par le monstrueux et le baroque, mais son humour caustique et sa curiosité insatiable pour ses contemporains en font un romancier de la drôlerie et de la légèreté. En 2002, Fin de race(Flammarion) lui vaut un concert d'éloges critiques, et Othon ou l'Aurore immobile (Les Belles Lettres) est couronné par le prix Roger-Nimier. Insensible au sectarisme parisien, Nicolas d'Estienne d'Orves s'essaie au grand roman populaire en 2007 ; Les Orphelins du mal (XO) se révèle un coup de maître et un best-seller mondial. Première véritable incursion dans l'écriture autobiographique, Je pars à l'entractesonne le grand retour de Nicolas d'Estienne d'Orves dans l'espace littéraire, et surprendra tous ses lecteurs par sa tonalité implacable.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


L’ancien régime

Le 6 mars 1980, l'Académie française accueillit en son sein Marguerite Yourcenar. Ce fut un événement, comme l'atteste la présence de l'épouse de Valery Giscard d'Estaing dont même le fils aurait pu venir s'il n avait eu un tournoi de polo. On se précipita. On se bouscula au premier rang. Certains se provoquèrent en duel. D'autres apportèrent des macarons.
C'est que, pendant plus de trois siècles, l'Institut créé par Richelieu n'avait admis aucune femme. Ce n'était pas mauvaise volonté ou bas conservatisme de la part des immortels. C'est juste qu'ils n'y avaient jamais songé. Comment donc aurait-on pu vouloir changer la donne, alors qu'elle n'avait changé ? On avait eu la magnanimité d'intégrer des noms féminins dans le dictionnaire, c'était déjà bien assez.
Et puis les académiciens avaient mieux à faire. Ils avaient à inventer le français et, du même coup, la France.

Parution :
Maison d’édition : Incipit
Éditeurs :
Genres :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Enseignant en disponibilité, François Bégaudeau est collaborateur régulier de diverses revues: Inculte, Cahiers du cinéma, Transfuge et chroniqueur à La matinale de Canal +. Il a co-écrit l’adaptation cinématographique d’Entre les murs avec Laurent Cantet, film dans lequel il tient le rôle principal (Palme d'Or au Festival de Cannes 2008).

Il est l’auteur :
- de romans aux Éditions Verticales :
"Jouer juste" (2003, Folio 2008), "Dans la diagonale" (2005),
"Entre les murs" (2006; Prix France Culture-Télérama; Folio 2007), "Fin de l’histoire" (2007), "Vers la douceur" (2009, Folio 2010), "La Blessure, la vraie" (2011) et "Deux singes ou ma vie politique" (2013) ;
-d'un roman aux éditions Alma : Au début (2012)
- de deux fictions biographiques aux Éditions Naïve: Un Démocrate, Mick Jagger 1960-1969 (2005) et du collectif Une chic fille (2008);
- d’un essai (avec Arno Bertina et Oliver Rohe) aux Éditions Gallimard : Une année en France (2007), et avec Joy Sorman aux éditions Larousse : Parce que ça nous plaît: l'invention de la jeunesse.

Il a co-dirigé Le Sport par les gestes (Calmann-Lévy, 2007). Il publie son Anti-manuel de littérature (Bréal) en octobre 2008 dont un prolongement paraît en 2011 "Tu seras écrivain mon fils" (Bréal).
Source : Alph. B. Seny ; Begaudeau.info


Un ruban de rêve

Le 1er Festival de Cannes

Le Festival de Cannes s'impose, aujourd'hui, aux yeux de la planète, comme une évidence, puisqu'il est incontestablement le plus célèbre au monde. Son démarrage, pourtant, fut plus complexe qu'on ne l'imagine, car non seulement sa première édition, prévue en 1939, fut annulée en raison de la guerre, mais encore sa réédition, en 1946, fut plutôt laborieuse, à cause des difficultés liées à l'après-guerre. Malgré tout, dès le commencement, en dépit des ratés, la magie fut au rendez-vous avec quarante films en compétition, une dizaine d'entre eux, in fine, se partageant, à défaut d'une palme d'or qui n'existait pas encore, un premier prix, essentiellement motivé par des considérations diplomatiques.
Avec son talent reconnu, le romancier, essayiste, chroniqueur et journaliste Gonzague Saint Bris – président fondateur du Festival du Film romantique de Cabourg, et historien comme le fut le fondateur du Festival de Cannes, Philippe Erlanger – raconte, avec subtilité, humour, poésie et érudition, ce premier acte de ce qui constitua, sans doute, la plus singulière aventure du septième art.

Parution :
Maison d’édition : Incipit
Genres :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Gonzague Saint Bris est un écrivain et journaliste.

Il est le fils d'Hubert Saint Bris, diplomate et comte romain et cousin de la famille Schneider par sa mère, Agnès Mame, poète, elle-même descendante de la dynastie des imprimeurs Mame. Il est le deuxième d'une famille de huit enfants élevés au Clos Lucé à Amboise en Touraine

Autodidacte, écrivain et journaliste, il fut successivement rédacteur au "Figaro" (1980), animateur de radio libre Méga l'O (1981), vidéaste culturel, directeur de la Stratégie et du Développement du Groupe Hachette Filipacchi Médias (1987-2001), chargé de mission au ministère de la Culture et de la Communication (1986-1988), directeur-propriétaire du magazine Femme.

Attaché à la Touraine - il a été conseiller municipal de Loches - il mène pendant quarante ans des combats culturels: "Le Nouveau romantisme", les clips culturels, les radios libres, la Marche Balzac, la Marche George Sand et 14 éditions de "La Forêt des Livres" à Chanceaux-près-Loches, un festival littéraire gratuit et ouvert à tous qui reçoit chaque dernier dimanche d'août 150 auteurs dans un village forestier de 150 habitants en avant-première à la rentrée littéraire.

Gonzague Saint-Bris est l'auteur de près d'une quarantaine de livres, dont "Le romantisme absolu" (1978), de récits historiques : "Les Égéries russes" (1994), et "Je vous aime inconnue" (1999), prix Cœur de la France, et de biographies comme celles de Vigny, Dumas, Balzac, Flaubert, La Fayette. Cette dernière a atteint les 100.000 exemplaires et a reçu aux États-Unis un Award de littérature de l'Université John Fitzgerald Kennedy de Californie.

En 2002, son ouvrage d'inspiration autobiographique "Les Vieillards de Brighton" est récompensé par le prix Interallié, puis son roman "L'Enfant de Vinci" (2005) par le prix des Romancières. Le 26 janvier 2016, il reçoit le prix Hugues-Capet, mention "grand prix spécial", pour l'ensemble de son œuvre, dont sa biographie "Louis XI, le méconnu" (2015).

Âgé de 69 ans, il est décédé brutalement dans un accident de la route.


Les panthères grises

Il y a eu les Chaussettes noires, il y a eu les Blacks Panthers.
Voici désormais venu le temps des Panthères grises.

Ils ont soixante ans et plus beaucoup de scènes underground à électriser. Reformer le groupe le temps du mariage de l'un de leurs petits-fils, c'est pas vraiment ce qu'on pourrait appeler un grand rêve. Mais c'est le seul qu'il leur reste.
Les panthères ont blanchi, les panthères tournent en rond. Jusqu'au jour où l'on leur promet le casse du siècle. Que faire de ce monde qui les attend ?

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Genres :
Étiquettes :
Excerpt:
Critiques :biachette 03 au sujet deAmazon a écrit:

Leur ancien groupe de rock, les Moonshiners, le Golf Drouot 1971, les pantalons pattes d'éph de quarante-deux centimètres, voilà les souvenirs de trois rockers retraités qui s'ennuient ferme et voudraient faire ressurgir cette bienheureuse époque. Le mariage du petit-fils de l'un d'eux va être l'occasion de ressortir guitares et batterie pour faire danser les invités, nourrir leurs rêves de concerts à venir et leur espoir de renflouer un peu les finances.

Mais l'expérience n'étant pas à la hauteur de leurs espérances, deux d'entre eux vont tenter autre chose quand l'occasion se présentera tout à fait par hasard. Après tout, ce n'est que pour aider généreusement leurs proches et faire le bien autour d'eux que ces papis-braqueurs vont tenter un joli coup.

Patrick Eudeline, chanteur, guitariste, écrivain et aussi complice de Philippe Manoeuvre, les incollables du monde de la musique et du rock en particulier, écrit là un roman savoureux. La comparaison entre les années 70-80 et l'époque actuelle est une merveille d'humour et on sent qu'il s'éclate en dézinguant ce monde moderne qui oublie toutes les règles du savoir-vivre à l'ancienne qui avait de la classe !

Je rajouterai que toute ressemblance avec le braquage des bijoux de mademoiselle Kim Kardashian pendant son séjour parisien est, à mon avis, volontaire de la part de l'auteur. Voilà un roman que j'ai lu d'une traite avec le sourire aux lèvres. Merci pour ce bon moment, monsieur Eudeline.


À propos de l’auteur

Patrick Eudeline est écrivain, chanteur, guitariste et dandy punk. Il est notamment l'auteur des romans Dansons sous les bombes, Rue des Martyrs (tous deux chez Grasset), et Vénéneuse (Flammarion).
Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Deux-pièces

Le premier bikini

« Elle était là, presque nue, devant la piscine, à Molitor. Exposée aux yeux de tous, dans ce grand “paquebot” aux façades couleur terre de Sienne, à l’architecture des années trente… ». Lors d’un défilé, la France de 1946 découvre la bombe atomique du couturier Louis Réard : le bikini. Dans le public, Gaby, une jeune fille « toute frêle, à la peau diaphane » prend des notes. Un jeune homme l’interpelle. C’est Antoine, son grand amour qu’elle n’a plus revu depuis l’Exode. Il a participé à la conception du premier maillot deux pièces… À travers cette fiction aux couleurs pâles, Eliette Abécassis explore les non-dits qui ont plané sur la Libération de la France – et de la femme.

Parution :
Maison d’édition : Incipit
Genres :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Eliette Abécassis est un écrivain et philosophe français, née à Strasbourg.

Elle est la fille d’Armand Abécassis, professeur de philosophie et penseur du judaïsme renommé.

Son oeuvre comporte des thrillers ésotériques (la trilogie du Qumran, Sépharade, Le Palimpseste d’Archimède), des livres intimistes et contemporains (Mon père, Un heureux événement, Une affaire conjugale, etc), ainsi que des essais (Petite métaphysique du meurtre, Le livre des passeurs).

Eliette Abécassis écrit aussi pour le théâtre (La Fiancée Orientale), le cinéma (Kadosh, Un heureux événement) ou la chanson française. Elle intervient régulièrement à la télévision (Les grandes questions, Franz-Olivier Giesbert sur France 5), à la radio (France Inter) ou collabore avec des journaux comme le Huffington Post, Elle ou le Figaro, dans des critiques littéraires ou pour donner un regard philosophique sur l’actualité.

Auteur du « Corset invisible », elle est engagée auprès d’associations de défense du droit des femmes et des enfants et contre la violence faite aux femmes : Le CorP, qu’elle a contribué à créer, contre la marchandisation des femmes et des enfants, ainsi que Exils intra muros, qui défend les familles dans la rue, ou encore soslesmamans, dont elle est l’une des marraines.

Eliette Abécassis a également écrit sur le monde de la mode, (Mère et fille), et elle collabore régulièrement avec des grands couturiers ou des maisons de luxe (Louis Vuitton, Lancel, Guerlain) en prêtant sa plume ou en tant qu’égérie.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Dans la tête de Pierre H.

Les premiers macarons

"J'ai des mémoires de macarons comme on a des souvenirs d'amour. J'ai longtemps rêvé de ces jolies constructions croustillantes colorées avec sobriété, douces au toucher, fondantes en issue, qui croquent en bouche comme des bonbons, s'évanouissent avec volupté, sitôt croquées, laissant ainsi une impression suave. Les macarons ? De l'amour en sucre. Du croquant, de la douceur, de l'amande. Qui fut le premier à l'imaginer ?" Pierre H. est habité d'une obsession fiévreuse, le macaron parfait. Voici l'histoire de cette quête du chef-d'oeuvre pâtissier...

Parution :
Maison d’édition : Incipit
Genres :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Gilles Pudlowski est un journaliste, écrivain, critique littéraire et critique gastronomique français. Il écrit chaque semaine pour l'hebdomadaire Le Point, mais aussi pour Saveurs, le Républicain lorrain et les Dernières Nouvelles d'Alsace. Il est également l'auteur des guides Pudlo.

Après un diplôme de troisième cycle de l'Institut d'études politiques de Paris et une licence d’histoire, il débute au Quotidien de Paris de Philippe Tesson avant Les Nouvelles littéraires. Jean-François Kahn, qui reprend ce dernier magazine, lui confie la responsabilité des pages littéraires et lui demande de prendre également en charge la chronique gastronomique, ce qui n'intéresse pas Puldowski initialement.
Christian Millau, qui le repère alors, lui propose de collaborer au GaultMillau, lui promettant une carrière de critique rigoureux en ces termes : « dans ce métier, les gens savent soit manger, soit écrire, rarement les deux, parfois aucun des deux. Si vous savez faire les deux, vous êtes sûr de réussir ».
Il écrit ensuite à Paris Match, Cuisine et Vins de France (où il crée la rubrique des « assiettes », décernant de une à trois assiettes aux bonnes tables, la marmite aux bons rapports qualité / prix et l’assiette cassée, qui fera une bonne part de sa réputation de « Zorro de la critique », aux tables décevantes). Il a notamment collaboré au Panorama du Médecin, Parcours, le Figaro, Cuisine TV, France Inter, Bon Voyage, Air France Madame. Sa notoriété est liée au Point dont il est chroniqueur attitré depuis 1986. Écrivain confirmé, Gilles Pudlowski a notamment publié des essais autobiographiques sur le thème de l'attachement à la France, comme le Devoir de Français, L’Amour du Pays (Flammarion), mais aussi Les Chemins de la Douce France (Plon) ainsi qu'un roman, le voyage de Clémence (Flammarion, 1987). On lui doit également, des anthologies littéraires (l'Année Poétique, le Goût de Strasbourg), des beaux livres (Les Grandes Gueules, Elles sont chefs, Les Trésors Gourmands de la France) ainsi qu’un manuel de savoir-vivre : Comment être critique gastronomique et garder la ligne.


La discothèque

La première boîte de nuit

Justine, parisienne de 19 ans éprise de liberté, refuse de se soumettre aux lois qui régentent la capitale en cet été 1940. Chaque nuit, la jeune fille brave le couvre-feu pour aller danser à La Discothèque, première boîte de nuit clandestine, jusqu'à se sentir, enfin, vivante. Elle rejoint ainsi le mouvement zazou et ses fans de swing au style subversif. Mais sous l'Occupation nazie, les zazous et leurs nombreuses provocations déplaisent. Avec La Discothèque, Joy Sorman dresse un portrait décalé de la jeunesse française sous l'Occupation : et si l'amour du jazz était aussi un acte de résistance ?

Parution :
Maison d’édition : Incipit
Genres :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Joy Sorman, née à Paris le 28 décembre 1973, est une écrivaine française.
Joy Sorman a d'abord été étudiante puis professeure de philosophie avant de renoncer à enseigner cette discipline dans le système scolaire.
En 2005, elle écrit son premier roman, paru chez Gallimard. Ce manifeste pour un « féminisme viril » est intitulé Boys, Boys, Boys. Elle remporte le prix de Flore de la même année.
En mars 2007, elle publie son deuxième livre, Du bruit, consacré au groupe de rap Suprême NTM. En octobre 2007 elle publie, toujours chez Gallimard, 14 Femmes, pour un féminisme pragmatique, écrit en collaboration avec Gaëlle Bantegnie, Yamina Benahmed Daho et Stéphanie Vincent.
Joy Sorman a également collaboré à des médias audiovisuels (Ça balance à Paris sur Paris Première, la Matinale de Canal+ et sur France Inter).
Durant l'été 2010, elle anime quotidiennement, sur France Inter, une émission intitulée La jeunesse, tu l'aimes ou tu la quittes.
Elle a été nommée Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres en 2013.

 


Bad Girl

Couverture d’ouvrage : Bad Girl

Un roman générationnel, une plongée dans le monde d'Enja, jeune femme paumée qui veut vivre à fond une vie qu'elle ne maîtrise pas...

Je suis belle. De cette beauté qui gêne, qui crée un malaise. Ma beauté n'est pas classique, elle est animale, sexuelle, arrogante, anti-conventionnelle. Elle ne se coiffe pas, ne se discipline pas. Elle est à elle seule, le fil conducteur, l'itinéraire de toute mon existence.

L'histoire d'Enja c'est l'histoire d'une fille trop. Trop belle, trop feignante, trop cul, trop défoncée qui veut juste profiter de la vie.

Et pour ça, elle choisit d'être escort. C'est simple, elle aime ça et ça rapporte gros.

Mais quand les années passent, le plaisir des débuts s'estompent et ramène au réel. Alors Enja se marie, fait deux enfants à un homme riche qui ne connait rien de son passé.

Et quand les démons d'Enja ressurgissent, elle plonge tête la première. Mais cette fois, ce n'est pas elle l'escort...

Roman contemporain, Bad Girl est écrit comme un rap dur et mélodique qui emporte tout sur son passage et nous laisse sonné.

Parution :
Maison d’édition : Éditions Hugo&Cie
Genres :
Étiquettes :
Excerpt:

Les délices de 36

Juin 1936 : Jean, Bernadette et leur fils Marius, 15 ans, partent en train pour Deauville. Même dans les rêves les plus fous, personne n’aurait jamais osé imaginer une telle chose : partir. S’en aller. Avoir le droit de vivre, enfin. Mais qu’y a-t-il derrière ces rêves ? Dès la première semaine de ses congés payés, la France est coupée en deux. Comme elle l’a toujours été. Comme elle le sera toujours.
Dans cette fiction jubilatoire, Nicolas Rey reconstitue au gré de son imagination les premières vacances de ses aïeux.

Parution :
Maison d’édition : Incipit
Genres :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Nicolas Rey, 43 ans, Prix de Flore à 28 ans, est l’auteur du best-seller Un léger passage à vide dans lequel il raconte les affres de l’alcoolisme mondain, puis de l’alcoolisme tout court. Il est l’auteur de sept romans publiés aux éditions du Diable Vauvert.

Réalisateur, il a reçu en 2015 le César du meilleur court-métrage pour La Femme de Rio. Il a été chroniqueur sur France Inter, Canal+, D8 et à VSD, au Figaro et au magazine Lui, dirigé par Frédéric Beigbeder. Il fait des lectures musicales dans toute la France depuis avril 2015.


Des nouvelles de l’amour

" Elle vient de te dire adieu tout doucement. Elle vient de te dire adieu par paliers successifs. D'abord, au cinéma. Dans la salle obscure, sa main répondait à peine aux pressions que tu exerçais sur la sienne. Bien sûr – officiellement –, vous n'étiez plus ensemble. Mais vous vous voyiez toujours aussi souvent.
Peut-être même encore avec plus de bonheur. Vous avez dîné accoudés au bar de sa cuisine. À un moment, elle a prononcé cette phrase : "Il va bien falloir que tu refasses ta vie un jour ou l'autre.' Et puis, celle-ci, juste après, en te caressant l'épaule : "Cela va te faire du bien de tomber amoureux de quelqu'un d'autre.' "

Dans ces nouvelles, Nicolas Rey explore tous les visages de l'amour. Le mal vieilli, le fantasmé, le hurlé, le caressant. Ses personnages se passent le relais, de main en main, s'accrochant à ce qui leur permet de ne pas sombrer, à cet unique sentiment : l'amour.

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Genres :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Nicolas Rey, 43 ans, Prix de Flore à 28 ans, est l’auteur du best-seller Un léger passage à vide dans lequel il raconte les affres de l’alcoolisme mondain, puis de l’alcoolisme tout court. Il est l’auteur de sept romans publiés aux éditions du Diable Vauvert.

Réalisateur, il a reçu en 2015 le César du meilleur court-métrage pour La Femme de Rio. Il a été chroniqueur sur France Inter, Canal+, D8 et à VSD, au Figaro et au magazine Lui, dirigé par Frédéric Beigbeder. Il fait des lectures musicales dans toute la France depuis avril 2015.


Le patient zéro

Le premier mort du Sida

On a longtemps soupçonné Gaëtan Dugas, un steward canadien, d'avoir été le premier homme à transmettre le Sida : il était homosexuel et aimait les nuits fauves.
Mais d'autres avaient contracté la maladie avant lui.
Qui fut le premier, alors ?
Philippe Besson redonne vie aux merveilleuses années 1980, juste avant l'hécatombe. Et nous livre une partie de la réponse.

Parution :
Maison d’édition : Incipit
Genres :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Depuis Son frère, publié en 2001 et adapté dans la foulée par le réalisateur Patrice Chéreau, Philippe Besson, auteur entre autres de L’Arrière-saison et de La trahison de Thomas Spencer, est devenu un des auteurs incontournables de sa génération. Il a par ailleurs écrit le scénario de Mourir d’aimer (2009), interprété par Muriel Robin, de La Mauvaise rencontre (2010) avec Jeanne Moreau et du Livre de Paul, le prochain film de Laure Duthilleul. Depuis la rentrée 2010, il anime l’émission Paris Dernière sur la chaîne câblée Paris Première. En janvier 2010, il a publié Retour parmi les hommes, la suite de son premier roman, En l'absence des hommes.


La Malle Louis Vuitton

Grand Prix Stratégies du Brand Content 2013

Depuis plus d'un siècle, la maison de famille des Vuitton bruisse d'extraordinaires histoires de malles, de bagages et de voyages. Gaston-Louis Vuitton, troisième du nom à bâtir la renommée du célèbre malletier, y constitua des archives fabuleuses, en collectionneur passionné qu'il était. C'était au début du siècle dernier. A sa mort, on a fermé la malle mystérieuse. Cette malle aux souvenirs fut rouverte aux grands écrivains français. Et chacun s'est plongé dans ce monde de vieilles photos délavées, de coupures de presse, d'anecdotes, de relations avec les clients les plus extravagants. Ils leur ont redonné vie. Voici l'éloge de la malle par les grandes plumes d'aujourd'hui.

Onze sujets de nouvelles ont été confiés à onze écrivains parisiens emblématiques avec pour matière première les archives du maroquinier. L’ouvrage a été publié chez Gallimard. Agence : BETC Content. Annonceur : Louis Vuitton Malletier. Direction éditoriale : Julien Guerrier. Textes de présentation : Bertil Scali. Édition : Marie-Hélène Brunet-Lhoste. Archives : Florence Lesché. Photographies des écrivains : Denis Rouvre.

Grand Prix Stratégies du Brand Content 2013

Parution :
Maison d’édition : Éditions Gallimard
Genres :
Étiquettes :
Critiques :La Malle au sujet deAmazon a écrit:

Livre passionnant qui nous fait découvrir ou redécouvrir des personnages réels dans des situations plus ou moins cocasses voire dramatiques. On a beaucoup aimé !!!


À propos des l’auteurs

Patrick Eudeline

Patrick Eudeline est écrivain, chanteur, guitariste et dandy punk. Il est notamment l'auteur des romans Dansons sous les bombes, Rue des Martyrs (tous deux chez Grasset), et Vénéneuse (Flammarion).
Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Philippe Jaenada

Philippe Jaenada a grandi à Saint-Germain-en-Laye, puis est arrivé à Paris au milieu des années 1980 où il enchaîne les petits boulots pendant plusieurs années. Sa première nouvelle est publiée en 1990 dans L'Autre Journal. Les sept premiers romans de Philippe Jaenada sont d'inspiration autobiographique. Outre ses livres, il écrit pour le magazine Voici.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Virginie Despentes

Virginie Despentes est l’auteur, notamment, de Baise-moi (1993, adapté au cinéma et coréalisé avec Coralie Trinh Thi), Les jolies choses (1998), Teen Spirit (2002), Bye bye Blondie (2004, adapté au cinéma par l’auteur), King Kong Théorie (2006), Apocalypse bébé (2010, prix Renaudot).

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Yann Moix

Yann Moix romancier, essayiste, est l’auteur d’une œuvre importante. Derniers livres publiés : Terreur (2016), Une simple lettre d’amour (2015) et Naissance (Prix Renaudot, 2013).

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Bruno de Stabenrath

Bruno de Stabenrath, né en mars 1960, est un auteur et acteur français. En 1976, il débute au cinéma sous le nom de Bruno Staab dans L'Argent de poche de François Truffaut et poursuit sa carrière d'acteur sous le pseudonyme de Bruno du Louvat (L'Hôtel de la plage, 1978, ou Mesrine, 1984). Il a également été scénariste pour des séries TV (Marc et Sophie ou Un gars, une fille), et musicien (chanteur du groupe Borsalino). En 1996, il est victime d'un accident au volant de sa voiture et devient tétraplégique. Cet événement sera au cœur de son premier livre, Cavalcade (Robert Laffont, 2001).
Il est également chroniqueur dans le TéléObs du Nouvel Observateur, et a publié, entre autres, Les Destins brisés du rock (Scali, 2006), Qu'est-ce que tu me chantes ? Histoires secrètes des cinquante plus grands tubes de la chanson française (Robert Laffont, 2006).

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Nicolas d'Estienne d'Orves

À trente-six ans, Nicolas d'Estienne d'Orves a imposé sa personnalité singulière depuis ses débuts de critique au Figaro littéraire. Mélomane averti, il a affirmé sa passion pour l'opéra, la musique militaire et la chanson paillarde dans le mensuel Classica et l'émission « Étonnez-moi Benoît » de Benoît Duteurtre, sur France Musique, ou son passage a marqué les esprits. Son œuvre romanesque frappe par son originalité : fils spirituel de Barbey d'Aurevilly et de Reiser, Nicolas d'Estienne d'Orves reste fasciné par le monstrueux et le baroque, mais son humour caustique et sa curiosité insatiable pour ses contemporains en font un romancier de la drôlerie et de la légèreté. En 2002, Fin de race(Flammarion) lui vaut un concert d'éloges critiques, et Othon ou l'Aurore immobile (Les Belles Lettres) est couronné par le prix Roger-Nimier. Insensible au sectarisme parisien, Nicolas d'Estienne d'Orves s'essaie au grand roman populaire en 2007 ; Les Orphelins du mal (XO) se révèle un coup de maître et un best-seller mondial. Première véritable incursion dans l'écriture autobiographique, Je pars à l'entractesonne le grand retour de Nicolas d'Estienne d'Orves dans l'espace littéraire, et surprendra tous ses lecteurs par sa tonalité implacable.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


David Foenkinos

Romancier, scénariste et musicien, David Foenkinos est né en 1974. Auteur de treize romans traduits en quarante langues, il a notamment publié aux Éditions Gallimard Le potentiel érotique de ma femme, Nos séparations, La délicatesse, Les souvenirs et Je vais mieux. En 2011, il a adapté au cinéma avec son frère son livre La délicatesse, avec Audrey Tautou et François Damiens.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Marie Darrieussecq

Marie Darrieussecq est née en 1969 au Pays Basque. Elle a reçu le Prix Médicis 2013 pour Il faut beaucoup aimer les hommes.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Eliette Abécassis

Eliette Abécassis est un écrivain et philosophe français, née à Strasbourg.

Elle est la fille d’Armand Abécassis, professeur de philosophie et penseur du judaïsme renommé.

Son oeuvre comporte des thrillers ésotériques (la trilogie du Qumran, Sépharade, Le Palimpseste d’Archimède), des livres intimistes et contemporains (Mon père, Un heureux événement, Une affaire conjugale, etc), ainsi que des essais (Petite métaphysique du meurtre, Le livre des passeurs).

Eliette Abécassis écrit aussi pour le théâtre (La Fiancée Orientale), le cinéma (Kadosh, Un heureux événement) ou la chanson française. Elle intervient régulièrement à la télévision (Les grandes questions, Franz-Olivier Giesbert sur France 5), à la radio (France Inter) ou collabore avec des journaux comme le Huffington Post, Elle ou le Figaro, dans des critiques littéraires ou pour donner un regard philosophique sur l’actualité.

Auteur du « Corset invisible », elle est engagée auprès d’associations de défense du droit des femmes et des enfants et contre la violence faite aux femmes : Le CorP, qu’elle a contribué à créer, contre la marchandisation des femmes et des enfants, ainsi que Exils intra muros, qui défend les familles dans la rue, ou encore soslesmamans, dont elle est l’une des marraines.

Eliette Abécassis a également écrit sur le monde de la mode, (Mère et fille), et elle collabore régulièrement avec des grands couturiers ou des maisons de luxe (Louis Vuitton, Lancel, Guerlain) en prêtant sa plume ou en tant qu’égérie.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Véronique Ovaldé

De livre en livre, Véronique Ovaldé s'impose comme une des figures incontournables de la jeune scène littéraire française. Après des succès critiques et publics avec des romans comme Toutes choses scintillant et Les hommes en général me plaisent beaucoup, elle a définitivement séduit un plus large public avec Et mon coeur transparent, prix France Culture-Télérama 2008.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Fabienne Berthaud

Fabienne Berthaud est une écrivaine, actrice, scénariste et réalisatrice française, lauréate du prix Françoise-Sagan 2011. Elle passe une partie de son enfance en Algérie. Elle rentre en France à l'âge de 11 ans avec sa famille et s'installe à Paris. Ses études secondaires achevées, elle s'inscrit dans des cours d'art dramatique, fait du théâtre, découvre la méthode de l'Actor's Studio qui la passionne. Elle publie son premier roman " Cafards " aux éditions Albin Michel en 1994. Elle se détourne alors du métier d'actrice et écrit son premier court métrage " Noël en famille" qu'elle coréalise. Mathilde Seigner en sera l'actrice principale. Le film fait de nombreux festivals (Cognac, Festival du film Européen) et obtient le prix du public à Valenciennes, le grand prix de Château Chinon et le prix Cinestar à Lille. Son deuxième roman " Mal partout " paraît aux éditions du Seuil en 1999. Elle travaille en parallèle l'image et l'écriture. Elle s'intéresse à la photo. Elle écrit occasionnellement pour quelques magazines et participe à l'élaboration d'une nouvelle revue Littéraire " KWAK " aux éditions du Panama dans laquelle elle écrit des nouvelles. Pour son second long métrage (après Frankie en 2006), Fabienne Berthaud adapte l’un de ses romans, Pieds nus sur les limaces, paru aux Éditions du Seuil en janvier 2004. Le film est sorti en 2010, avec Ludivine Sagnier et Diane Kruger.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Spiridon Superstar

Ce vendredi 10 avril 1896, les premiers Jeux Olympiques de l’histoire moderne sont sur le point de se terminer.
Les Grecs n’ont encore remporté aucune médaille. Et c’est aujourd’hui la dernière épreuve : celle du marathon. Spiridon Louis est là, tenant à la main la belle paire de chaussures neuves que plusieurs habitants de Maroussi se sont cotisés pour lui offrir, et se demandant sans doute un peu, timidement, ce qu’il est venu faire dans cette galère…

Parution :
Maison d’édition : Incipit
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Philippe Jaenada a grandi à Saint-Germain-en-Laye, puis est arrivé à Paris au milieu des années 1980 où il enchaîne les petits boulots pendant plusieurs années. Sa première nouvelle est publiée en 1990 dans L'Autre Journal. Les sept premiers romans de Philippe Jaenada sont d'inspiration autobiographique. Outre ses livres, il écrit pour le magazine Voici.

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Le petit gars qui se roulait par terre

Début des années 1960, Freddy a 17 ans. Père ouvrier chez Citroën, mère au foyer. Son horizon quotidien, le dédale des ruelles du XVe et les petits boulots mal payés, ou pire, l'usine, comme son père. Sa vie, la vraie vie, c'est le rock, qui vient d’arriver en France, et les copains. Les blousons noirs, les petits gars du quartier, habillés en Jeans, Santiags et veste mouton. Le rock, c'est celui d'Elvis, d'Eddie Cochrane et de Gene Vincent. C'est aussi celui de Johnny Hallyday, un jeune gars du coin, du même âge que lui, et qui vient de faire sensation la veille à la télé. D'ailleurs, c'est simple, on ne parle plus que de ça. À la maison, et dehors aussi, avec les copains.
La bande, les disques, les filles quand on y arrive, et les petites combines, pour gagner quelques billets, de quoi se payer un ciné, un coca ou un disque dans le Juke box du café. De quoi panser un moment les blessures des frustrations d'une génération aspirant à autre chose que l'usine, les yeux tournés vers l'Amérique. Jusqu'à la combine de trop, celle qui pourrait bien vous emmener faire un tour en zonzon, même si, dans le fond, on n’est pas un mauvais garçon, comme le chantait Johnny.

Parution :
Maison d’édition : Incipit
Genres :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Patrick Eudeline est écrivain, chanteur, guitariste et dandy punk. Il est notamment l'auteur des romans Dansons sous les bombes, Rue des Martyrs (tous deux chez Grasset), et Vénéneuse (Flammarion).
Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)