Global Techno : Volume 1.1, L’authentique histoire de la musique électronique

Voyage initiatique mené aux sources de la musique électronique actuelle, de New York à Detroit ou Chicago, Global Techno Vol.1.1 relate l'épopée de cette culture des clubs et des raves : depuis sa naissance dans les ghettos américains jusqu'à son explosion dans les métropoles du vieux continent, Paris, Barcelone ou Vienne, son passage par Londres, Ibiza et Berlin, sans oublier l'explosion finale d'un phénomène aussi populaire que la Tecktonik. Les auteurs ont rencontré les artistes majeurs de cette histoire, tels que Pierre Henry, Kraftwerk, Jean-Michel Jarre, Juan Atkins, Cari Craig, Laurent Garnier, Aphex Twin, Autechre, Luc Ferrari ou David Toop. Premier véritable ouvrage français consacré au phénomène, ses auteurs ont parcouru toute la surface du globe pour nous conter la grande épopée de la techno et de la house.

Parution :
Maison d’édition : Éditions Scali
Genres :

À propos de l’auteur

Jean-Yves Leloup, né le 3 avril 19681, est un journaliste, écrivain et animateur radio, spécialisé dans les musiques électroniques, la musique populaire, les arts numériques et les rapports son/image. Il mène parallèlement une carrière de musicien, de DJ, de designer et d'artiste sonore, notamment au sein du duo d'art sonore et de musique électronique RadioMentale.

Jean-Yves Leloup a suivi toute l'évolution de la musique électronique depuis son émergence a la fin des années 80. Témoin privilégié de l'évolution de la scène techno, il s'intéresse parallèlement à toutes les questions relatives à l'art et au numérique. Journaliste pour le mensuel Trax, ancien rédacteur en chef de Coda et de la DJ Radio FG, il a publié de nombreux articles dans la presse musicale et culturelle, d'Actuel au Magazine Littéraire, en passant par Nova Mag. Il est l'auteur avec Jean-Philipe Renoult et Pierre-Emmanuel Rastoin de " GlobalTekno, Voyage Initiatique au cœur de la musique électronique ", publié en 99 aux éditions du Camion Blanc, 16e Grand Prix de Littérature Musicale de l'Académie Charles Cros.


Digital Magma

L'émergence de la musique électronique, d'une nouvelle génération d'artistes et des technologies numériques ont bousculé le paysage musical mondial. Du côté des musiciens, depuis la fin des années quatre-vingt, le mouvement techno et ce que l'on nomme aujourd'hui les musiques électroniques ont apporté un nouveau souffle, balayant parfois l'ordre établi par le rock et la pop, et imposant de nouvelles règles du jeu : créations partagées et éphémères, sampling généralisé, règne du DJ, pratique du mix et du remix, nouvelle et microéconomie... Mais cette révolution esthétique, qui a fini par contaminer une grande partie de la musique au cours des années quatre-vingt-dix, ne se limite pas aux seuls artistes. La démocratisation du numérique, des moyens de diffusion, d'échanges et d'écoute, transforme le rapport du public à la musique. La génération MP3, au-delà de la simple question du piratage, invente aujourd'hui de nouveaux codes, de nouvelles pratiques, qui bousculent notre façon de " consommer " la culture.

Parution :
Maison d’édition : Éditions Scali
Genres :

À propos de l’auteur

Jean-Yves Leloup, né le 3 avril 19681, est un journaliste, écrivain et animateur radio, spécialisé dans les musiques électroniques, la musique populaire, les arts numériques et les rapports son/image. Il mène parallèlement une carrière de musicien, de DJ, de designer et d'artiste sonore, notamment au sein du duo d'art sonore et de musique électronique RadioMentale.

Jean-Yves Leloup a suivi toute l'évolution de la musique électronique depuis son émergence a la fin des années 80. Témoin privilégié de l'évolution de la scène techno, il s'intéresse parallèlement à toutes les questions relatives à l'art et au numérique. Journaliste pour le mensuel Trax, ancien rédacteur en chef de Coda et de la DJ Radio FG, il a publié de nombreux articles dans la presse musicale et culturelle, d'Actuel au Magazine Littéraire, en passant par Nova Mag. Il est l'auteur avec Jean-Philipe Renoult et Pierre-Emmanuel Rastoin de " GlobalTekno, Voyage Initiatique au cœur de la musique électronique ", publié en 99 aux éditions du Camion Blanc, 16e Grand Prix de Littérature Musicale de l'Académie Charles Cros.


J’ai inventé les Beatles

Brian Epstein est le manager historique du célèbre groupe anglais les Beatles. Cette autobiographie inédite en France est sortie pour la première fois en 1967 en Angleterre. Elle retrace les trois années qui ont accompli le miracle Beatles. On trouvera, raconté de l'intérieur par le manager qui a fait les Beatles :- L'histoire d'une découverte : celle du plus grand groupe du monde par un petit vendeur de disques de Liverpool.- Les balbutiements de jeunes gens propulsés dans le star-system des années 60.- Les raisons du remplacement de Pete Best, le batteur original, par Ringo Starr.- L'épopée d'un petit vendeur de disque, renvoyé dans son enfance de toutes les écoles, juif, gay, dans une Angleterre conservatrice, devenu le plus grand manager et découvreur de talents.- Des histoires personnelles sur chaque membre du groupe, raconté librement à la première personne. Brian Epstein est mort en 1967. Trois ans plus tard, les Beatles se séparaient. Aussi talentueux étaient-il, Ringo Starr, Paul Mc Cartney, John Lennon et Georges Harrison n'auraient jamais été les Beatles sans Brian Epstein. Et comme l'a avoué Paul Mc Cartney dans le documentaire mythique d'Anthony Wall de sur Brian Epstein, les Beatles ne se seraient jamais séparés avec lui. Il était le cinquième Beatles.

Parution :
Maison d’édition : Éditions Scali
Genres :
Étiquettes :

À propos de l’auteur

Brian Epstein est le manager historique du célèbre groupe anglais les Beatles.


Lève toi et code

Confessions d'un hacker

XXXXXXX

Si tu découvres ces mots – ce qui est improbable compte tenu de leur provenance –, ne les lis pas.

Mon nom est XXXXXXX et jusqu’à aujourd’hui, j’opérais dans la grandeur de l’ombre, derrière mon écran, avec mes guerriers du clavier. En l’espace de quelques années, j’ai gagné plus de XXXXXXX  euros, j’ai réussi à hacker toutes les écoles qui m’avaient recalé lorsque j’essayais encore de m’intégrer dans ton monde.

Tandis que mon monde rayonne, le tien est mourant. Sache que je suis désolé.

J’ai peur qu’il ne soit trop tard pour sauver le tien.

Isbn : 978-2-7324-8635-2 Prix : 12,90 € Photo © RABBIN DES BOIS Couverture Nicolas Trautmann www.editionsdelamartiniere.fr

 

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :

À propos de l’auteur

Rabbin des bois a commencé ses activités de hacker à l’âge de treize ans. Professionnel du piratage, il tente de faire prendre conscience du développement de la criminalité digitale et des enjeux de la cybersécurité.


Telle que tu me vois

L'histoire d'une fille qui aurait dû être un garçon

J’ai quinze ans et je n’ai toujours pas mes règles. Tant pis, je garde précieusement au fond de mon sac un tampon, pour le jour où. Mais ce jour n’arrivera pas. L’échographie a révélé un trou noir à la place de l’utérus. Un trou noir ? Chez moi, cela résonne comme un vide abyssal. Mais alors, est-ce que je pourrais avoir des enfants ? Est-ce que je suis quand même une femme ? Mes parents savaient, pourquoi n’ont-ils rien dit ? Je comprendrai plus tard qu’il ne s’agit pas tant d’astronomie que d’un syndrome rare : je suis une femme XY. Une fille avec le patrimoine génétique d’un garçon. Et il faudra bien que j’apprenne à vivre avec.

Dans un récit empreint d’une grande délicatesse et de beaucoup d’humour, Élodie raconte comment elle a réussi à se forger un destin de femme avec ce syndrome hors norme. Et nous donne à lire une vraie leçon de vie, de courage et d’amour.

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Genres :
Étiquettes :

À propos des l’auteurs

Emmanuelle Belohradsky

Elodie Lenoir

Concentré de Contre-Culture

A l'occasion du cinquantième anniversaire de Sur la route, de Jack Kerouac, Bruce Benderson nous emmène faire un voyage délirant et pittoresque dans l'underground d'hier et d'aujourd'hui, vu par un écrivain qui vécut ces années-là. Par ses libres associations d'idées et sa démarche ludique, l'auteur nous présente cinquante idées, personnes et événements qui piquèrent sa curiosité, influencèrent sa vie, ou furent tout simplement cocasses. Ce Concentré de Contre-Culture, construit par ordre alphabétique, à la manière d'une mini-encyclopédie, part d'Altamont, le célèbre concert de rock des Rolling Stones au cours duquel un spectateur fut assassiné, pour aller à Viva, la superstar la plus effrontée et dénudée d'Andy Warhol. En chemin, on rencontrera des personnages tels qu'Eldridge Cleaver, qui voulut fonder un Etat séparatiste noir aux Etats-Unis ; Patty Hearst, riche héritière américaine qui sombra dans le terrorisme ; Robert Crumb, le roi de la BD underground ; Peter Berlin, caricature vivante du désir homosexuel ; Jean Seberg, qui sacrifia son identité culturelle pour s'exiler en Europe et en paya un lourd tribut ; ainsi que les autres artistes, visionnaires, radicaux et cinglés qui inventèrent le monde alternatif des années soixante et soixante-dix. Vous découvrirez pourquoi le Bouc a toujours été un symbole transgressif, comment les mouvements Punk et Grunge sont morts, à quoi ressemble la vie d'un Skateur à NewYork, comment Haight-Ashbury, le quartier hippie de San Francisco, se développa, et beaucoup d'autres anecdotes sur la vie dans les marges.

Parution :
Maison d’édition : Éditions Scali
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :

À propos de l’auteur

Essayiste et écrivain new-yorkais, Bruce Benderson est notamment l'auteur de "Pour un nouvel art dégénéré et Sexe et solitude". "Transhumain" est son premier ouvrage écrit directement en français.


Impératrices de la mode

Femmes de pouvoir, fabuleuses excentriques ou séductrices impénitentes, elles sont les divas de la presse.
L'une a révolutionné la presse féminine en inventant Elle...
L'autre a régné pendant quarante ans sur le bon goût new yorkais en dirigeant Vogue...
Une autre encore voulait exterminer les sacs à mains et fit repeindre son bureau en rouge sang de boeuf...

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :

À propos de l’auteur

Reporter pour Elle,DS,L'Evénement du Jeudi et VSD, elle a été rédactrice en chef de Marie-Claire. Elle a lancé et dirigé le magazine Grazia en 2008 et le magazine LUI, aux côtés de Frédéric Beigbeder, en 2013.


Hip Hop : L’authentique histoire en 101 disques essentiels

L'histoire d'une musique s'écrit au travers de ses disques. L'histoire du rap aussi, qui débuta en 1970 avec la sortie du premier album des Last Poets. Moins de dix ans plus tard, ce que l'on appelle désormais " culture hip hop " existe sur vinyle grâce au trio de rappers nommé Sugarhill Gang, auteur d'un des maxis les plus vendus de tous les temps, " Rappers' Delight ". Depuis, les vagues se sont succédées : il y a eu les vénérables ancêtres (Rudy Ray Moore, Joe Bataan), les pionniers (Afrika Bambaataa), les rappers classés X (Blowfly, 2 Live Crew), les politiques (Public Enemy), les intellos (Gary Byrd, Disposable Heroes Of Hiphoprisy), les premiers rappers de rue (Just Ice, Ice-T, Schoolly D), les gangsta rappers (NWA, Ice Cube, The Game), les superstars (Jay-Z, Snoop Dogg), les martyrs (2Pac, Notorious Big, Big Punisher), les Français (Ministère Amer, MC Solaar, NTM, IAM), les femmes (Lil' Kim, Missy Elliott), les révolutionnaires (The Coup, Keny Arkana), les blancs (Beastie Boys, Eminem), les dingues (Dr. Octagon, Lil Jon) et tant d'autres. En 101 disques indispensables, incontournables et essentiels se dessine une histoire. Une histoire qui perdure depuis quatre décennies, l'histoire d'un bruit devenu culture, d'une lame de fond devenue mouvement de fond, l'histoire du XXe siècle et du début du XXIe. L'histoire du hip hop.

Parution :
Maison d’édition : Éditions Scali
Éditeurs :
Genres :

À propos de l’auteur

Olivier Cachin est un journaliste, écrivain et un animateur de télé dans la mouvance Hip-Hop qui commença sa carrière chez Picsou Magazine. Il a écrit des livres comme Le Dictionnaire du rap ou encore Histoire du rap en 100 albums essentiels. C'est le rappeur Joey Starr, membre du groupe Suprême NTM, qui signe la préface de ce dernier ouvrage qui retrace l'évolution chronologique du Rap à travers 100 albums essentiels, allant des Last Poets à Joey Starr.


Blouse blanche et poils de chiens

Comment j'ai découvert l'odeur du cancer

Couverture d’ouvrage : Blouse blanche et poils de chiens

Au départ, Isabelle Fromantin voulait soigner les lépreux. À l'arrivée, elle cherche à dépister le cancer du sein grâce à l'odorat des chiens.
Ce parcours hors du commun est celui d'une infirmière à l'écoute de ses patients mais aussi de son propre instinct. Celui d'une soignante qui a réussi des miracles par la seule force de sa volonté.
Pour savoir comment elle en est arrivée là, il faut suivre un fil qui passe par Soeur Emmanuelle, l'Afrique, l'Institut Curie, le financement participatif, le fromage et bien d'autres choses encore.
Car il s'agit bien d'une enquête quasiment policière, dans le monde jusqu'alors inconnu des odeurs et de la science. Avec son inventivité et aussi un joli sens de l'humour, Isabelle Fromantin nous entraîne à sa suite.

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :

Le dictionnaire du Rap

Qui est Dr. Dre ? Comment furent censurés les 2 Live Crew ? Qui écrivit la chanson " Fuck Compton " ? Quel est le titre du second album des Last Poets ? Quels groupes de rap furent attaqués par le ministère de l'Intérieur ? Comment Snoop Dogg échappa-t-il à la peine capitale ? Qui a traumatisé le rap français avec le morceau " J't'emmerde " ? Que sont les " Sex Packets " ? Comment est mort 2Pac ? Où est né Mokobé ? Que signifient les initiales NWA ? Quel groupe a mis le WorldTrade Center en flammes sur la couverture de son album deux semaines avant le 11 septembre 2001 ? Quel juge condamna NTM à six mois d'interdiction de chanter ? Qui a tué Notorious Big ? Qui est vraiment Suge Knight ? Où sont les femmes dans le hip hop ? Lil' Kim a-t-elle vraiment tourné dans un porno ? Pourquoi tant de haine chez le Ministère Amer ? Autant de questions auxquelles vous trouverez les réponses dans Le Dictionnaire du rap, riche de 500 entrées, résumé ludique et alphabétique de 40 ans d'histoire noire et rapologique.

Maison d’édition : Éditions Scali
Genres :

À propos de l’auteur

Olivier Cachin est un journaliste, écrivain et un animateur de télé dans la mouvance Hip-Hop qui commença sa carrière chez Picsou Magazine. Il a écrit des livres comme Le Dictionnaire du rap ou encore Histoire du rap en 100 albums essentiels. C'est le rappeur Joey Starr, membre du groupe Suprême NTM, qui signe la préface de ce dernier ouvrage qui retrace l'évolution chronologique du Rap à travers 100 albums essentiels, allant des Last Poets à Joey Starr.


Anecdotes

Mythique légende du cinéma indépendant américain, témoin et inspirateur de l'avant-garde, Jonas Mekas, né en Lituanie en 1922 et émigré à New York en 1944, est connu pour l'écriture d'un nouveau cinéma, le " ciné-journal ", qui consiste à enregistrer son quotidien. Avec un ton qui remet en cause l'esthétique du genre et le cinéma commercial, son style est repris aujourd'hui par de nombreux cinéastes. Hérault de la contre-culture et du mouvement beat, Jonas Mekas dirige actuellement l'Anthology Film Archives, la cinémathèque new-yorkaise du cinéma d'avant-garde. De Andy Warhol à Norman Mailer, en passant par John Lennon, Yoko Ono, Jean Renoir, Al Pacino, Jackie Onassis, Robert Frank, Henri Langlois, Allen Ginsberg...

Parution :
Genres :

À propos de l’auteur

Mythique légende du cinéma indépendant américain, témoin et inspirateur de l'avant-garde, Jonas Mekas, né en Lituanie en 1922 et émigré à New York en 1944, est connu pour l'écriture d'un nouveau cinéma, le " ciné-journal ", qui consiste à enregistrer son quotidien. Avec un ton qui remet en cause l'esthétique du genre et le cinéma commercial, son style est repris aujourd'hui par de nombreux cinéastes. Hérault de la contre-culture et du mouvement beat, Jonas Mekas dirige actuellement l'Anthology Film Archives, la cinémathèque new-yorkaise du cinéma d'avant-garde. De Andy Warhol à Norman Mailer, en passant par John Lennon, Yoko Ono, Jean Renoir, Al Pacino, Jackie Onassis, Robert Frank, Henri Langlois, Allen Ginsberg...


D’abord, ils ont effacé notre nom

Un Rohingya parle

Le premier témoignage d'un Rohingya en France, qui dénonce les persécutions dont est victime son peuple.

En 1982, les Rohingyas, minorité musulmane de Birmanie, sont privés du droit à la citoyenneté. Habiburahman, alors âgé de trois ans, devient apatride dans son propre pays. Soumis au bon vouloir de la junte militaire au pouvoir, Habiburahman, comme des millions de Rohingyas, survit. Il raconte tout, se souvient de tout : les humiliations et les travaux forcés, la ségrégation, les arrestations arbitraires, la torture… Mais Habiburahman, qui lutte pour pouvoir étudier, a soif de justice et de liberté. Il réussit finalement à fuir la Birmanie, y laissant à contrecoeur une partie de sa famille. Aujourd’hui réfugié politique en Australie, il incarne la parole des Rohingyas et s’engage pour défendre leur cause. Ce livre est son récit et celui de tout un peuple en voie d’extermination.

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :

À propos des l’auteurs

Sophie Ansel

Sophie Ansel est journaliste, auteur et réalisatrice. Elle a longtemps vécu à l'étranger avant de s'installer plusieurs années en Asie. Un voyage au long cours en Birmanie puis en Malaisie et en Thaïlande auprès des exilés lui permet de découvrir un pays et des peuples aux multiples facettes qu'elle n'aura dès lors de cesse d'explorer et de retranscrire à travers ses articles, ses photographies et ses films (Dans l'ombre de ton sourire, 2006 ; Birmanie, D'un enfer à l'autre, 2008 ; La promesse de l'Aube, Un oeil sur la planete - 2013). Elle écrit de nombreux guides de voyage et est l'auteur du récit Les Larmes Interdites, avec Navy Soth (Plon) et de la bande dessinée, Lunes Birmanes, avec Sam Garcia (Delcourt).


Habiburahman

Habiburahman est rohingya. Né en 1979 en Birmanie, il réside et travaille actuellement à Melbourne (Australie) où il a fondé une association pour soutenir sa communauté.


Flag

25 ans et 7000 interpellations à la Brigade anti-criminalité

Le flagrant délit est l'instant où le délinquant commet son crime. C'est aussi la microseconde où le flic intervient. C'est un flash. Un shoot d'adrénaline. Un espace en suspens, hors du temps, où tout peut arriver, où tout bascule : le voyou devient taulard et le flic un héros... Mais parfois aussi l'instant où le délinquant devient un criminel et où le policier finit à terre. Pour décrire cet instant - dangereux, mais aussi excitant comme une drogue - Daniel Bourdon a choisi l'écriture. Ainsi, c'est à travers les mots, le jargon de la police, qu'il nous livre les clés de cette dépendance à la rue, celle de tous les flics accros à la poussée d'adrénaline. "Arracheur, bâtonnite, braco, brème, frotteur, braconner, faire du crâne, chouffer..." Au fil des mots, illustrés chaque fois par des anecdotes inédites et percutantes, nous découvrons l'univers méconnu de ces flics en civil opposés aux voleurs, dealers et gangsters. Les cinquante-huit histoires de ce livre se lisent comme des nouvelles. Elles nous décrivent les mondes obscurs de la nuit parisienne, du trottoir et des commissariats, elles nous initient à cette sensation magique, fascinante et dangereuse, ce mélange de violence et d'excitation, qui, tel un déclic, une décharge, bouleverse le coeur et la tête de chaque flic, et qui n'est rien d'autre qu'une addiction au flagrant délit.

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Éditeurs :
Genres :

À propos de l’auteur

Major de police, ce fils de mineur est un pur produit de la Sécurité publique. Sorti du rang, Daniel Bourdon intègre en 1984 la Brigade anti-criminalité pour devenir ensuite l'un de ses plus hauts responsables. Il officie depuis près de 30 ans dans le VIe, à Paris, entre le Flore, Castel et le RER B de la station St Michel. Son terrain de chasse est surtout le monde de la nuit, où il aura en tout opéré près de 7 000 arrestations.


Diana, cette nuit-là – Poche

" C'était il y a dix-sept ans. Cette nuit-là, j'y étais : dans le couloir où elle était encore vivante, puis seul avec elle dans la chambre mortuaire. C'est pourquoi, depuis, on me présente ainsi : "celui qui a accompagné la princesse pour son dernier voyage." Mais jusqu'ici, je n'en avais jamais parlé. Même si les images restaient gravées en moi, je voulais d'abord prendre du recul par rapport à cette tragédie. Loin du battement médiatique et de l'enquête officielle, je souhaitais recueillir le sentiment de mes collègues dans la brigade, retourner sur les lieux du drame, humer l'air, comprendre qui elle était et avec qui elle se trouvait. C'est ce que j'ai fait, pendant des années... Près de vingt ans de réflexion, d'archivage, et surtout de silence. Une enquête personnelle qui sommeille. Pourtant, parfois, la nuit je me réveille et je pense à elle. Je la revois telle qu'elle m'est apparue sur la civière. J'entends son faible souffle, ses veines sont gorgées de sang, son coeur bat encore. Elle vit. Elle ne veut pas mourir. Pas ce soir. Pas maintenant. Elle va se réveiller. Me parler. Se lever... Et je me refais alors le film de sa dernière nuit sur terre. "

Parution :
Maison d’édition : J'ai lu
Genres :
Critiques :Amazon a écrit:

5,0 sur 5 étoiles
Correspond a sa description
Par Francis le 24 septembre 2014
Format: Broché|Achat vérifiéJ'ai acheter ce livre dans le cadre d'un cadeaux pour un membre de ma famille qui la dévorer en quelque jours, l'article correspond a sa description rien a signaler à par ça.

5,0 sur 5 étoiles
la précision
Par Client d'Amazon le 20 novembre 2017
Format: Poche|Achat vérifié
l'auteur est très précis sur les dernières trois minute de la vie de Diana , il a bien représente une ambiance de film bravo

5,0 sur 5 étoiles
Tres bon livre
Par daudet le 22 août 2017
Format: Broché
Très très très très bon livre très bien écris je le recommande aucun regret d'achat. Il mérite largement un 5 étoiles

5,0 sur 5 étoiles
La dernière nuit a Paris d une princesse
Par Martine le 2 juillet 2017
Format: Broché|Achat vérifié
très joli livre je l ai lu en une journée.
émouvant, triste,mais Dieu merci qu 'elle n 'était pas assé contiente pour voir dans quelle état
elle se trouvé et surtout Dodi l homme qui allait lui demandé sa main le lendemain
Aujourd 'hui ils sont reunis pour l éternité.
je crois que se policier ne pourra jamais oublié le merveilleux visage de cette princesse de coeur endormie pour toujour .

5,0 sur 5 étoiles
Diana
Par françoise et michel jourdin le 3 septembre 2014
Format: Format Kindle|Achat vérifié
J'ai beaucoup aimé lire ce livre.C'est malheureux cet accident.Trois vies fauchées.......Et un blessé grave.Trop triste la vie ainsi.Et deux enfants qui perdent leur maman.

5,0 sur 5 étoiles
DIANA CETTE NUIT LA
Par FRANCOISE le 27 octobre 2014
Format: Broché
J AI AIME CE LIVRE ET L AI LU D UN TRAIT. J ADORAI CETTE PRINCESSE AU COEUR TENDRE ET A QUI LA VIE N A PAS SOURI. FANNY

5,0 sur 5 étoiles
Diana cette nuit là
Par petitefleurle 28 septembre 2014
Format: Broché|Achat vérifié
Merci Mr BOURDON pour avoir ecrit ce livre.Diana etait si belle si juste si droite on lui a mis des battons dans les roues elle donnait tant de sa personnes un si grand coeur on lisez dans sont si beau regard une princesse malheureuse elle qui etait si seule dans son desespoir c'est ce grand manque d'amour et tendresse de son époux ( si on peut appeler ça un époux ! ) qu'elle donnait aux autres et ça l'a rendait si heureuse et humaine. Pauvre DIANA cette mort est injuste et je continue à croire que c'etait un accident programmé elle faisait de plus en plus peur à la MONARCHIE . Pourquoi l'avoir enterée sur cette ile ou personne ne peut se recueillir endroit qui n'est meme pas entretenu elle ne meritait pas d'etre enterérée comme un chien. A sa mort j'ai tant pleuré je ne voulais pas y croire elle n'a pas eu son grand bonheur de voir ses fils grandir et de connaitre ses petits enfants ;trop jeune pour mourir

5,0 sur 5 étoiles
diana
Par guillaume le 1 septembre 2014
Format: Broché
J ai aprecie ce livre a conseiller nouveau point de vue sur l accident de diana par un policier .

5,0 sur 5 étoiles
une performance
Par Hugo Lucasle 20 septembre 2014
Format: Broché
je viens de lire ce livre une véritable performance , les trois dernières minutes de la vie d'une princesse en 150 pages bravo bien monté précis, à la fois de la pudeur et du sentiment, sur que les habitués des magazines à scandale seront déçus.
Ici tout reste écrit avec vérité même si une romance s'installe avec la pensée des 4 occupants dans la voiture,
livre qui vous transporte sur les derniers moments de diana bravo

5,0 sur 5 étoiles
Produit que je recommande sans hésiter.
Par Max 84 le 4 octobre 2014
Format: Broché
Je tiens à noter ce livre car il m'a touché, il est rempli de vérités. L'auteur a eu beaucoup d'audace d'écrire ce bouquin dans lequel nous apprenons beaucoup de choses sur la défunte princesse ainsi que les détails pour lesquels il a effectué de nombreuses recherches. J'ai lu énormément de livre sur lady Diana, en français, en anglais mais celui ci est vraiment bien. Félicitations Monsieur.


À propos des l’auteurs

Bertil Scali

Bertil Scali est journaliste, écrivain et éditeur. Son livre Hitler, mon voisin (Michel Lafon, 2013) a été réédité en livre de poche, traduit en 13 langues et publié dans une trentaine de pays, dont les États-Unis, la Chine, l’Italie, l’Allemagne, le Brésil, l’Espagne ou la Pologne. Bertil Scali a écrit et co-réalisé le documentaire Hitler, mon voisin qui a notamment été diffusé sur Netflix et Planète+. De 1990 à 1992, il a écrit pour les magazines City Magazine, Elle et Détective. En 1993, il est entré comme reporter au magazine VSD, interviewant notamment Issei Sagawa, le "Japonais Cannibale", ainsi qu’à Radio Nova pour l’émission La Grosse Boule, avec Edouard Baer et Ariel Wizman. En 1995, il a été engagé comme reporter à Paris Match, couvrant de nombreux faits d'actualité en France et à l'étranger, en particulier dans le domaine de l'Internet, et devenant le correspondant permanent du magazine à Londres. En 2004, il s’est associé avec Jérôme Sans, cofondateur avec Nicolas Bourriaud du Palais de Tokyo, pour lancer les éditions Scali, une maison d’édition destinée à publier des ouvrages autour des cultures de l’underground et actuelles (musiques rock, électro, poésie, fiction, cinéma, art contemporain, littérature, érotisme, carnets) sur des thèmes négligés ou controversés et des sujets en marge tels que l’histoire de la Gay Pride, par Oliviero Toscani, ou celle de la culture Goth sous la direction de Patrick Eudeline. Près de 200 livres ont été publiés de 2004 à 2008, avec des auteurs comme Richard Branson, Jonas Mekas, Virginie Despentes, Nina Roberts, Jean-Charles de Castelbajac, Joeystar, Bruce Benderson, Marie Darrieussecq, Dupuy et Berberian, Brian Epstein, Vic Darkwood, Philippe Jaenada, Bernie Bonvoisin, Margo Jefferson, Bruno de Stabenrath ou Olivier Cachin. En 2009, il a travaillé pour BETC sur les City Guide Louis Vuitton. En 2010 et 2011, il a dirigé les Éditions de La Martinière Textes. Il est toujours directeur d'ouvrages pour les Éditions de La Martinière, publiant des auteurs aux parcours de vie hors du commun, tels que Nelson Mandela, Richard Branson ou Chantal Jouanno, et des beaux-livres illustrés signé par des artistes engagés comme Jane Birkin ou France Gall. En 2013, il a fondé Litcom qui travaille avec des maisons d'édition, des marques et de grands écrivains. (Nelson Mandela, Richard Branson, Chantal Jouanno…), des écrivains (Nicolas Rey, Bruno de Stabenrath, Patrick Eudeline…), des journalistes (Régis Le Sommier, Yseult Williams, Michel-Antoine Burnier…) et des beaux-livres illustrés signé par des artistes engagés comme Jane Birkin ou France Gall. En 2013, il a fondé Litcom qui travaille avec des maisons d'édition, des marques et de grands écrivains. Aux éditions Steinkis/Prisma, il a dirigé les ouvrages de grands écrivains (Patrick Eudeline, Gonzague Saint-Bris, Philippe Besson, Nicolas Rey, Eliette Abécassis, Benoît Duteurtre, Nicolas d'Estienne d'Orves, Joy Sorman, François Bégaudeau, Philippe Jaenada, Gilles Pudlowski…).

Le blog de Bertil Scali

Bertil Scali, agent littéraire, sur France Bleu

 


Daniel Bourdon

Major de police, ce fils de mineur est un pur produit de la Sécurité publique. Sorti du rang, Daniel Bourdon intègre en 1984 la Brigade anti-criminalité pour devenir ensuite l'un de ses plus hauts responsables. Il officie depuis près de 30 ans dans le VIe, à Paris, entre le Flore, Castel et le RER B de la station St Michel. Son terrain de chasse est surtout le monde de la nuit, où il aura en tout opéré près de 7 000 arrestations.


Villa Windsor

À Neuilly-sur-Seine, derrière la contre-allée du boulevard Richard-Wallace, se dresse la villa Windsor dont les murs ont été le théâtre d'un demi-siècle de secrets, de vie mondaine et d'histoires d'amour romanesques. Domicile du général de Gaulle au lendemain de la guerre, cette villa a surtout été le refuge d'Édouard VIII, play-boy romantique et rebelle qui, le 11 décembre 1936, abdiqua par amour pour une Américaine, aventurière, deux fois divorcée, Wallis Simpson – décision grâce à laquelle la reine Élisabeth II put monter sur le trône qu'elle occupe encore. Après la période troublée de la guerre et des années d'errance luxueuse, la France reçut à bras ouverts ce couple – le duc et la duchesse de Windsor – à qui la monarchie britannique avait tourné le dos. C'est là qu'ils devaient finir leurs jours.
Ce livre, bien sûr, ne raconte pas seulement cette romance insolite. Il relate toutes les amitiés parfois troubles des Windsor qui côtoyèrent les plus diverses personnalités de l'époque. Renée Van Cleef, héritière de la maison Van Cleef and Arpels qui, menacée en raison de ses origines juives, se suicida en 1942 ; Hitler, pour qui le duc de Windsor nourrit un temps une sympathie qu'il paiera cher et qui le reçut dans son nid d'aigle de Bavière ; Churchill, Coco Chanel, lord Mountbatten, le prince Charles et, bien sûr, la reine Élisabeth...
Des années plus tard, en 1997, la villa Windsor sera également la dernière demeure que Diana visitera, quelques heures avant de mourir. Renouant avec le destin du duc et de la duchesse de Windsor, elle devait s'y installer avec son fiancé, Dodi Al-Fayed...

Parution :
Maison d’édition : Michel Lafon
Genres :
Excerpt:
Critiques :Beatrice au sujet deAmazon a écrit:

Je l'ai lu en 3 jours... Passionnant, bien écrit, agréable à lire car romancé (il faut donc ne pas oublier que certains passages sont imaginés, notamment quand sont décrits les sentiments des protagonistes) mais on apprend beaucoup sur la vie de ce couple en exil et un peu sur ce qui s'est passé au moment de l'abdication... Quelles en sont les véritables raisons ? Le Duc a-t'il vraiment comploté avec Hitler pour reprendre le trône et prendre la place de sa nièce Elisabeth ? Là où on apprend aussi pourquoi Churchill les a envoyé aux Bahamas car il savait qu'un projet de kidnapping du couple était fomenté par les nazis... Au pire ils étaient pro-nazis, au mieux des gens naïfs et inconscients, ils n'ont pas été les seuls mais il est vrai que sur le trône d'un pays, leur aveuglement pouvait avoir des conséquences catastrophiques...
Là où on constate encore une fois le côté 'rapiat' et matérialiste de la famille royale pour récuperer le plus possible des biens du Duc au moment de son décès ! ils avaient fait la même chose avec les quelques biens (bijoux) de la tsarine douairière de Russie en exil en Angleterre ... L'auteur égratigne au passage la reine Elisabeth en la décrivant comme une personne froide et distante, mais on savait, l'ayant vu à l'oeuvre au moment du décès de Diana. Mais là encore, pour les Windsor, on ne sait pas ce qui s'est réellement passé et on ne le sera jamais je pense... sa rancune était peut-être justifiée... Le point final glorieux de cette histoire d'amour qui a tant fait scandale, c'est que la fortune du Duc, et ensuite celle de la Duchesse, est allée à la Recherche et au Professeur Montagnier (SIDA) grâce à l'intervention d'une avocate outrée par les manoeuvres de la famille royale. Ce couple que je crois inconscient mais au final attachant aura réussi à faire le bien, sans grandes difficultés certes, ils étaient privilégiés, mais quand même...

C'est au programme a écrit:

C’est au programme
« Villa Windsor » présenté par Sophie Devant et Damien Thévenot, avec des documents exceptionnels : visite de la maison par Frédéric Mitterrand, photos du duc et de la duchesse avec Hitler, dernières photos de Diana et Dodi, de Gaulle en famille…

« Nous allons vous raconter une histoire incroyable : celle d’une villa dans le Bois de Boulogne à Paris, baptisée la Villa Windsor. C’est un hôtel particulier du Second Empire qui fut entre 1953 et 1986 la résidence d’un couple mythique : le Duc et la Duchesse de Windsor. Mais pas seulement. Si Lady Diana et Dodi Al Fayed n’étaient pas décédés tragiquement dans la nuit du 30 août 1997, le couple aurait vécu Villa Windsor. »

Paris Match a écrit:

LA VILLA WINDSOR N’AURA PAS FINI DE NOUS SURPRENDRE.
Savait-on que de Gaulle y avait installé son quartier général à son retour de Londres, bien avant qu’elle ne scelle le sort de deux couples sans royaume ? Ou que Diana et Dodi avaient prévu d’y célébrer leur déjeuner de fiançailles… le lendemain de leur disparition tragique ? De révélations étonnantes en anecdotes cocasses, Bertil Scali nous ouvre les portes de cette demeure aristocratique au cœur du Bois de Boulogne, qui abrita les amours interdites et le train de vie luxueux du duc et de la duchesse de Windsor. Il livre un récit captivant et intime sur ce couple au destin royal contrarié et aux amitiés fascistes controversées. Et ressuscite les personnages célèbres et anonymes qui ont hanté ces lieux. Corinne Thorilon.
www.parismatch.com

France Dimanche a écrit:

C’est à Paris, dans l’hôtel particulier où ont vécu le duc et la duchesse de Windsor, que Diana avait l’intention de s’installer avec  Dodi Al-Fayed.

Par une belle après-midi, samedi 30 août 1997, une Range Rover franchit les grilles du magnifique hôtel particulier du boulevard Richard-Wallace, baptisé la villa Windsor. À son bord, la princesse Diana et son compagnon Dodi Al-Fayed. La jeune femme, émerveillée, découvre pour la première fois la haute bâtisse blanche et grise, entourée de marronniers, qui doit devenir, pour elle et pour Dodi, la maison du bonheur.

Un bonheur auquel la princesse commence à croire depuis son coup de foudre pour le séduisant play-boy sur le Jonikal, le fabuleux yacht du père de Dodi, l’homme d’affaires égyptien Mohamed Al-Fayed.

Après un mariage houleux avec le prince Charles, et la fin de sa romance avec le chirurgien Hasnat Khan, Lady Di a en effet retrouvé la joie de vivre auprès de ce charmant jet-setter, qui, de son côté, est tombé éperdument amoureux de cette sexy lady aux exquises manières.

Alors que Diana s’avance dans l’allée qui mène à la villa, les images de ce fol été lui reviennent en mémoire. Semaine après semaine, les deux amants ont passé le mois d’août à sillonner la mer, à nager, à s’embrasser tels des adolescents, comme si leurs vacances ne devaient jamais finir.

Avant de pénétrer dans la maison endormie, la princesse imagine son avenir avec Dodi. Un avenir qu’elle voit en rose. Il sera fait de voyages impromptus en jet privé, et de croisières sur le Jonikal. Avec son chéri, ils vivront sur tous les continents au gré des saisons mais surtout à Paris, dans cette villa, qui abritera leur passion contre vents et marées.

C’est Dodi qui a décidé d’installer leur nid d’amour dans ce bel hôtel particulier dont son père est devenu l’heureux locataire en 1986. Un hôtel rempli de souvenirs d’un autre couple d’amoureux célèbres : construite en 1880 par l’architecte Gabriel Jean Antoine Davioud, la demeure a été mise en 1953 à la disposition du duc et la duchesse de Windsor.

Mais à en croire le passionnant ouvrage de Bertil Scali intitulé Villa Windsor, les lieux ont accueilli, en 1944, un autre hôte illustre… le général de Gaulle. Rentré de son exil londonien, le chef de la France libre y avait en effet installé son état-major. Il y recevait tous ceux et celles qu’il souhaitait voir reconstruire avec lui le pays de demain. Un spahi marocain conduisait les invités au salon où les accueillaient le Général, en uniforme, et tante Yvonne, vêtue d’une longue jupe noire et d’une tunique brillante.

Ce n’est pourtant pas au libérateur de Paris auquel Diana pense alors qu’elle pénètre à l’intérieur de la maison à la suite de son amant. En parcourant les pièces somptueuses de sa future résidence, la princesse songe avec émotion à Edward VIII, qui, en 1936, avait abdiqué pour pouvoir épouser la femme qu’il aimait. Diana, qui a glissé son bras sous celui de Dodi, est bouleversée en découvrant toutes les œuvres d’art et objets précieux, témoins de la folle passion qui a uni jusqu’à leur dernier souffle les plus célèbres parias du royaume de Grande-Bretagne et d’Irlande.

En contemplant le monde extravagant des Windsor, dont l’amour avait triomphé de la Couronne, elle ne peut cependant pas s’empêcher de trembler. Tout l’été, la presse britannique, que ce soit le Times ou le Daily Telegraph, s’est en effet déchaîné contre elle et Dodi. Au Royaume-Uni, on a crié au scandale devant les photos de leur bonheur, de ce long baiser passionné échangé sur le pont du Jonikal.

Mais son angoisse se dissipe peu à peu tandis que Diana poursuit sa visite, comme si la maison lui chuchotait qu’elle allait dorénavant vivre heureuse dans ses murs. Rassurée, c’est avec beaucoup d’émotion qu’elle contemple les trésors légués par la duchesse à l’Institut Pasteur. Trésors que Mohamed Al-Fayed, qui s’est engagé à rénover à l’identique cette demeure historique, a rachetés à cette illustre institution.

Le propriétaire du Ritz et de Harrods a également tout fait pour retrouver le mobilier des Windsor chez des particuliers, dans les boutiques d’antiquités et lors de ventes aux enchères à Paris, Londres ou New York, dans le but de rendre hommage à ce couple mythique. « Il a engagé des décorateurs de l’époque, la maison Jansen, afin de donner à la villa son éclat passé. Il a fait restaurer un à un les objets que ses émissaires sont allés chercher aux quatre coins du monde », explique Bertil Scali dans son livre.

À la suite de Dodi, Diana continue à explorer la maison. La jeune femme se penche sur ces objets de famille, boutons de ­manchette, étuis à cigarette, médailles, pendentifs, théières, presse-papiers, bagues, colliers, qui racontent tous l’histoire d’un grand amour.

La Princesse des cœurs a même les larmes aux yeux face à la photo du duc et de la duchesse lors du réveillon de 1949, lui en smoking, elle en robe du soir, dansant amoureusement joue contre joue.
Mais si Diana est émue devant les merveilles dont la villa Windsor regorge, Dodi, lui, n’en veut pas. Il est hors de question pour lui de vivre au milieu des souvenirs d’Edward et Wallis. Sur ce point, il a été très clair, et son père est tombé d’accord. « La vente des objets est déjà prévue pour le mois de septembre. Tout sera à nouveau disséminé », écrit Bertil Scali.

Pour Dodi, cette maison doit en effet être désormais le témoin d’une autre histoire, celle de son amour pour cette belle princesse dont il est éperdument épris. À lui et à Diana de remplir ce temple dédié à leur couple d’objets qu’ils auront eux-mêmes choisis. Des objets qui leur rappelleront tous les moments heureux de leur mariage, voyages, fêtes d’anniversaire ou même, pourquoi pas, la naissance de leurs futurs enfants.

Car ce play-boy, qui a enchaîné jusque-là les relations de courte durée avec des starlettes et des mannequins, a la ferme intention de s’unir avec Diana pour le meilleur et pour le pire. En accompagnant sa chérie dans sa découverte de la maison, il repense donc à la bague que tout à l’heure, après avoir quitté sa princesse, il ira chercher chez le bijoutier Repossi, place Vendôme, en face du Ritz.

De son côté, alors qu’elle admire les pierres portées jadis par Wallis Simpson, Diana songe à cette bague fabuleuse que Dodi et elle ont choisie quelques jours plus tôt à Monte-Carlo et qu’elle a glissée à son doigt. Sertie d’un diamant en forme de rectangle entouré de dizaines de brillants, elle fait partie de la collection de bagues de fiançailles « Dis-moi oui ».

Un « oui » que Diana a bien l’intention de répondre ce soir à son amoureux, lorsque Dodi lui demandera d’être sa femme, dans son appartement de l’Étoile. Le lendemain, ils iront déjeuner tous les deux dans leur nid d’amour et feront de tendres projets. Elle s’imagine déjà décorant une chambre d’enfant dans des tons rose pastel. Car, cette fois, elle aura peut-être une fille, issue de son amour pour Dodi, cet homme épris et attentionné qui la comble de bonheur.

Ce bonheur s’est hélas brisé au petit matin du 31 août, où Diana et Dodi ont été fauchés dans la fleur de l’âge. La villa Windsor est restée vide, sans vie. Elle pleure toujours les amants disparus.

Catherine Venot

http://www.francedimanche.fr/infos-people/royaute/diana-caurait-du-etre-son-dernier-nid-damour%E2%80%89/

Sud Ouest a écrit:

Bertil Scali, ancien du magazine « Paris Match », a écrit son dernier roman dans la librairie pessacaise. Pour être tranquille .

Le parcours de Bertil Scali est un peu improbable. De Neuilly à Pessac pour écrire sur la princesse Diana, l’icône décédée dans un accident de voiture sous le pont de l’Alma, à Paris, avec son amant Dodi Al-Fayed, le 31 août 1997. Un parcours relaté dans son dernier roman, « La Villa Windsor » (1).

Au départ est l’enfance, comme pour tout le monde. « Mes grands-parents paternels comme maternels habitaient pas loin de la Villa Windsor. Un hôtel particulier qui appartient à la Ville de Paris et qui a abrité dans ses murs le duc de Windsor, ex-roi Edouard VII, et Wallis Simpson, sa maîtresse américaine divorcée. La princesse Diana avait pour projet de s’y installer au moins temporairement quand elle est morte.

Y sont passés aussi le général de Gaulle, Coco Chanel ou Renée Van Cleef, une des héritières aux bijoux éponymes. À côté du bois de Boulogne donc.

L’auteur, Bertil Scali, est un ancien du magazine « Paris Match », longtemps en poste à Londres, d’où son attirance pour la famille d’Angleterre.

Ce qui n’explique pas pourquoi il a choisi Pessac pour écrire. « J’habite ici depuis un an et demi. Avec mon épouse et mes trois enfants, on cherchait à quitter Paris. S’offraient à nous des villes comme Bruxelles, Lille, Rennes, Nantes ou Lyon mais c’est l’agglomération bordelaise qui nous a séduits. Franchement, cette région, c’est ce qu’il y a de mieux, bien mieux que ce qu’on imaginait au départ. Nous avons eu un vrai coup de cœur et découvert des gens qui sont bien plus sympathiques que ce qui dit leur réputation. » Non comptant d’écrire à Pessac son troisième ouvrage (2), il s’est installé dans les locaux de la librairie Le 45e Parallèle pour le faire. « C’est une librairie que j’aime bien. Je préfère écrire en dehors de chez moi. Pour ne pas être perturbé y compris par les discussions familiales. Dans la librairie, on est au calme, je peux prendre un thé ou un café. »

L’écriture lui a pris deux mois qui sont venus après un an et demi de recherches. « Tout ce qui est factuel est vrai mais les scènes sont reconstituées, comme les mises en situation et les dialogues pour que ce soit romanesque. »

JEAN-FRANÇOIS RENAUT

(1) « La Villa Windsor », aux éditions Michel Lafon. (2) « Un jour comme un autre » et « Hitler, mon voisin ».


À propos de l’auteur

Bertil Scali est journaliste, écrivain et éditeur. Son livre Hitler, mon voisin (Michel Lafon, 2013) a été réédité en livre de poche, traduit en 13 langues et publié dans une trentaine de pays, dont les États-Unis, la Chine, l’Italie, l’Allemagne, le Brésil, l’Espagne ou la Pologne. Bertil Scali a écrit et co-réalisé le documentaire Hitler, mon voisin qui a notamment été diffusé sur Netflix et Planète+. De 1990 à 1992, il a écrit pour les magazines City Magazine, Elle et Détective. En 1993, il est entré comme reporter au magazine VSD, interviewant notamment Issei Sagawa, le "Japonais Cannibale", ainsi qu’à Radio Nova pour l’émission La Grosse Boule, avec Edouard Baer et Ariel Wizman. En 1995, il a été engagé comme reporter à Paris Match, couvrant de nombreux faits d'actualité en France et à l'étranger, en particulier dans le domaine de l'Internet, et devenant le correspondant permanent du magazine à Londres. En 2004, il s’est associé avec Jérôme Sans, cofondateur avec Nicolas Bourriaud du Palais de Tokyo, pour lancer les éditions Scali, une maison d’édition destinée à publier des ouvrages autour des cultures de l’underground et actuelles (musiques rock, électro, poésie, fiction, cinéma, art contemporain, littérature, érotisme, carnets) sur des thèmes négligés ou controversés et des sujets en marge tels que l’histoire de la Gay Pride, par Oliviero Toscani, ou celle de la culture Goth sous la direction de Patrick Eudeline. Près de 200 livres ont été publiés de 2004 à 2008, avec des auteurs comme Richard Branson, Jonas Mekas, Virginie Despentes, Nina Roberts, Jean-Charles de Castelbajac, Joeystar, Bruce Benderson, Marie Darrieussecq, Dupuy et Berberian, Brian Epstein, Vic Darkwood, Philippe Jaenada, Bernie Bonvoisin, Margo Jefferson, Bruno de Stabenrath ou Olivier Cachin. En 2009, il a travaillé pour BETC sur les City Guide Louis Vuitton. En 2010 et 2011, il a dirigé les Éditions de La Martinière Textes. Il est toujours directeur d'ouvrages pour les Éditions de La Martinière, publiant des auteurs aux parcours de vie hors du commun, tels que Nelson Mandela, Richard Branson ou Chantal Jouanno, et des beaux-livres illustrés signé par des artistes engagés comme Jane Birkin ou France Gall. En 2013, il a fondé Litcom qui travaille avec des maisons d'édition, des marques et de grands écrivains. (Nelson Mandela, Richard Branson, Chantal Jouanno…), des écrivains (Nicolas Rey, Bruno de Stabenrath, Patrick Eudeline…), des journalistes (Régis Le Sommier, Yseult Williams, Michel-Antoine Burnier…) et des beaux-livres illustrés signé par des artistes engagés comme Jane Birkin ou France Gall. En 2013, il a fondé Litcom qui travaille avec des maisons d'édition, des marques et de grands écrivains. Aux éditions Steinkis/Prisma, il a dirigé les ouvrages de grands écrivains (Patrick Eudeline, Gonzague Saint-Bris, Philippe Besson, Nicolas Rey, Eliette Abécassis, Benoît Duteurtre, Nicolas d'Estienne d'Orves, Joy Sorman, François Bégaudeau, Philippe Jaenada, Gilles Pudlowski…).

Le blog de Bertil Scali

Bertil Scali, agent littéraire, sur France Bleu

 


Un fou dans l’art

“J’'ai calculé qu’'en moins de deux mois, j’avais dépensé pour plus de quinze millions d’'euros entre mes différents achats d'’oeuvres d'’art et l’'acquisition d'un terrain sur la mer. Et je n’'inclus pas dans ce total les sommes liées à mon train de vie de milliardaire. Le docteur avait raison : j’'étais « un cas d’école ». Je crois que, jamais, un maniaco-dépressif n’est allé aussi loin dans la folie, et n'’a autant trouvé à alimenter son délire de grandeur, sans que personne ne puisse mettre un terme à sa fuite éperdue en avant. Est-il fou de penser que je constitue, à mon corps défendant, un cas unique, un paradigme de la psychose maniaco-dépressive ? Mon histoire pourrait servir à définir un modèle expérimental de la maladie, dont tous les excès seraient susceptibles d'’être examinés dans leur expression la plus pure. Mais je n'’ai nulle envie de finir cobaye entre les mains des chercheurs en neuropsychiatrie". Jean Albou est aujourd'hui ruiné et rejeté par ses pairs. Il vit chez ses parents, sous curatelle et sous lithium. Voici le récit d’une ascension vertigineuse et de sa chute impitoyable et solitaire.

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Genres :
Critiques :Poucette au sujet deAmazon a écrit:

Voici un livre courageux, écrit par une personne brillante, très intelligente, intuitive, artiste dans l'âme, et pourtant atteinte d'une maladie psychotique, stabilisable, mais incurable (à ce jour), dont on entend de plus en plus parler: la bipolarité, ex "psychose maniaco-dépressive". 1 personnes sur 20 en serait atteinte (5%). Je remercie l'auteur d'oser parler de "folie", car pour avoir été en contact d'un homme bipolaire et malgré moi dans le rôle des Audrey et Natalia citées dans l'ouvrage, c'est effectivement l'impression que ça donne et ça peut être très destructeur pour la personne mais aussi pour l'entourage. M. Albou nous parle du mal qui le ronge de l'intérieur, sans rien cacher, il raconte sans mélo les alternances de phases d'exaltation avec les phases de dépression profonde. Les détails sur les traumatismes de son enfance sont poignants. Ceci explique sans doute cela... Le style est agréable, subtil, c'est bien écrit. J'ai même ri parfois, notamment lors des rencontres écourtées avec 2 psychanalystes incompétents. Ce qui donne envie de pleurer, par contre, c'est de voir l'errance d'un psychiatre à un autre, la vanité de certains d'entre eux, les erreurs de diagnostics, la mauvaise prise en charge dans certains hôpitaux, notamment à St Anne à Paris, malgré les efforts de M. Albou pour soigner son mal. Tant reste à faire pour aider ces gens et leur entourage. J'ai aussi appris plein de choses sur le marché de l'art contemporain, même si j'avoue avoir sauté certains passages qui ne m’intéressaient pas particulièrement. Je souhaite à M. Albou de retrouver le bonheur et la paix intérieure.

Jean Davini au sujet deAmazon a écrit:

Pour connaître "de l'intérieur" la maladie bipolaire, voilà un ouvrage que les psychiatres devraient lire sans hésiter. Ainsi pourraient-ils - peut-être - mieux aider certains de leurs patients, qui souffrent de cette psychose aux conséquences parfois vertigineuses. L'auteur évoque ses troubles avec des mots justes, précis et les anecdotes s'accumulent, au gré de crises de plus en plus effroyables.
Cet ouvrage est également intéressant pour ceux qui se passionnent pour le marché de l'art. Jean Albou ose évoquer le dessous des cartes, de sa maladie, si mal stabilisée, et d'un milieu d'argent, où tout paraît possible.
Enfin, le style de Jean Albou est très agréable : léger, il réussit à nous faire sourire, y compris lorsqu'il vit les moments les plus difficiles de son histoire. Mais le lecteur qui ne connaît pas de personnes souffrant de troubles maniacodépressifs pourra-t-il comprendre ce qui relève de la maladie ? Le malade a l'air tellement normal... Si même les psychiatres n'y voient que du feu, les personnes atteintes de ces dysfonctionnements sont bien à plaindre...
Heureusement, l'éloge du lithium et de traitements adaptés pourra peut-être convaincre certains malades d'accepter les soins.
Ce texte est donc utile, aussi bien pour les soignants... que pour ceux qui mériteraient d'être mieux soignés.

Ninja a écrit:

L'auteur atteint d'une pathologie psychique sévère en fait une description étonnante dans une étude auto-biographique surprenante. Ce livre m'a beaucoup appris sur une maladie mal connue, plus fréquente qu'on ne le croît et accessible à un traitement chronique. Jean ALBOU décrit avec brio et beaucoup d'humour le mal chronique qui, après une ascension sociale fulgurante l'a entraîné dans le tourbillon de la pauvreté.


À propos de l’auteur

Jean Albou est né en 1957 à Casablanca, au Maroc. Docteur en philosophie, il est enseignant, puis devient en 1990 le conseiller et gérant de fortune de l'un des hommes les plus riches des États-Unis. Il constitue pour lui une importante collection d'art, tout en achetant des uvres pour lui-même. Il devient l'ami de César et d'Arman, conseillant d'autres collectionneurs privés, organisant des rétrospectives à Monaco. En octobre 2007, il est nommé au comité de développement de la maison de ventes Artcurial. Il y vend sa collection en janvier 2008. La vente ne remporte pas le succès escompté. Il ne peut pas rembourser ses dettes. C'est le début d'une longue descente aux enfers.


Dans la peau d’un handicapé

Une nuit de 1996, Bruno de Stabenrath, 36 ans, s’est planté au volant de sa voiture – et s’est réveillé handicapé. Pour la vie.
Il en a tiré un roman, puis un film, et il est devenu scénariste et écrivain.

Seize ans plus tard, Olivier Hallé, producteur, lui a proposé de participer au documentaire qu’il préparait, Dans la peau d’un handicapé. Il s’agissait de demander à des valides de se mettre dans la peau de tétraplégiques et de filmer les réactions en caméra cachée.
Stabenrath pouvait-il l’aider à toucher cette réalité ?

Alors, pour la première fois depuis son best-seller, Cavalcade, Stabenrath est retourné dans sa propre peau – celle d’un tétraplégique. Il a pris sa plume et il est parti en reportage en lui-même et dans le monde du handicap.
L’amour, les amis, l’argent, le boulot, la vie : il raconte tout, avec sa voix de chanteur, son humour de comédien, son style de pianiste, et son âme d’écrivain.

Parution :
Maison d’édition : Éditions Steinkis
Éditeurs :
Genres :

À propos de l’auteur

Bruno de Stabenrath, né en mars 1960, est un auteur et acteur français. En 1976, il débute au cinéma sous le nom de Bruno Staab dans L'Argent de poche de François Truffaut et poursuit sa carrière d'acteur sous le pseudonyme de Bruno du Louvat (L'Hôtel de la plage, 1978, ou Mesrine, 1984). Il a également été scénariste pour des séries TV (Marc et Sophie ou Un gars, une fille), et musicien (chanteur du groupe Borsalino). En 1996, il est victime d'un accident au volant de sa voiture et devient tétraplégique. Cet événement sera au cœur de son premier livre, Cavalcade (Robert Laffont, 2001).
Il est également chroniqueur dans le TéléObs du Nouvel Observateur, et a publié, entre autres, Les Destins brisés du rock (Scali, 2006), Qu'est-ce que tu me chantes ? Histoires secrètes des cinquante plus grands tubes de la chanson française (Robert Laffont, 2006).

Photographie de l'auteur : Denis Rouvre, pour La Malle (Louis Vuitton/Gallimard/BETC Content)

 


Réussir…. et après

Richard Branson dirige toujours Virgin, un empire de 300 sociétés, et ses amis s'appellent Nelson Mandela, Bille Gates, Mohamad Yunus, James Lovelock, Paul Allen, Larry Page ou Peter Gabriel. Il partage ici le fruit de ses expériences, bonnes ou mauvaises, et se demande ce que signifie "réussir sa vie".

Parution :
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :

À propos de l’auteur

Richard Branson, marié, deux enfants, personnalité la plus populaire de Grande-Bretagne, est un aventurier en affaires comme dans la vie. Fondateur et président de Virgin, il a également traversé le premier l'Atlantique et le Pacifique en montgolfière. II a battu le record de traversée de l'Atlantique en hors-bord, et celui de la Manche... en voiture amphibie.


Le Business sera humaniste ou ne sera pas

Richard Branson, célèbre PDG et 261e fortune mondiale, a mis sept ans a écrire ce manifeste d'un nouveau capitalisme. Branson y explique comment intégrer au business une conscience sociale et écologique, et démontre la responsabilité des entreprises dans la crise actuelle et l'état de la planète.

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Éditeurs :
Genres :
Extrait :

Richard Branson, célèbre PDG et 261e fortune mondiale, a mis sept ans a écrire ce manifeste d'un nouveau capitalisme. Branson y explique comment intégrer au business une conscience sociale et écologique, et démontre la responsabilité des entreprises dans la crise actuelle et l'état de la planète.

À propos de l’auteur

Richard Branson, marié, deux enfants, personnalité la plus populaire de Grande-Bretagne, est un aventurier en affaires comme dans la vie. Fondateur et président de Virgin, il a également traversé le premier l'Atlantique et le Pacifique en montgolfière. II a battu le record de traversée de l'Atlantique en hors-bord, et celui de la Manche... en voiture amphibie.


Du capitalisme à l’écologie

Ma petite philosophie

Parution :
Maison d’édition : Éditions Scali
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :

À propos de l’auteur

Richard Branson, marié, deux enfants, personnalité la plus populaire de Grande-Bretagne, est un aventurier en affaires comme dans la vie. Fondateur et président de Virgin, il a également traversé le premier l'Atlantique et le Pacifique en montgolfière. II a battu le record de traversée de l'Atlantique en hors-bord, et celui de la Manche... en voiture amphibie.


Richard Branson

L'autobiographie

A 16 ans, Richard Branson crée le magazine Student qui militera pour le droit à l'avortement et contre la guerre au Vietnam. A 20 ans, il commence à vendre des disques par correspondance et ouvre son premier magasin à Londres sous le nom de Virgin. A 23 ans, il produit TubularBells de Mike Oldfield, qui est choisi pour le film L'Exorciste. Il fait fortune. Bientôt, il signe les artistes les plus importants, des Sex Pistols aux Rolling Stones. A 43 ans, il revend Virgin Records pour 1 milliard de dollars, mais conserve la marque Virgin et crée une compagnie aérienne, des Megastores, une radio, des services financiers, des lignes de chemin de fer... Virgin, c'est 200 sociétés dans 30 pays.
A 49 ans, il est anobli par la reine. A 54 ans, il crée la première agence de voyages dans l'espace. Aucun destin contemporain ne ressemble au sien. Dans cette autobiographie, rédigée à partir des cahiers d'écolier qui ne le quittent jamais, Richard Branson raconte avec un humour très britannique les détails de cette vie vécue comme une aventure. C'est l'incroyable saga de Virgin et de Richard Branson, déjà vendue à plus de 2 millions d'exemplaires dans le monde.

Parution :
Maison d’édition : Éditions Scali
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :

À propos de l’auteur

Richard Branson, marié, deux enfants, personnalité la plus populaire de Grande-Bretagne, est un aventurier en affaires comme dans la vie. Fondateur et président de Virgin, il a également traversé le premier l'Atlantique et le Pacifique en montgolfière. II a battu le record de traversée de l'Atlantique en hors-bord, et celui de la Manche... en voiture amphibie.


Les mystères d’Oradour

En se livrant à une enquête de terrain auprès des rares survivants de cet épisode et des spécialistes de la question, en ayant accès à des archives inédites françaises et allemandes, Régis Le Sommier, fort de son expérience de la guerre, nous propose un ouvrage nécessaire qui nous fait revivre le climat insurrectionnel d'une époque et rappelle à tous que, sans questionnement, il ne saurait y avoir de vérité historique.
Le 10 juin 1944, les nazis commirent à Oradour-sur-Glane le pire des massacres sur le sol français en décimant la population de tout un village. Des trois cent cinquante femmes et enfants enfermés dans l'église qui sera livrée aux flammes, il n'y aura qu'une survivante. Par cet épisode atroce, Oradour est devenu, pour tous, le symbole martyr de la barbarie nazie dont il porte aujourd'hui encore les stigmates. Pourtant, si l'horreur du crime ne fait aucun doute et ne saurait poser question, soixante-dix ans après le drame, historiens, politiques, passionnés et survivants des deux belligérants s'opposent et se déchirent toujours sur ses causes profondes qui restent nimbées de mystères. Encore trop de silences jalonnent cette quête de vérité. La douleur est trop grande pour une France qui peine à assumer ses années noires, trop grande pour les habitants d'Oradour, descendants des victimes, fidèles gardiens du souvenir, trop grande aussi pour ces Français dont on oublie qu'ils ont participé au massacre : ces Alsaciens, ces " malgré-nous " enrôlés de force dans l'armée allemande qui, par la suite, firent le choix de n'en plus jamais parler. Ces malgré-nous incarnent à eux seuls la complexité et le déchirement de la population française à l'heure de la guerre : traîtres et bourreaux à la solde des Allemands aux yeux de la France libre, c'est seuls, sans officiers, qu'ils comparurent au procès de Bordeaux pour répondre de leurs crimes. Acquittés mais condamnés – contraints ou forcés ? – au silence...
En se livrant à une enquête de terrain auprès des rares survivants de cet épisode et des spécialistes de la question, en ayant accès à des archives inédites françaises et allemandes, Régis Le Sommier, fort de son expérience de la guerre, nous propose un ouvrage nécessaire qui nous fait revivre le climat insurrectionnel d'une époque et rappelle à tous que, sans questionnement, il ne saurait y avoir de vérité historique.

Parution :
Maison d’édition : Michel Lafon
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Régis Le Sommier est directeur-adjoint de Paris-Match. Grand reporter, il a été chef du bureau du magazine aux États-Unis entre 2003 et 2009, à New York. Au cours de séjours en Irak et en Afghanistan, entre 2006 et 2010, il a partagé le quotidien d’unités de l’US Army.

 


Assad

« Je connais Bachar El Assad.
Vous me direz : tout le monde le connaît.
Ou plutôt : tout le monde croît le connaître, tant cet homme est une énigme.
Élève moyen et plutôt “sympathique” (il a étudié l’ophtalmologie à Londres), fou d’informatique, l’homme sort de l’ombre à la mort brutale de son frère aîné. Symbole de modernité, marié à une femme vêtue à l’occidentale, ancienne banquière, il incarne alors tous les espoirs aux yeux de l’Occident. Il devient, à 34 ans, président de la Syrie.
Dix-sept ans ont passé. 340 000 morts. Certains le surnomment le “Boucher de Damas”. D’autres considèrent qu’il a servi de rempart à l’islamisme radical.
Quoi qu’on pense de lui, il a gagné la guerre.
Je l’ai rencontré à plusieurs reprises, y compris en rendez-vous “off”, quand tout brûlait autour de lui. Plus d’une fois, je me suis demandé quelle part de vérité je pourrais retirer de ces moments.
Je vous laisse en juger. »

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :

À propos de l’auteur

Régis Le Sommier est directeur-adjoint de Paris-Match. Grand reporter, il a été chef du bureau du magazine aux États-Unis entre 2003 et 2009, à New York. Au cours de séjours en Irak et en Afghanistan, entre 2006 et 2010, il a partagé le quotidien d’unités de l’US Army.

 


Hitler, mon voisin

Souvenirs d'un enfant juif, 1929-1939

Agé de 5 ans, Edgar, fils unique d'un éditeur juif, vit une enfance heureuse dans la ville de Munich. En 1933. lorsque Adolf Hitler, devenu chancelier, s'installe dans l'immeuble d'en face, le bonheur de cette vie sans nuage éclate. Les parents d'Edgar, déchus de leurs droits de citoyens ordinaires, tentent de le protéger des humiliations tandis qu'à l'école, sa maîtresse lui fait dessiner des croix gammées et ses camarades rejoignent les jeunesses hitlériennes. Depuis sa fenêtre, Edgar va assister à la préparation de la Nuit des longs couteaux, de l'Anschluss et de la Nuit de cristal... Les Juifs sont arrêtés, son père est enfermé à Dachau. En 1939, Edgar est envoyé seul en Grande-Bretagne. Il y fera sa vie, sa carrière, fondera une famille, et s'efforcera d'oublier le cauchemar de son passé. Un passé qui rejaillit soudain, à l'âge de 88 ans.

Parution :
Maison d’édition : Michel Lafon
Genres :
Étiquettes :
Excerpt:
Critiques :Presse américaine a écrit:

Le titre dit tout. Feuchtwanger, un jeune garçon juif qui grandit à Munich dans les années 1930, raconte comment il a vécu de l'autre côté de la rue, face à Hitler, le futur serial killer qu'il voyait à travers sa fenêtre. » —NEW YORK TIMES BOOK REVIEW

"Composé de vignettes diaristes, Hitler, Mon voisin offre un portrait singulier de l'Allemagne des années 1930, unique à la fois pour ses regards intimes d'Hitler dans des moments semi-privés et pour son point de vue. Le récit se déroule du point de vue de l'enfant, mais bénéficie de l'attention portée aux détails par un historien adulte. »-NEWSWEEK

"Remarquable." —MINNEAPOLIS STAR TRIBUNE

"Un regard intime sur l'horreur forgée par Hitler." —KIRKUS REVIEWS

«Feuchtwanger est un excellent écrivain, il met judicieusement l'accent sur les sens, une technique particulièrement importante pour les auteurs d'expériences d'enfance: il voit le monde à travers les yeux d'un enfant, mais délivre l'aspect d'un adulte formé à l'histoire de l'écriture. est une histoire exceptionnellement puissante et chargée d'émotion. " —NEW YORK JOURNAL OF BOOKS

"HITLER, MY NEIGHBOR est un regard rare sur l'enfance conflictuelle et souvent horrifiante d'un garçon juif dans l'Allemagne nazie." -BOOKREPORTER

«Les mémoires captivantes d'Edgar Feuchtwanger amènent un voisin énigmatique et terrifiant - perçu à travers les yeux d'un enfant - au cœur de la vie familiale d'une famille juive, où les discussions tournent autour de la façon de comprendre la descente de l'Allemagne dans le fascisme. -Despina Stratigakos, auteur de Hitler at Home

Presse allemande a écrit:

"Le document le plus émouvant d'une enfance juive sous le Troisième Reich depuis le roman de Judith Kerr« Quand Hitler s'empara du lapin rose »" (Süddeutsche Zeitung)

"C'est une perspective impressionnante qui occupe le livre: elle raconte d'un point de vue naïf des enfants sur la base de petits [...] épisodes de l'ascension de Hitler à la dictature et au bellicisme." (Dpa)

"L'histoire d'Edgar [Feuchtwanger] transmet la catastrophe enflammée déclenchée par l'antisémite Hitler, compréhensible, tous les jours, de près." (Deutschlandradio Kultur)

"Un adieu, une perte, bouger pour lire." (Nürnberger Nachrichten, 17.04.2014)

"Ce sont les souvenirs sensuels d'une enfance en Allemagne, un mélange de poésie et d'horreur qu'Edgar Feuchtwanger diffuse devant un public allemand." (DIE WELT, 14.06.2014)

Lecteurs sur Amazon.fr a écrit:

5,0 sur 5 étoiles
Livre superbe et dérangement...
ParRG -TOMMYle 10 novembre 2017
Format: Broché|Achat vérifié
Edgar Feuchtwanger est le neveu de l'écrivain Lion Feuchtwanger auteur du "Juif Süss". La famille du jeune Edgar habite l'immeuble qui fait face à l'immeuble où crèche l'infâme Hitler. Pendant des années, fasciné par le monstrueux nazi, le jeune garçon, malgré l'interdiction de ses parents, scrutera la lumière de l'appartementl d'en face. Mais les choses se gâteront et Le jeune Edgar Feuchtwanger sera envoyé en Angleterre, y fera ses études et ne reviendra jamais en Allemagne.
RG-TOMMY

5,0 sur 5 étoiles
Hitler vu par un petit garçon juif
ParAndreale 19 juillet 2014
Format: Broché|Achat vérifié
J' ai choisi cette appréciation parce que ce livre montre la montée du nazisme vue par un petit garçon juif et que ces souvenirs autobiographiques sont racontés avec le langage d' un enfant , son innocence , mais par un historien qui se souvient. Il y a beaucoup de documents en annexe ,cahiers d' école , photos . Tous les chapitres ont en exergue quelques lignes de " Mein Kampf" , servant de repoussoir au texte. La traduction est excellente , le livre se lit facilement. Je recommenderais ce livres à tous ceux qui veulent comprendre le début des années 30 en Allemagne.
Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile.

5,0 sur 5 étoiles
A lire !!
Par►► Actu-Littéraire ◄◄100 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 15 octobre 2014
Format: Broché
Edgar Feuchtwanger nous livre un témoignage unique, lui le voisin juif du petit Hitler, nous dévoile au fil des pages, la vie d'un garçon « comme tout le monde » devenu Führer. A lire !
Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile.

5,0 sur 5 étoiles
À conseiller
Parlasouillonle 2 février 2013
Format: Broché
Un excellent ouvrage. On suit la montée du nazisme en Allemagne et en Europe à travers les yeux d un enfant de 5 ans jusqu'à son adolescence . Le fond est dramatique mais l écriture n est pas mélodramatique. La naïveté du narrateur apporte un regard différent sur cette sombre partie de l'histoire. Touchant et très addictif
Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile.

4,0 sur 5 étoiles
Un point de vue unique
Parcrew.koosTEMPLE DE LA RENOMMEE500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 18 janvier 2013
Format: Broché
De 1929 à 1939, Edgar Feuchtwanger a vécu dans la même rue qu'Adolf Hitler. Sans doute sont-ils nombreux à être dans le même cas et avoir croisé le petit homme à moustache, un jour où l'autre, mais ce qui rend cette histoire réellement particulière, c'est qu'Edgar Feuchtwanger est juif ! Son récit, raconté de manière rigoureuse et agréable, suit l'ordre chronologique des événements de 1929 à 1939, entre vie quotidienne d'une famille juive, aisée, cultivée et événements politiques. De Mein Kampf à la Nuit de cristal, on vit les événements de l'intérieur, au grè des conversations de ses parents qui deviennent de plus en plus soucieux de la tournure que prennent les choses.

Dix ans de voisinage où la petite histoire côtoie la grande; il en aura fallu 17 à Bertil Scali pour convaincre Edgar Feuchtwanger de raconter son histoire. Un témoignage unique dont l'importance réside sans doute dans la démonstration que l'un des hommes les plus barbares du XXème siècle a mené pendant des années une "petite vie" de "monsieur tout le monde". A l'heure où la crise exacerbe les haines et les rejets, tâchons de nous en souvenirs...
CREW.KOOS
Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile.

5,0 sur 5 étoiles
Excellent réçit, parfois très dur
Parpompadourle 27 janvier 2014
Format: Broché|Achat vérifié
parceque c'est très bien rédigé, que l'on comprend bien ce que l'auteur veux nous transmettre, je n'aurai pas aimé être à sa place
Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile.

5,0 sur 5 étoiles
Histoire vécue
ParUlli67le 23 mars 2013
Format: Format Kindle|Achat vérifié
Après avoir lu un commentaire sur ce livre, il fallait que je le lise. L'hitoire de l'auteur qui avait 5 ans avant la prise de pouvoir des Nazis raconte sa vie en tant que voisin direct de ce Mégalomane d'Hitler. En plus, au début de chaque chapitre se trouve un extrait de "Mein Kampf" qui relate déjà la haine contre les Juifs pendant son emprisonnement en Autriche.
Je recommande de lire cet ouvrage pour ne jamais oublier ces horreurs.
Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?

5,0 sur 5 étoiles
Un récit poignant et poétique
Parchrisitnele 31 janvier 2013
Format: Broché
Avec émotion nous suivons l'histoire vraie du petit Edgar, enfant juif qui grandit en même temps que le nazisme monte en Allemagne. Il observe de sa fenêtre le petit homme qui deviendra le monstre absolu. Il a cinq ans au début du récit et il est impressionné par les beaux uniformes et les belles voitures qui circulent dans sa rue. Mais peu à peu, au fil des ans, en écoutant ses parents et en lisant les titres des journaux, il comprend qui est son voisin Adolf Hitler et quelles sont ses ambitions. Le livre entremêle avec justesse et délicatesse la vie quotidienne de cet enfant choyé et l'ascension irrésistible de son horrible voisin qui veut dominer le monde et détruire ses coreligionnaires. Ce livre permet de comprendre les événements de 1929 à 1939 en suivant un enfant qui parcourt d'un pas léger les pages les plus sombres de l'Histoire, devant les fenêtres de Hitler qu'il observe au quotidien. L'auteur a réussi d'une plume légère et précise raconter une histoire terrible, émouvante et charmante à la fois. A lire absolument.
Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile.

3,0 sur 5 étoiles
Se lit facilement
ParBOLMONT Martinele 1 mars 2013
Format: Broché|Achat vérifié
approche interessante de la période avant guerre vecue au quotidien par un enfant qui transmet des faits bruts quasi jour après jour, sans en préssentir la gravité : c'est au lecteur de faire les liens avec l' HISTOIRE, liens qui sont criant de vérité
Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile.

5,0 sur 5 étoiles
Nouveauté dont on parle en bien trés mérité.
ParRobert CABANESle 17 février 2013
Format: Broché|Achat vérifié
Livre tout récent dont on parle en bien dans les médias cela m'a poussé à le lire.
J'ai pas été dèçu Grande Histoire vue dans les yeux d'un enfant.

5,0 sur 5 étoiles
Passionnant, je ne l'ai pas lâché.
ParMagalie Dulacle 31 janvier 2013
Format: Broché|Achat vérifié
Edgar Feuchtwanger nous invite dans sa famille, à sa table, en vacances, à l'école, et c'est avec beaucoup d'émotion et la peur au ventre que j'ai tourné les pages de ce récit où l'immonde voisin prend de plus en plus de place.
Je me suis attachée à lui comme à un membre de ma propre famille. J'ai voulu consoler cet enfant si courageux, puis prendre la main du vieil homme pour lui témoigner tout mon respect.
C'est un récit fort, touchant, humain et rare. C'est une façon inhabituelle d'aborder cette période sombre, le personnage abjecte qui la conduisait, le bouleversement du monde, la folie Munichoise, et le sort des familles en disgrâce.
Lisez ce livre. Il est formidable.
Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile.

3,0 sur 5 étoiles
Hitler,mon voisin
ParClient d'Amazonle 27 octobre 2014
Format: Broché|Achat vérifié
Document d' archives que j' offre à ma mère,qui aime la réalité historique vécue.

Témoignage d' un voisin du Furher.
Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile.

5,0 sur 5 étoiles
Emouvant
Parmcat1175le 10 octobre 2013
Format: Broché|Achat vérifié
Jolie histoire racontée par un petit garçon avec ses mots et qui va découvrir les horreurs de la montée au pouvoir d'Hitler.
Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile.

5,0 sur 5 étoiles
GRANDIOSE
Parfaroudja bouridanele 9 juin 2013
Format: Broché|Achat vérifié
TRES TRES BEAU LIVRE ON COMPREND MIEUX L'HISTOIRE ET L'ECRIVAIN NOUS MONTRE CE QU'IL A VU AVEC SES YEUX D'ENFANT
Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile.

5,0 sur 5 étoiles
Roman Hitler mon voisin
Parcarrasset thierryle 8 avril 2013
Format: Broché|Achat vérifié
on se replonge dans la crise économique de l entre 2 guerres avec le point de vue de cet enfant sa naiveté mais aussi son regard sur les adultes et sur son voisin qu il croise régulièrement. Roman facile à lire et surtout à faire lire par nos adolescents une vraie page d histoire
Commentaire| Une personne a trouvé cela utile.

3,0 sur 5 étoiles
Hitler mon voisin
Parchimèrele 24 février 2013
Format: Format Kindle|Achat vérifié
pas mal,c'est une vue différente d'Hitler et l’incompréhension des certain juifs Allemand
ça m'a permis de découvrir le nom d'auteurs Allemand
Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile.

4,0 sur 5 étoiles
Hitler,mon voisin:Souvenirs d'un enfant juif
ParRomale 5 février 2013
Format: Broché|Achat vérifié
On ressent l'évolution du système hitlerien et même si ne sont pas décrites toutes les horreurs qui.il a fait commettre on sent bien la haine contre les juifs .
Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile.

4,0 sur 5 étoiles
Surprenant !
ParALAINle 5 octobre 2013
Format: Format Kindle|Achat vérifié
Récit intéressant d'une partie de la vie d'Hitler et la montée du nazisme vu par son jeune voisin Juif. Heureusement que cet homme encore en vie a bien voulu écrire ce livre pour nous livrer ce qu'il voyait de chez lui de l'homme le plus détestable de l'univers.
Commentaire| Une personne a trouvé cela utile.

3,0 sur 5 étoiles
AGREABLE A LIRE
ParSapho des Landesle 23 avril 2013
Format: Broché|Achat vérifié
Sans rien apprendre de sensationnel, l'évocation des souvenirs d'un enfant juif qui a Hitler pour voisin, reste agréable. Mais nous n'apprenons rien sur Hitler que nous ne sachions déjà


À propos de l’auteur

Bertil Scali est journaliste, écrivain et éditeur. Son livre Hitler, mon voisin (Michel Lafon, 2013) a été réédité en livre de poche, traduit en 13 langues et publié dans une trentaine de pays, dont les États-Unis, la Chine, l’Italie, l’Allemagne, le Brésil, l’Espagne ou la Pologne. Bertil Scali a écrit et co-réalisé le documentaire Hitler, mon voisin qui a notamment été diffusé sur Netflix et Planète+. De 1990 à 1992, il a écrit pour les magazines City Magazine, Elle et Détective. En 1993, il est entré comme reporter au magazine VSD, interviewant notamment Issei Sagawa, le "Japonais Cannibale", ainsi qu’à Radio Nova pour l’émission La Grosse Boule, avec Edouard Baer et Ariel Wizman. En 1995, il a été engagé comme reporter à Paris Match, couvrant de nombreux faits d'actualité en France et à l'étranger, en particulier dans le domaine de l'Internet, et devenant le correspondant permanent du magazine à Londres. En 2004, il s’est associé avec Jérôme Sans, cofondateur avec Nicolas Bourriaud du Palais de Tokyo, pour lancer les éditions Scali, une maison d’édition destinée à publier des ouvrages autour des cultures de l’underground et actuelles (musiques rock, électro, poésie, fiction, cinéma, art contemporain, littérature, érotisme, carnets) sur des thèmes négligés ou controversés et des sujets en marge tels que l’histoire de la Gay Pride, par Oliviero Toscani, ou celle de la culture Goth sous la direction de Patrick Eudeline. Près de 200 livres ont été publiés de 2004 à 2008, avec des auteurs comme Richard Branson, Jonas Mekas, Virginie Despentes, Nina Roberts, Jean-Charles de Castelbajac, Joeystar, Bruce Benderson, Marie Darrieussecq, Dupuy et Berberian, Brian Epstein, Vic Darkwood, Philippe Jaenada, Bernie Bonvoisin, Margo Jefferson, Bruno de Stabenrath ou Olivier Cachin. En 2009, il a travaillé pour BETC sur les City Guide Louis Vuitton. En 2010 et 2011, il a dirigé les Éditions de La Martinière Textes. Il est toujours directeur d'ouvrages pour les Éditions de La Martinière, publiant des auteurs aux parcours de vie hors du commun, tels que Nelson Mandela, Richard Branson ou Chantal Jouanno, et des beaux-livres illustrés signé par des artistes engagés comme Jane Birkin ou France Gall. En 2013, il a fondé Litcom qui travaille avec des maisons d'édition, des marques et de grands écrivains. (Nelson Mandela, Richard Branson, Chantal Jouanno…), des écrivains (Nicolas Rey, Bruno de Stabenrath, Patrick Eudeline…), des journalistes (Régis Le Sommier, Yseult Williams, Michel-Antoine Burnier…) et des beaux-livres illustrés signé par des artistes engagés comme Jane Birkin ou France Gall. En 2013, il a fondé Litcom qui travaille avec des maisons d'édition, des marques et de grands écrivains. Aux éditions Steinkis/Prisma, il a dirigé les ouvrages de grands écrivains (Patrick Eudeline, Gonzague Saint-Bris, Philippe Besson, Nicolas Rey, Eliette Abécassis, Benoît Duteurtre, Nicolas d'Estienne d'Orves, Joy Sorman, François Bégaudeau, Philippe Jaenada, Gilles Pudlowski…).

Le blog de Bertil Scali

Bertil Scali, agent littéraire, sur France Bleu

 


Comment être n°1 sur Google pour les Nuls

Un livre bourré de conseils pour tous ceux qui veulent obtenir le maximum de performances dans le référencement et le positionnement de leur site Web.
La visibilité et la notoriété mènent la danse dans le monde du Web. Les sites peu visibles ou mal référencés peuvent être considérés comme invisibles, voire inexistants, sur la toile tant les internautes ont fait évoluer leurs techniques de recherche. Être bien positionné demeure un enjeu fondamental sur de nombreux aspects.
Ce guide vous donne toutes les clés pour réussir un référencement et un positionnement d'un site Web au Top, sans passer par les services coûteux d'une agence Web.
Il permet de découvrir et de maîtriser les aspects suivants :
Introduction au référencement
Le référencement naturel
Le référencement naturel 'offline'
Faire venir les gens par des mots-clés
Rendre service à l'internaute
Comment concevoir ses pages pour que Google les aime
Rendre son site compatible avec les mobiles
Le référencement naturel 'online'
Faire connaître sa page aux moteurs de recherche
Youtube
Logiciels et offres de liens

Parution :
Genres :
Étiquettes :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Daniel Ichbiah est l'auteur de nombreux livres de référence dans le domaine de la technologie, notamment :
Les 4 vies de Steve Jobs
La saga des jeux vidéo
Bill Gates et la saga de Microsoft (publié dans une quinzaine de pays. 200 000 exemplaires vendus au niveau mondial)
Robots, genèse d'un peuple artificiel, également publié aux USA et en Allemagne.

Avec Litcom, Daniel Ichbiah accompagne les auteurs et les éditeurs dans leur stratégie de promotion et de référencement sur Google.


La féministe et l’imam

Une féministe et un imam ! Dans leur entretien, voire leur confrontation, ils ont abordé tous les sujets qui agitent et divisent depuis des mois la société française : voile, burqa, mixité, laïcité, contraception, IVG, homosexualité, mariage pour tous, antisémitisme, formation des imams, réforme de la lecture des textes religieux… Marie-Françoise Colombani a travaillé au magazine Elle qui a été notamment à l’origine d’une pétition poussant au vote de la loi contre les signes religieux à l’école. Tareq Oubrou, lui, a encouragé pendant des années les musulmanes à se couvrir la tête.
Et pourtant, aujourd’hui, le grand imam de Bordeaux les appelle à une visibilité discrète leur expliquant que le voile ne repose sur aucun fondement religieux incontestable.
Interrogé sans concession sur ce revirement, la place de la femme dans sa religion, son appartenance à l’UOIF, sa fi délité à Hassan el-Banna (fondateur des Frères musulmans), les suspicions de double jeu qui pèsent sur lui, il répond avec cette franchise qui fait sa force et lui a valu de nombreuses condamnations à mort émanant d’islamistes extrémistes dont Daech.
Reste à savoir si l’imam aura convaincu la féministe.

Parution :
Maison d’édition : Éditions Stock
Genres :
Étiquettes :
Excerpt:

À propos des l’auteurs

Marie-Françoise Colombani

Marie-Françoise Colombani est journaliste. Elle est l’auteur de plusieurs scénarios et livres dont Maintenant avec Ségolène Royal (Flammarion, 2007), Pour l’amour de Massoud avec Sediqua Massoud et Chekeba Hachemi (éditions de la Loupe, 2006), Bienvenue à Calais, les raisons de la colère avec Damien Roudeau (Actes Sud, 2016).


Tareq Oubrou

Tareq Oubrou est grand imam de la mosquée de Bordeaux. Il a notamment publié Profession imam : entretiens avec Michaël Privot et Cédric Baylocq (Albin Michel, 2009), Un imam en colère : intégration, laïcité, violences (Bayard, 2012).


La France est ingouvernable

" Comment voulez-vous gouverner un pays qui a 246 variétés de fromage ? " Charles de Gaulle
" La France est irréformable, ne proposons pas de la réformer mais de la transformer complètement et radicalement. " Emmanuel Macron

La France, ingouvernable ? Difficile de se l'avouer. Et pourtant, nous adorons les contradictions : réclamer des lois pour ne pas les appliquer, détester les privilèges et profiter des passe-droits... Les politiques ont bien du fil à retordre !
À travers un florilège de citations cruelles ou désabusées, hommes politiques et grands écrivains avouent leur impuissance : les Français sont trop imprévisibles, trop insondables. On vous le dit : IN-GOU-VER-NABLES.
Peut-être parce qu'aussi révolutionnaires que conservateurs, ils aspirent, malgré tout, au meilleur.

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :

À propos de l’auteur

Laurence Masurel a été journaliste à Paris Match pendant 40 ans, dont 20 passés à la tête du service politique.

 


2037

La société des possibles

Chantal Jouanno imagine notre monde dans 20 ans. Pour cette "anticipation sociale", elle se fonde sur les « signaux faibles, petits ruisseaux, auteurs cachés et technologies émergentes » qui permettent d’amorcer dès maintenant la grande métamorphose de nos façons de travailler, produire, habiter, construire, bouger, manger, penser et même aimer…

Parution :
Maison d’édition : Mirza Publishing
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :
Excerpt:
Critiques :Vincent Perrin au sujet deAmazon a écrit:

Dans un contexte où les auteurs rivalisent de pessimisme, lecture qui dessine un horizon, avec des mots simples, quoique couvrant une diversité de problématiques complexes et profondes. Les passages hygiénistes sont contestables.


À propos de l’auteur

Chantal Jouanno est une femme politique engagée sur les questions environnementales. Elle est sénatrice UDI et vice-présidente du Conseil régional d’Île-de-France.


Les mercenaires du Calife

Ils s'appellent Salah, Abdelhamid, Rachid, Inès ou Sarah.
Ils sont nés ici. Et ils ont grandi ici.
Comme leurs parents. Comme leurs grands-parents.
Comme n'importe qui.

Ils fument, ils boivent, ils s'amusent.
Ils n'ont pas trente ans, parfois même la moitié.
Et, soudain, ils sont prêts à tuer.
Et à mourir.

Ils ont frappé à Paris, à Bruxelles, à Nice.
N'importe où.
Ce sont les mercenaires du Calife.
Les soldats d'Abou Bakr Al-Baghdadi, le chef de Daech, à qui tous ont prêté allégeance.

Combien sont-ils ?
Qui sont-ils ?

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :

À propos de l’auteur

Régis Le Sommier est directeur-adjoint de Paris-Match. Grand reporter, il a été chef du bureau du magazine aux États-Unis entre 2003 et 2009, à New York. Au cours de séjours en Irak et en Afghanistan, entre 2006 et 2010, il a partagé le quotidien d’unités de l’US Army.

 


Daech, l’histoire

13 novembre 2015 : 130 innocents massacrés à Paris. Daech est une hydre, créature aux mille têtes qui repoussent quand on les coupe. Elle est aussi une organisation avec ses chefs, ses méthodes, mais aussi sa culture et son histoire...
Comment une poignée d'hommes a-t-elle pu créer un califat en quelques mois ? Comment aujourd'hui, avec le monde entier contre lui, l'État Islamique tient-il toujours debout ? Daech domine l'actualité. Or pour combattre un ennemi, il faut le connaître. Comprendre ses forces, c'est aussi dévoiler ses failles.

Parution :
Maison d’édition : Éditions de La Martinière
Éditeurs :
Genres :
Étiquettes :
Excerpt:

À propos de l’auteur

Régis Le Sommier est directeur-adjoint de Paris-Match. Grand reporter, il a été chef du bureau du magazine aux États-Unis entre 2003 et 2009, à New York. Au cours de séjours en Irak et en Afghanistan, entre 2006 et 2010, il a partagé le quotidien d’unités de l’US Army.