Communication

décembre 4, 2017

LA COMMUNICATION ÉDITORIALE
Litcom propose à des marques des projets de communication. Ceux-ci peuvent prendre des formes diverses, allant du livre de marque publié en librairie à la production de contenus rédactionnels, littéraires ou journalistiques, destinés à être imprimés ou diffusés sur des sites web, sur les réseaux sociaux, dans des communiqués de presse ou des lettres internes. Ces œuvres littéraires sont éventuellement accompagnées d’illustrations, dessins, photos, vidéos ou prises de vue aériennes (drone). Elles prennent la forme de textes, de livres, d’ebooks ou de beaux livres. Elles peuvent être mises en scène lors d’évènements originaux tels que des lectures musicales.

Ces travaux de création sont réalisés par des écrivains de renom, ils sont donc toujours originaux et de qualité littéraire.

LA LITCOM
La litcom ([LITCƆM] : N. F. Littérature destinée à la communication”) désigne ainsi les entreprises de collaboration entre les marques et les écrivains. Cette forme de mécénat littéraire existe depuis la fin du XIXème siècle : Balzac, Zola, Colette, Fitzgerald et d’autres se sont déjà prêtés à l’exercice. Dans cette tradition, Litcom accompagne des projets de communication associant des écrivains et des marques. Des auteurs professionnels, romanciers, journalistes ou historiens, sont invités à produire des oeuvres totalement libres, ou au contraire rédigées dans un cadre très précis. Ils peuvent laisser libre cours à leur imagination, ou bien à mettre en lumière l’histoire, les valeurs et les produits d’une marque, d’un lieu, d’une institution. Les formes d’expression de la litcom sont nombreuses : nouvelles, essais, romans, récits, documents, exploitation du fonds documentaire, saga des sociétés, portrait de fondateurs, parcours d’entrepreneurs et de dirigeants, récit des savoir-faire, mise en scène de produits…

 

LE RÉFÉRENCEMENT SUR LE WEB

En exclusivité avec Daniel Ichbiah, auteur de Comment être n°1 sur Google pour les nuls, Litcom propose des services permettant d’améliorer la présence en ligne des marques, éditeur et auteurs, afin que leurs ouvrages et leurs produits apparaissent en page 1 de Google.

 

 

 

 

 

La promotion à l’ère du Web
Autrefois, la promotion des livres passait par un passage télé. Les temps ont changé : aujourd’hui, 82 % des Français se connectent au moins une fois par jour. Ils passent 3 heures 37 par jour sur Internet : plus que pour la télévision (2 heures 49 mn par jour). Être mal référencé sur Internet signifie ne pas être visible. Il faut donc :
– Avoir une présence sur le Web (avec une page ou mieux encore, un site)
– Avoir également une présence sur Youtube.

Le référencement naturel
Disposer d’une page ou d’une vidéo ne suffit pas. Pour être visible sur le Web, Litcom fait appel aux techniques du “référencement naturel”. Celles-ci consistent à obtenir que Google propose la page souhaitée aux internautes faisant des recherches sur le sujet en question.

Expertise dans le référencement naturel
Sous la direction de Daniel Ichbiah, Litcom se charge du référencement naturel des marques, des éditeurs ou des auteurs. Daniel Ichbiah est un expert reconnu du domaine : dans son livre, Comment être n°1 sur Google pour les nuls, il expose les diverses techniques qu’il a utilisées pour classer ses pages en tête de Google.

L’action de Litcom pour des auteurs
– Création d’une page Web et de vidéos Youtube (si nécessaire)
– Référencement de ces pages / vidéos.

Le service que nous proposons
Nous assurons une présence sur le Web. C’est la page 1 ou rien !
Car diverses enquêtes le montrent :
– 91,5 % des internautes ne vont pas au-delà de la page 1 de Google.
– 4,8 % seulement consultent des résultats de la page 2 de Google.
– 1,1 % consultent des sites affichés sur la page 3.

 

L’ÉTHIQUE

Créer pour une marque est-il une atteinte à l’intégrité de l’écrivain ?

Voici un tabou qu’il est temps de lever ! Des stéréotypes culturels tendent à mettre la littérature sur un piédestal et à enfermer l’écrivain dans une tour d’ivoire, comme s’il vivait loin de toutes considérations matérielles et commerciales. Les artistes plasticiens qui créent une œuvre pour une marque sont rémunérés, et cela n’entame ni leur intégrité d’artiste ni leur œuvre. Cela leur permet même de la financer. Il ne doit pas en aller différemment pour un écrivain.

La litcom a-t-elle une éthique ?
Le concept de litcom est nouveau et son éthique reste à définir. Elle commence par un état d’esprit. Il nous semble essentiel que la relation entre une marque et un écrivain soit clairement définie et assumée pour le bon déroulement du projet et la valorisation de l’œuvre réalisée. Les commandes doivent être présentées comme telles. Le style de l’auteur doit rester libre. Enfin, le propos de l’œuvre ne doit pas être en opposition avec les valeurs de la marque. Trois points qui tiennent plutôt du bon sens.

Les auteurs doivent-ils se cacher pour vivre heureux ?
De quoi se défendraient-ils ? Les artistes plasticiens qui créent une œuvre pour une marque sont rémunérés. Il ne doit pas en aller différemment pour un écrivain. Des stéréotypes culturels tendent à mettre la littérature sur un piédestal et à enfermer l’écrivain dans une tour d’ivoire, comme s’il vivait loin de toutes contingences matérielles et à l’abri des enjeux commerciaux. Hélas pour eux, non… Le livre est un produit, culturel certes, mais un produit tout de même et être écrivain est un métier, dont il est préférable de pouvoir vivre. Pire, l’écrivain, comme un artiste plasticien, doit pouvoir dégager un maximum de temps libre pour pouvoir créer. La question de la rémunération ne nous semble donc pas être un obstacle, mais plutôt un tabou qu’il est nécessaire de lever.

 

Pas de commentaire