“J’ai tout de suite compris ce qui clochait chez moi”, confie une femme XY (RTL)

Élodie Lenoir publie “Telle que tu me vois”, dans lequel elle raconte comment elle a dû apprendre à vivre en étant “XY”, une fille avec un patrimoine génétique de garçon.

Elle aurait dû être un garçon. Élodie Lenoir raconte son histoire dans un livre, Telle que tu me vois, publié aux éditions La Martinière. La jeune femme a dû apprendre à vivre en étant “XY”, une fille avec un patrimoine génétique de garçon. Un long et douloureux chemin pour s’accepter.

“Le fait d’écrire le livre (…), ça a été une sorte de réconciliation avec mon passé, parce que je n’avais pas un très bon souvenir de cette période”, confie Élodie Lenoir. Et d’ajouter : “Je vois les étapes par lesquelles je suis passée, l’acceptation, le chemin que j’ai pu faire et je suis très fière”.

Celle qui a grandit dans une famille “classique” en banlieue parisienne explique dans son ouvrage avoir vécu “dans un monde imaginaire”. Pour Élodie Lenoir et pour tout le monde, elle était une petite fille “très ordinaire”. Et pourtant, au fil du temps, quelque chose la préoccupe. Contrairement à ses copines, à l’adolescence, elle n’a pas ses règles.

“En premier lieu, on m’explique que je n’ai pas d’utérus”, échographie à l’appuie, explique l’auteure. Plus tard, elle va essayer d’en savoir un peu plus sur ce syndrome et pour trouver “une solution” pour “en guérir”, explique-t-elle. Son médecin lui annonce alors qu’elle est une femme “XY”, syndrome d’insensibilité complète aux androgènes (SICA) : une fille qui aurait dû naître garçon.

“Guérir, ça veut dire recevoir les androgènes, donc la testostérone et donc (…) être une personne XY comme n’importe quel petit garçon”, explique Élodie Lenoir. Et d’ajouter : “J’ai tout de suite compris que c’était ça qui clochait chez moi”, elle qui pourtant se sentait femme, mais ne souhaite pas changer de sexe.

“Vouloir changer de sexe, ça voudrait dire laisser place à toute la biologie en ignorant complètement la réalité des choses”, décrit-elle, qui explique “ne rien avoir de masculin”. Elle se souvient s’être considérée comme “une bizarrerie”, tombe en dépression, allant jusqu’à commettre une tentative de suicide. Des années plus tard, Élodie Lenoir s’est acceptée, se dit “heureuse”, a lancé une procédure d’adoption avec son mari.

La fille qui aurait dû être un garçon : “C’est là que le médecin m’a dit toute la vérité” (L’Obs)

Elle a de grands yeux pervenche, de longs cheveux châtains, une peau de pêche. Elodie, 29 ans, est une fille, très fille même, telle qu’on la voit. Mais, pour le corps médical, elle n’est pas fille du tout : Elodie est en effet ce qu’on appelle une personne intersexuée, c’est une femme avec des chromosomes XY et non XX.

Elodie a le patrimoine génétique d’un garçon, avec des testicules dans le ventre, pas d’utérus, un vagin très court, et c’est dû à une maladie au nom étrange, le syndrome d’insensibilité aux androgènes (SIA).

Bref, c’est une fille qui aurait dû être un garçon, un garçon qui pendant la grossesse de sa mère a vu son développement se bloquer, à cause de l’insensibilité aux hormones mâles, empêchant la formation d’un pénis.

C’est à 15 ans que ses parents lui ont appris qu’elle et sa petite sœur Lucie n’étaient pas tout à fait comme les autres.

“Ils nous ont dit qu’on avait une maladie génétique. Qu’on serait stériles. Mais je ne comprenais pas trop ce qui se passait.”
“C’est un coming out”
La suite ? Un long tunnel de doutes, de questionnements, de déchirements, alors qu’elle entre dans la période déjà incertaine de l’adolescence.

Ce jeudi 3 mai, elle fête la sortie de son livre : “Telle que tu me vois”, texte émouvant, coécrit avec la journaliste Emmanuelle Belohradsky, qui la connaît depuis quelques années et l’a accompagnée dans ce processus de prise de parole.

Par Doan Bui

Publié le 09 mai 2018 à 15h55

Le suite sur l’Obs

Elodie Lenoir sur France Info : ” j’ai un corps de femme avec un patrimoine génétique d’homme “

C’est l’histoire d’une fille qui aurait dû être un garçon. Elodie Lenoir, auteure de Telle que tu me vois aux éditions de la Martinière était l’invitée de Julien Benedetto dans le 22h-minuit. Elle est atteinte du syndrôme d’insensibilité aux androgènes. ” C’est un syndrome qui bloque la réception de la testostérone. Un enfant qui naît XY s’est donc développé comme une fille au lieu de se développer comme un garçon “, explique Elodie Lenoir auteur de Telle que tu me vois. Un corps de femme avec le patrimoine génétique d’un homme. ” Je n’ai pas d’utérus parce que je suis XY “, poursuit l’auteure. Ses parents ne lui ont dit la vérité qu’à ses 15 ans. ” J’ai vécu dans un monde imaginaire d’une petite fille normale “. Elodie Lenoir était l’invitée de Julien Benedetto dans le 22h-minuit.

Sortie de “Telle que tu me vois : l’histoire d’une fille qui aurait dû être un garçon” (éd. La Martinière)

J’ai quinze ans et je n’ai toujours pas mes règles. Tant pis, je garde précieusement au fond de mon sac un tampon, pour le jour où. Mais ce jour n’arrivera pas.
L’échographie a révélé un trou noir à la place de l’utérus. Un trou noir ? Chez moi, cela résonne comme un vide abyssal. Mais alors, est-ce que je pourrais avoir des enfants ? Est-ce que je suis quand même une femme ? Mes parents savaient, pourquoi n’ont-ils rien dit ?
Je comprendrai plus tard qu’il ne s’agit pas tant d’astronomie que d’un syndrome rare : je suis une femme XY. Une fille avec le patrimoine génétique d’un garçon. Et il faudra bien que j’apprenne à vivre avec.

Dans un récit empreint d’une grande délicatesse et de beaucoup d’humour, Élodie raconte comment elle a réussi à se forger un destin de femme avec ce syndrome hors norme. Et nous donne à lire une vraie leçon de vie, de courage et d’amour.