Catégorie : Dernières sorties

“Dos au mur”, le nouveau roman de Nicolas Rey(éd. du Diable Vauvert)

“Plagiaire, menteur, infidèle, Nicolas Rey, dos au mur, avoue tout”. Le pitch du dernier roman de l’écrivain est limpide, d’une terrible limpidité même. Dans Dos au mur, écrit à la première personne du singulier, il est question d’un écrivain à court d’argent, quitté par sa femme, dont les excès ont détruit le pancréas. Un drame,

Sortie de “Blouse blanche et poils de chien : comment j’ai découvert l’odeur du cancer” (éd. La Martinière)

BLOUSE BLANCHE ET POILS DE CHIENS Comment j’ai découvert l’odeur du cancer Isabelle Fromantin, Sandra Kollender Au départ, Isabelle Fromantin voulait soigner les lépreux. À l’arrivée, elle cherche à dépister le cancer du sein grâce à l’odorat des chiens. Ce parcours hors du commun est celui d’une infirmière à l’écoute de ses patients mais aussi

Sortie prochaine du livre d’Habiburahman “D’abord, ils ont effacé notre nom : un Rohingya parle” (éd. La Martinière)

Ce livre co-écrit par Sophie Ansel, édité par l’agence Litcom pour les éditions La Martinière, raconte la vie d’un enfant rohingya, Habiburahman, qui grandit dans un État d’Apartheid, de racisme et de persécutions systématiques : l’Arakan en Birmanie. A l’occasion de cette publication, le Parlement de Belgique, le Sénat belge et la députée européenne Marie Aréna

Les “Premières fois”, série de nouvelles signées par de grands écrivains et éditées par nos soins pour Prisma et Steinkis, réunies dans un coffret chez “J’ai lu”

Le coffret réunissant les 10 ouvrages de la collection “Premières fois”, portée par les Éditions Prisma et Steinkis Groupe. Sur des thèmes variés, de grands écrivains racontent une première fois historique ou universelle, dans des récits mêlant fiction et réalité. Avec Eliette Abécassis, François Bégaudeau, Philippe Besson, Benoît Duteurtre, Nicolas d’Estienne d’Orves, Patrick Eudeline, Philippe

“Assad”, de Régis Le Sommier (éd. La Martinière)

L’agence Litcom est très fière d’avoir accompagné cet ouvrage du reporter-écrivain Régis Lesommier. Un portrait inédit du président Assad, depuis l’intimité de son palais et jusqu’aux confins de la guerre en Syrie. Une plongée au long cours dans les affres des luttes de pouvoir au cœur du conflit syrien. À découvrir chez La Martinière, le

Nicolas Rey : “Amour, les plus belles histoires” (éd. La Martinière)

69 histoires d’amour, de George Sand et Alfred de Musset à Amy Winehouse et Pete Doherty. Écrivain et scénariste, Nicolas Rey a publié neuf romans – dont le très remarqué Un léger passage à vide décrivant les affres de l’alcoolisme – et, dernièrement, un recueil de nouvelles aux Éditions de La Martinière, Des nouvelles de

Lola Marois : “Bad Girl” (éd. Hugo @ Cie)

Je suis belle. De cette beauté qui gêne, qui crée un malaise. Ma beauté n’est pas classique, elle est animale, sexuelle, arrogante, anti-conventionnelle. Elle ne se coiffe pas, ne se discipline pas. Elle est à elle seule, le fil conducteur, l’itinéraire de toute mon existence. L’histoire d’Enja c’est l’histoire d’une fille trop. Trop belle, trop

Patrick Eudeline: “Les panthères grises” (éd. La Martinière)

Il y a eu les Chaussettes noires, il y a eu les Blacks Panthers. Voici désormais venu le temps des Panthères grises. Ils ont soixante ans et plus beaucoup de scènes underground à électriser. Reformer le groupe le temps du mariage de l’un de leurs petits-fils, c’est pas vraiment ce qu’on pourrait appeler un grand

Laurence Masurel : “La France est ingouvernable” (éd. La Martinière)

« Comment voulez-vous gouverner un pays qui a 246 variétés de fromage ? » Charles de Gaulle « La France est irréformable, ne proposons pas de la réformer mais de la transformer complètement et radicalement. » Emmanuel Macron La France, ingouvernable ? Difficile de se l’avouer. Et pourtant, nous adorons les contradictions : réclamer des

Nicolas Rey : “Des nouvelles de l’amour” (éd. La Martinière)

« Elle vient de te dire adieu tout doucement. Elle vient de te dire adieu par paliers successifs. D’abord, au cinéma. Dans la salle obscure, sa main répondait à peine aux pressions que tu exerçais sur la sienne. Bien sûr – officiellement –, vous n’étiez plus ensemble. Mais vous vous voyiez toujours aussi souvent. Peut-être même

Thérèse Fournier : “Nador” (éd. Mirza Publishing)

« Un thriller sur une Tunisie tourmentée à l’aube du Printemps arabe » 2002. La Tunisie vit sous la dictature de Ben Ali, qui impose une surveillance paranoïaque des populations. Les Duquesne s’installent à Tunis avec leurs enfants. Charles se sent investi d’une mission civilisatrice et délaisse son épouse Gabrielle. Haut fonctionnaire de la Commission

Joy Sorman : “La discothèque” (éd. Steinkis/Prisma)

Justine, parisienne de 19 ans éprise de liberté, refuse de se soumettre aux lois qui régentent la capitale en cet été 1940. Chaque nuit, la jeune fille brave le couvre-feu pour aller danser à La Discothèque, première boîte de nuit clandestine, jusqu’à se sentir, enfin, vivante. Elle rejoint ainsi le mouvement zazou et ses fans

Marie-Françoise Colombani : “La féministe et l’imam” (éd. Stock)

Avec Tareq Oubrou Une féministe et un imam ! Dans leur entretien, voire leur confrontation, ils ont abordé tous les sujets qui agitent et divisent depuis des mois la société française : voile, burqa, mixité, laïcité, contraception, IVG, homosexualité, mariage pour tous, antisémitisme, formation des imams, réforme de la lecture des textes religieux… Marie-Françoise Colombani a

Patricke Eudeline : “Bowie : l’autre histoire” (éd. La Martinière)

On connaît le Bowie décadent, intemporel et multiforme, on connaît le glam de Ziggy Stardust, l’élégance du Thin White Duke… Sous la plume de Patrick Eudeline, David Bowie se réinvente dans un portrait décalé : au palimpseste des facettes existantes s’ajoutent celles de l’amant, du junkie et, bien sûr, celle du génie, dans un portrait

Régis Le Sommier : “Les mercenaires du calife” (éd. La Martinière)

Ils s’appellent Salah, Abdelhamid, Rachid, Inès ou Sarah. Ils sont nés ici. Et ils ont grandi ici. Comme leurs parents. Comme leurs grands-parents. Comme n’importe qui. Ils fument, ils boivent, ils s’amusent. Ils n’ont pas trente ans, parfois même la moitié. Et, soudain, ils sont prêts à tuer. Et à mourir. Ils ont frappé à

Patrick Eudeline : “Bowie, l’autre histoire” (éd. La Martinière)

BOWIE PAR EUDELINE Un diamant brut Sept mois après sa sortie, je viens enfin de lire le dernier livre en date de Patrick Eudeline « Bowie, l’autre histoire ». Sept mois, où je suis progressivement venue à m’intéresser véritablement à Bowie. A dépasser ma connaissance (très) superficielle du sujet « David ». Je n’ai pas

Gilles Pudlowski : “Dans la tête de Pierre H.” (éd. Steinkis/Prisma)

« J’ai des mémoires de macarons comme on a des souvenirs d’amour. J’ai longtemps rêvé de ces jolies constructions croustillantes colorées avec sobriété, douces au toucher, fondantes en issue, qui croquent en bouche comme des bonbons, s’évanouissent avec volupté, sitôt croquées, laissant ainsi une impression suave. Les macarons ? De l’amour en sucre. Du croquant,

Philippe Jaenada : “Spiridon Superstar” (éd. Steinkis/Prisma)

Ce vendredi 10 avril 1896, les premiers Jeux Olympiques de l’histoire moderne sont sur le point de se terminer. Les Grecs n’ont encore remporté aucune médaille. Et c’est aujourd’hui la dernière épreuve : celle du marathon. Spiridon Louis est là, tenant à la main la belle paire de chaussures neuves que plusieurs habitants de Maroussi se

Philippe Besson : “Le patient zéro” (éd. Steinkis/Prisma)

On a longtemps soupçonné Gaëtan Dugas, un steward canadien, d’avoir été le premier homme à transmettre le sida : il était homosexuel et aimait les nuits fauves. Mais d’autres avaient contracté la maladie avant lui. Qui fut le premier, alors ? Philippe Besson redonne vie aux merveilleuses années 1980, juste avant l’hécatombe. Et nous livre une

Gonzague Saint-Bris : “Un ruban de rêve” (éd. Steinkis/Prisma)

Le Festival de Cannes s’impose, aujourd’hui, aux yeux de la planète, comme une évidence, puisqu’il est incontestablement le plus célèbre au monde. Son démarrage, pourtant, fut plus complexe qu’on ne l’imagine, car non seulement sa première édition, prévue en 1939, fut annulée en raison de la guerre, mais encore sa réédition, en 1946, fut plutôt

François Bégaudeau : “L’ancien régime” (éd. Steinkis/Prisma)

Le 6 mars 1980, l’Académie française accueillit en son sein Marguerite Yourcenar. Ce fut un événement, comme l’atteste la présence de l’épouse de Valery Giscard d’Estaing dont même le fils aurait pu venir s’il n avait eu un tournoi de polo. On se précipita. On se bouscula au premier rang. Certains se provoquèrent en duel.

Chantal Jouanno : “2037” (éd. Mirza Publishing)

Chantal Jouanno imagine notre monde dans 20 ans. Pour cette “anticipation sociale”, elle se fonde sur les « signaux faibles, petits ruisseaux, auteurs cachés et technologies émergentes » qui permettent d’amorcer dès maintenant la grande métamorphose de nos façons de travailler, produire, habiter, construire, bouger, manger, penser et même aimer… Chantal Jouanno décrit tous les

Régis Le Sommier : “Daech, l’histoire” (éd. La Martinière)

130 morts à Paris, des “planques” depuis longtemps préparées, des commandos aguerris… Daech est certes une hydre aux mille têtes, qui repoussent quand on les coupe, elle n’en est pas moins une organisation avec ses chefs, sa hiérarchie, ses méthodes. Comprendre ses forces, c’est dévoiler ses failles. Comment une poignée d’hommes a-t-elle pu créer un