Le Figaro Magazine au sujet de “Assad” : “Dans l’antre du Diable”

Régis Le Sommier, directeur adjoint de Paris Match, est l’un des rares journalistes à avoir pu rencontrer Bachar el-Assad et ce à plusieurs reprises. Cela lui a attiré les foudres de certains confrères sentencieux et moralistes pour qui le leader syrien rest le Mal incarné. Dans ce livre, il revient sur ses séjours en Syrie et livre ses impressions personnelles sur un homme complexe et secret. Y est notamment relaté ce long entretien réalisé en juin 2015 et non destiné à publication, dans le refuge d’Assad, sur les hauteurs de Damas. Un chapitre off the record qui fourmille d’anecdotes et d’informations sur le dictateur syrien, le décrit dans son intimité et son quotidien (…).” Jean-Louis Tremblais, Le Figaro Magazine.

Paris Normandie : Regis Le Sommier avait conscience d’interviewer « quelqu’un qui a du sang sur les mains »

Le grand entretien. Régis Le Sommier, directeur-adjoint de la rédaction de Paris Match, est l’un des rares journalistes à avoir rencontré à plusieurs reprises le président syrien. Un personnage complexe, passé du statut de leader moderne et ouvert à celui de bourreau de son peuple. Comment parvient-on à décrocher deux interviews d’un chef d’État aussi détesté, aussi menacé que Bachar el-Assad ? Régis Le Sommier : « Le couple présidentiel avait fait un voyage en France en novembre 2010 et un journaliste de Paris-Match avait décroché une interview avec la première dame. Il n’a pas pu assurer cet entretien et je me suis donc retrouvé à interviewer Asma, la femme du président syrien. Trois mois plus tard, début 2011, la guerre en Syrie a débuté. Je me suis appuyé sur cette rencontre pour demander une interview de Bachar El Assad. Après de nombreux reports, elle s’est finalement déroulée en novembre 2014. » La situation est alors très différente de celle qui prévalait lors de votre première demande. Dans quel état d’esprit interviewe-t-on quelqu’un suspecté d’atrocités sur son propre peuple ? « Je me dis que je vais interviewer quelqu’un qui a du sang sur les mains, ça c’est évident. Mais…

Régis Le Sommier sur RTL pour Assad

Symbole de modernité à ses débuts, Bachar Al Assad incarnait tous les espoirs aux yeux de l’Occident… Plus de 300 000 morts plus tard, on le surnomme le “Boucher de Damas”. Alors que les forces du régime de Bachar Al Assad tentent de reconquérir la province d’Idlib en partie sous le contrôle des jihadistes, et ce, au prix de nombreuses victimes civiles… On se pose une question, qui est vraiment Bachar El Assad ? On décrypte l’énigme Bachar Al Assad avec Régis Le Sommier, grand reporter, directeur adjoint de Paris Match, expert du Moyen-Orient et du terrorisme. Assad à paraître demain aux éditions de La Martinière A retrouver sur RTL

Régis Le Sommier sur France Inter pour “Assad”

1 café 3 questions à Régis Le Sommier, autour de Bachar el Assad et la situation en Syrie. Que se passe-t-il dans la tête de Bachar al-Assad ? Régis Le Sommier est l’un des rares journalistes à avoir rencontré le président syrien à plusieurs reprises depuis le début de la guerre en Syrie. Il est Directeur-adjoint de Paris Match et publie Assad aux éditions de La Martinière. Par Hélène Roussel

Régis Le Sommier invité du Grand Soir 3 pour “Assad”

Grand Soir 3 : Bachar al-Assad, un “personnage très scientifique qui parle de Daech comme d’un virus” “Il ne faut pas être devin pour voir qu’il ne reste que quelques mois avant la fin de la guerre en Syrie au vu des rapports de force. Six mois pas plus”, estime le journaliste Régis Le Sommier. “Bachar al-Assad a redressé une situation qui, pour lui, était désespérée”. “Ce que j’ai voulu faire avec ce livre sur Bachar al-Assad, c’est essayer de comprendre comment quelqu’un, à qui on donnait quelques semaines en mars 2011, non seulement est toujours là, mais a gagné la guerre”, explique le grand reporter. “Cloîtré, mais connecté” Régis Le Sommier a rencontré deux fois le leader syrien “à chaque fois cloîtré dans son palais, mais connecté au monde. Sur son bureau, il y a juste un ordinateur avec lequel il observe le monde”, raconte le directeur adjoint de Paris Match. “Ce qui est assez intéressant avec lui, c’est que c’est un personnage très scientifique. Il parle de Daech comme d’un virus au sens informatique du terme”, décrit-il, ajoutant que “c’est quelqu’un qui a une double culture. Il a étudié et travaillé à Londres et s’est marié avec une…

Un souvenir de France Gall, le seul livre signé de son nom : “Michel Berger, haute fidélité”, pour La Martinière

Le projet était né d’une envie de Thierry Boccon-Gibod et France Gall. Thierry avait été un camarade de classe de Michel Berger, ils étaient restés amis, et tout au long de sa carrière de photographe Thierry l’avait accompagné. En solo, puis avec France Gall. Pour la première fois, il avait ouvert ses archives. Pour la première fois, France Gall avait bien voulu s’y replonger. Belles photos en noir et blanc et en kodachrome : des tirages ou des diapos que Thierry avait étalés et projetées pendant des mois dans le salon de France Gall. Photo après photo, année après année, ce fut pendant des mois une plongée dans le temps aux côtés du grand piano de Michel Berger et avec Bruck Dawit au micro. Souvenir de ces belles sessions de travail, penchés sur la maquette, avec les commentaires de France Gall… comme autant de déclarations.

Les Inrocks : “Que se passe-t-il dans la tête de Bachar al-Assad ? ”

Assad, de Régis Le Sommier, un ouvrage produit par Litcom pour les éditions La Martinière. Que se passe-t-il dans la tête de Bachar al-Assad ? Il est l’un des rares journalistes à avoir rencontré le président syrien à plusieurs reprises depuis le début de la guerre en Syrie, en 2011. Directeur-adjoint de Paris Match, Régis Le Sommier publie Assad, un livre où il tente de décrypter qui se cache derrière le dictateur. Un portrait profondément politique sur fond de moments intimes. Par Fanny Marlier. Pour votre livre, vous vous êtes entretenu avec Bachar al-Assad à plusieurs reprises, même en off. Pourquoi vous a-t-il fait autant confiance à votre avis ? Régis Le Sommier – Notre première interview avait été accordée dans des circonstances particulières. Elle a eu lieu en novembre 2014, et c’était la première qu’il donnait à la presse internationale depuis deux ans, et notamment depuis l’émergence de Daech comme force occupant un tiers de la Syrie. Mais entre le moment où il me donne son accord, et notre rencontre, il se passe un an et demi. Il n’y a pas vraiment de logique pour qu’il me donne cette interview puisque les circonstances militaires, à ce moment-là, ne lui sont pas favorables. Et à la…

Causeur : “Patrick Eudeline : la nostalgie, camarade…”

“Les Panthères grises”, éditions La Martinière, conseil éditorial Litcom. Quand elle nous attrape, elle ne nous lâche plus. C’est comme ça. Dans son roman Les Panthères grises (La Martinière, 2017) Patrick Eudeline revisite une époque révolue, pourtant pas si lointaine. Un article de Pascal Louvrier (17/12/2017) Les prophètes avaient des guitares en bandoulière Il nous présente trois musiciens, la soixantaine, n’ayant plus beaucoup de scènes underground à faire vibrer. Le temps du mariage d’un de leur petit­­-fils, ils reforment leur groupe. Pas vraiment de quoi les stimuler. L’un d’entre eux est même mort, une overdose a eu raison de l’organiste, Jean­­-Yves. Les spécialistes se réjouiront à la lecture de certains instruments cités comme une Gibson Les Paul­­ custom shop 1959 ou une Black Beauty trois micros. On pense aussitôt à Keith Richards ou Jimmy Page. Période bénie où les prophètes avaient des guitares en bandoulière, et surtout pas de kalachnikovs. Ils ne voulaient pas notre peau. C’était la musique, leur idéal. C’était notre cœur qui devait faire boom, pas nos avions. L’un des trois vétérans se prénomme Guy. C’est le plus acharné. Pour le mariage, il s’est acheté un « vrai jean », une chemise à pois et des boots façon Beatles. Mais le charme…

Nicolas Rey : “Mon père était un cancre, et ma mère sa prof de philo”

Invité sur le plateau du Grand Show pour présenter son nouvel ouvrage, “Amour, les plus belles histoires”, l’écrivain et scénariste Nicolas Rey s’est confié sur la rencontre insolite de ses parents. Confidences d’un amoureux de l’amour.   Amour, les plus belles histoires…69 histoires d’amour, de Priscilla et Elvis Presley, à George Sand et Alfred de Musset en passant par Amy Winehouse et Pete Doherty, répertoriés dans un livre grand format. À l’intérieur, de superbes clichés et les réflexions profondes et éclairées de Nicolas Rey. Écrivain et scénariste, il s’est notamment créé une place dans le milieu littéraire, grâce à l’un de ses neuf romans, le très remarqué Un léger passage à vide, décrivant les déboires de son alcoolisme. Chroniqueur dans diverses émissions à la télévision et à la radio, l’homme de 44 ans s’est également illustré au cinéma où il a joué son propre rôle dans L’amour dure trois ans, de Frédéric Beigbeder et La Femme de Rio, coécrit avec sa compagne, Emma Luchini, fille de Fabrice Luchini. Dans Amour, les plus belles histoires, il revient sur un thème qui lui est cher : le sentiment amoureux. Invité sur le plateau du Grand Show, l’écrivain s’est livré sur une histoire d’amour particulière, celle…

Laurence Masurel sur France Info : “Jacques Chirac était citoyen du monde”

Ce mercredi 29 novembre, Jacques Chirac fête ses 85 ans. A cette occasion, Laurence Masurel, journaliste indépendante et coauteure du livre Jacques Chirac, coulisses d’un destin, était l’invitée de Julien Benedetto dans le 22h-minuit. Jacques Chirac n’est plus Président depuis dix ans, mais il figure toujours parmis les personnalités politiques préférées des français. Il fête aujourd’hui ses 85 ans. A cette occasion, la journaliste et coauteure du livre Jacques Chirac, coulisses d’un destin, Laurence Masurel était l’invitée du 22h-minuit. Comment était le Jacques Chirac des coulisses? Pourquoi a-t-il marqué des générations de français ? Regardez l’interview de Laurence Masurel, coauteure du livre Jacques Chirac, coulisses d’un destin, dans le 22h-minuit. Retrouvez la vidéo intégrale