Gainsbourg For Ever

Prendre rendez-vous avec Gainsbourg, c'était rayer une journée de son agenda, la nuit qui suivait et parfois même le lendemain. Quand il ouvrait la porte du 5 bis rue de Verneuil, toujours la même question : " Qu'est-ce que tu bois p'tit gars ? ". Quand j'ai réussi à l'entraîner au Louvre, nous étions à jeun. L'art - les arts majeurs comme il disait - avait ce pouvoir de lui redonner sa peau de Lucien Ginsburg. Il oubliait Gitanes, et n'avait pas son pareil pour évoquer les infantes malades de Vélasquez. Un autre jour, il me lisait le scénar de Stan The Flasher, quelques mots qui flottaient sur une page blanche, griffonnés à la hâte, au terme d'une nuit agitée. Quand on sonnait à la porte, il préparait un pascal si c'était un coursier ; une bouteille de bourbon si c'était le patron du resto ; les menottes et les balles si c'était les flics. Autant dire qu'on ne s'ennuyait jamais avec le lascar.

Parution :
Maison d’édition : Éditions Scali
Éditeurs :
Genres :

À propos de l’auteur

Né en 1955, Franck Maubert vit entre Paris et la Touraine. Rédacteur en chef de Globe à sa création, critique d’art à L’Express dans les années 80, il est aussi l’initiateur avec Thierry Ardisson de « Bains de minuit » et de « Paris dernière ». Passionné d’art, il s’est spécialisé dans la peinture du XXe siècle.
Franck Maubert est écrivain, auteur de romans (Est-ce bien la nuit ?, Stock, 2002), de nombreux livres d’art (Maeght, une aventure de l’art vivant, avec Y. et I. Maeght, La Martinière, 2006) et d’un livre d’entretiens avec Francis Bacon (L’odeur du sang humain ne me quitte pas des yeux, Mille et une nuits, 2009), traduit en plusieurs langues.