Dos au mur

Nicolas Rey a commis un plagiat. Il est ruiné. Il est malade et les médecins ne sont guère optimistes. Cette fois dos au mur, il décide de tout raconter pour se libérer de ses crimes. Et de ne plus mentir. Car il mentait. Depuis longtemps, à tous et toutes. Voilà donc enfin sa grande catharsis, sa confession, voilà son grand roman rédempteur sur le mensonge. Enfin, il avoue tout et dit la vérité, toute la vérité. Sur tout : maladie, argent, drogues, inspiration et pannes, plagiat, infidélité, lâcheté masculine, amour et tromperies, travail, amis, famille... On reconnaîtra bien des protagonistes et on s'amusera à découvrir les autres. On rira beaucoup, on sera ému aux larmes. Si le roman c'est le mentir-vrai, Nicolas Rey écrit une désopilante fiction du réel, dans laquelle la vérité devient fiction. Mais de sa vie à ses relations avec les éditeurs, c'est aussi l'envers du décor et la condition d'un auteur du vingt-et-unième siècle qu'on lit. Un auteur de haut vol !

Parution :
Maison d’édition : Au diable vauvert
Genres :

À propos de l’auteur

Nicolas Rey, 43 ans, Prix de Flore à 28 ans, est l’auteur du best-seller Un léger passage à vide dans lequel il raconte les affres de l’alcoolisme mondain, puis de l’alcoolisme tout court. Il est l’auteur de sept romans publiés aux éditions du Diable Vauvert.

Réalisateur, il a reçu en 2015 le César du meilleur court-métrage pour La Femme de Rio. Il a été chroniqueur sur France Inter, Canal+, D8 et à VSD, au Figaro et au magazine Lui, dirigé par Frédéric Beigbeder. Il fait des lectures musicales dans toute la France depuis avril 2015.