“D’abord, ils ont effacé notre nom” dans The Guardian

“D’abord, ils ont effacé notre nom”, Habiburahman et Sophie Ansel (éditions de La Martinière/Conseil éditorial Litcom), chroniqué dans The Guardian

Habiburahman talking at a rally in Malaysia. Photograph: Sophie Ansel

 

A Rohingyan refugee living in Australia is pleading with the Australian government to grant him a travel document allowing him to speak at the European parliament about the persecution of his people.

Habiburahman – who goes by only one name – arrived in Australia from Myanmar, which was then known as Burma, by boat in 2009.

But he has spent 18 years as a stateless refugee and cannot currently leave Australia. He is pleading for the opportunity to speak on behalf of the Rohingya people he says are silenced by the Myanmar military government.

I cannot travel, I cannot belong. It is very upsetting
His book, D’Abord, Ils Ont Efface Notre NomFirst They Erased Our Name – cowritten with French author Sophie Ansel, charts his own life and the persecution of his people. It is set to be launched in Europe this month.

Belgian MEP Marie Arena has invited him to address the European parliament about the ongoing persecution of the Rohingya people, and he is also scheduled to meet with representatives from Amnesty International. Letters of support have been sent to the French president, Emmanuel Macron.

“This is my chance to speak for my people, who continue to suffer, but who are voiceless,” Habiburahman told the Guardian.

The Rohingya ethnic minority has faced generations of persecution from the military junta which rules Myanmar. The Rohingya have been denied citizenship since 1982, have previously been limited to having two children, and face arbitrary detention and internment in labour camps. They are excluded from education, certain professions and moving outside defined areas. The Myanmar government refuses to uses the term Rohingya: it regards the Rohingya as Bangladeshis living illegitimately in Myanmar.

In August last year, the military began a new wave of violence against the Rohingya in the western Rakhine state, burning villages and killing civilians in a pogrom described by the UN as “textbook ethnic cleansing”. More than 680,000 Rohingya have fled over Myanmar’s border into Bangladesh. And last week, further evidence has emerged over alleged mass graves of civilians in Rohingya villages.

“We are the unspeakable,” Habiburahman said. “In Burma, we are not allowed to say we are Rohingya, and you cannot say what is happening to us. You cannot report what is happening to police. It is like our mouth has been shut up, our eyes have been closed up. We are like slaves.”

Habiburahman has been displaced and stateless since 2000, when he fled his homeland, aged 19, after facing harassment, arrest and forced labour.

He went first to Thailand and then Malaysia, where he spent nine years. In both countries he was repeatedly arrested and deported because he held no valid citizenship.

Upon arriving in Australia – the only country he has ever set foot in that observes the protections of the refugee convention – he was recognised within months as a refugee but still spent 32 months in immigration detention centres across the country.

Protesting the delays, he staged a rooftop protest and a hunger strike, over which he was convicted of damaging commonwealth property. The conviction was later quashed on appeal.

But the conviction meant that, instead of being granted a protection visa, he was deemed to have failed the character test, and placed on a removal pending bridging visa, despite there being no country that recognises him as a citizen.

Habib has lived in Melbourne on the removal pending bridging visa for several years, while his application for a protection visa has remained pending. His initial protection visa was first refused by the immigration minister on the basis he failed the ‘character test’, because of the earlier conviction.

However, on appeal his conviction was quashed – the minister settled by consent in April 2016. But Habiburahman’s protection visa application remains outstanding still, and, in late 2017, Habiburahman was told he would be interviewed again by the department to re-assess his protection claim, despite already having been found to be a refugee and legally owed protection.

The conditions of his current visa mean he is unable to leave the country, or re-enter Australia if he does.

“Everything has been limited. I cannot travel, I cannot belong. It is very upsetting. It is the same thing back in Burma.

Habiburahman has formally requested Australia’s immigration officials – part of the new Department of Home Affairs – grant him travel documents to go to Europe to launch his book and speak with lawmakers.

His co-author Sophie Ansel told the Guardian his testimony was vital.

“It is not only necessary for him to be there, it is an emergency. It is a duty for whoever has the power to facilitate this trip to do it because there are not many chances for Rohingyas to raise their voice and because every day that passes without the international community acting is one more day where villages are burned, where families are forced to flee, where people are killed and raped.”

Habiburahman sees his visit as a service to his people, both those Rohingya still inside Myanmar, and the diaspora that has fled over the country’s borders.

“The world needs to hear the story of the Rohingya, I can speak for them, this is my role to play for my people.”

If Habiburahman leaves Australia it appears he will not be allowed back in. A spokesman for home affairs said the department did not comment on individual visa cases, but told the Guardian: “the removal pending bridging visa enables the release of people from immigration detention into the community in instances where their removal from Australia is not reasonably practicable at that time”.

“The visa does not provide any right of re-entry if the visa holder departs Australia.”

 

Retrouver l’article complet

Sortie prochaine du livre d’Habiburahman “D’abord, ils ont effacé notre nom : un Rohingya parle” (éd. La Martinière)

Ce livre co-écrit par Sophie Ansel, édité par l’agence Litcom pour les éditions La Martinière, raconte la vie d’un enfant rohingya, Habiburahman, qui grandit dans un État d’Apartheid, de racisme et de persécutions systématiques : l’Arakan en Birmanie. A l’occasion de cette publication, le Parlement de Belgique, le Sénat belge et la députée européenne Marie Aréna ont invité Habiburahman en Belgique du 26 au 28 février pour des sessions spéciales qui permettront d’exposer la situation et les persécutions à l’encontre des Rohingyas. Habiburahman  sera également à Paris pour rencontrer les journalistes et des institutions du 1er au 9 mars. Il est également attendu par Amnesty International qui organisera des rencontres afin de soulever la question de la tragédie des Rohingyas. Le livre paraître en librairie le 1er mars 2018.

Les “Premières fois”, série de nouvelles signées par de grands écrivains et éditées par nos soins pour Prisma et Steinkis, réunies dans un coffret chez “J’ai lu”

cof

Le coffret réunissant les 10 ouvrages de la collection “Premières fois”, portée par les Éditions Prisma et Steinkis Groupe. Sur des thèmes variés, de grands écrivains racontent une première fois historique ou universelle, dans des récits mêlant fiction et réalité. Avec Eliette Abécassis, François Bégaudeau, Philippe Besson, Benoît Duteurtre, Nicolas d’Estienne d’Orves, Patrick Eudeline, Philippe Jaenada, Gilles Pudlowski, Nicolas Rey et Gonzague Saint-Bris.

Le Figaro Magazine au sujet de “Assad” : “Dans l’antre du Diable”

Régis Le Sommier, directeur adjoint de Paris Match, est l’un des rares journalistes à avoir pu rencontrer Bachar el-Assad et ce à plusieurs reprises. Cela lui a attiré les foudres de certains confrères sentencieux et moralistes pour qui le leader syrien rest le Mal incarné. Dans ce livre, il revient sur ses séjours en Syrie et livre ses impressions personnelles sur un homme complexe et secret. Y est notamment relaté ce long entretien réalisé en juin 2015 et non destiné à publication, dans le refuge d’Assad, sur les hauteurs de Damas. Un chapitre off the record qui fourmille d’anecdotes et d’informations sur le dictateur syrien, le décrit dans son intimité et son quotidien (…).” Jean-Louis Tremblais, Le Figaro Magazine.

Paris Normandie : Regis Le Sommier avait conscience d’interviewer « quelqu’un qui a du sang sur les mains »

Le grand entretien. Régis Le Sommier, directeur-adjoint de la rédaction de Paris Match, est l’un des rares journalistes à avoir rencontré à plusieurs reprises le président syrien. Un personnage complexe, passé du statut de leader moderne et ouvert à celui de bourreau de son peuple.
Comment parvient-on à décrocher deux interviews d’un chef d’État aussi détesté, aussi menacé que Bachar el-Assad ?

Régis Le Sommier : « Le couple présidentiel avait fait un voyage en France en novembre 2010 et un journaliste de Paris-Match avait décroché une interview avec la première dame. Il n’a pas pu assurer cet entretien et je me suis donc retrouvé à interviewer Asma, la femme du président syrien. Trois mois plus tard, début 2011, la guerre en Syrie a débuté. Je me suis appuyé sur cette rencontre pour demander une interview de Bachar El Assad. Après de nombreux reports, elle s’est finalement déroulée en novembre 2014. »

La situation est alors très différente de celle qui prévalait lors de votre première demande. Dans quel état d’esprit interviewe-t-on quelqu’un suspecté d’atrocités sur son propre peuple ?

« Je me dis que je vais interviewer quelqu’un qui a du sang sur les mains, ça c’est évident. Mais je suis convaincu qu’il faut aller à sa rencontre. On a aujourd’hui tellement d’experts, d’analystes, qui parlent de la Syrie alors qu’ils n’y sont pas allés depuis des années ou qu’ils n’y ont même jamais foutu les pieds ! Or, rien ne remplace la pratique du terrain. Et puis cette interview est d’autant plus importante que c’est la première que donne Bachar El-Assad après l’émergence de l’État islamique, qui a envahi le tiers de la Syrie en quelques mois à peine et vient de proclamer le Califat. Quant au contenu, je pense n’avoir évité aucune question en lui demandant pourquoi il avait bombardé les populations civiles, pourquoi il taxait tous ses adversaires de terroristes, s’il avait peur de finir comme Saddam Hussein et Kadhafi, s’il avait donné l’ordre de tuer le premier ministre libanais Rafik Hariri… »

« Tout glisse sur lui comme sur un métal inoxydable », écrivez-vous. Avez-vous néanmoins senti lors de vos entretiens qu’il mesurait la gravité de la situation dans laquelle se trouvait le peuple syrien ?

« Il y a une clef intéressante qui permet de comprendre comment fonctionne cet homme : c’est un passionné d’informatique, presque un geek, qui parle de l’État Islamique comme d’un virus qui contaminerait un ordinateur, de l’incompatibilité entre communautés en comparant cela à une incompatibilité Mac/PC… Cet esprit scientifique, technologique, fait qu’il tient les événements à distance, avec une forme de froideur. L’autre clef, c’est son éducation. Son père, Hafez El-Assad, est quelqu’un qui vient du peuple, qui est à même de comprendre les soubresauts qui l’agitent. Bachar est familier de la culture occidentale, a étudié en Angleterre. Il a une connaissance beaucoup moins fine de ce que vivent les Syriens. »

Bachar El Assad a hérité du pouvoir à la mort de son frère aîné. En quoi sa volonté de conquérir une légitimité a-t-elle pu le conduire à des excès ?

« L’inflexibilité qu’il a manifestée dès le début de cette guerre a sans doute été une manière pour lui de se faire un prénom. Mais ce qui est paradoxal, c’est que je ne pense pas que ce soit quelqu’un de violent ou de sanguinaire. Il est en revanche le produit d’un système, et pour perpétuer ce système, il est allé jusqu’au bout. Et puis il y a chez lui une forme de cynisme. Contrairement à d’autres leaders impopulaires que j’ai pu rencontrer, comme Georges Bush par exemple, qui disait au moment de la guerre en Irak qu’il avait du mal à dormir, il ne manifeste pas de compassion particulière. »

« LA POPULATION SYRIENNE A LE CULTEDU CHEF »

Est-il vraiment le seul décisionnaire ou est-il l’objet d’un clan au pouvoir ?

« Je ne pense pas qu’il soit le jouet d’une faction à l’intérieur du parti Baas, d’un membre de sa famille ou du patron des services de renseignement comme on a pu l’entendre. C’est un homme qui donne toujours l’impression d’être aux commandes. D’ailleurs l’État syrien, même aux pires moments, ne s’est jamais effondré. J’ajoute que Bachar El Assad a su s’imposer comme l’homme fort, au sein d’une population syrienne qui a le culte du chef. »

Où en sont les rapports entre la Syrie et la France ?

« Si on s’en tient aux faits, il apparaît que le vainqueur n’est pas celui que nous avons choisi. La France a loupé le coche dans la mesure où elle était l’ancienne puissance mandataire, qu’elle avait des intérêts dans le pays. Au lieu de cela, elle a joué un camp contre l’autre. Et elle a perdu. Cette posture morale nous a fait perdre pied en Syrie mais aussi dans tout le Moyen-Orient. Et malgré les efforts d’Emmanuel Macron pour revenir dans le jeu, on paye aujourd’hui cette disqualification. »

« PERSONNE NE PEUT DIRE AUJOURD’HUI CE QU’IL VA DEVENIR »

À votre avis, quelles ont été les erreurs d’appréciation commises par les Occidentaux vis-à-vis de Bachar ?

« Il y a eu deux erreurs considérables : d’abord, comme on l’avait fait avec Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi, on a cru que le départ de Bachar El Assad allait amener automatiquement une démocratie pluraliste, intégrant les minorités, respectant les droits des femmes… Mais ça ne marche pas comme ça. Ça donne même des catastrophes. Et puis on a fantasmé, à travers une construction politico-médiatique, une opposition syrienne moderne, ouverte et tolérante. Or, aujourd’hui, à part ce qui reste de l’Armée Syrienne Libre, même la plus modérée des organisations qui combattent Bachar se revendique avant tout de l’Islam. »

En refusant une ingérence occidentale, la Syrie ne s’est-elle pas inféodée à la Russie et à l’Iran ?

« Bachar El Assad a fait des choix logiques. Son comportement relève à la fois d’un cynisme absolu et d’un pragmatisme total. La présence russe en Syrie remonte à plus de quarante ans, et les liens militaires sont anciens. Et l’idée de maintenir un lien entre le Hezbollah, la Syrie, l’Iran et désormais l’Irak au sein d’un arc chiite illustre son pragmatisme. Il est toutefois évident que ces deux grands pays n’ont pas volé au secours de Bachar sans contreparties… »

La religion, écrivez-vous, serait la grande gagnante de la guerre en Syrie. Pourquoi ?

« Quand vous avez 340 000 morts, 20 % des habitations détruites et des gens qui ont fui en masse leur pays, vous avez tendance à vous en remettre à quelque chose qui n’est pas de l’ordre du rationnel. La religion est la soupape qui permet aux hommes de continuer à vivre dans des circonstances dramatiques. »

Bachar el-Assad peut-il rester au pouvoir durablement ?

« C’est toute l’énigme de ce personnage. En mars 2011, on lui donnait un, deux ou trois mois avant de quitter le pouvoir. Il devait être la énième tête à tomber sous le souffle des révolutions arabes. Or, il est toujours là. Il s’est fait un prénom. Et ses partisans le considèrent comme leur sauveur. Personne ne peut donc dire aujourd’hui ce qu’il va devenir. »

Retrouver l’article sur Paris Normandie 

Régis Le Sommier sur RTL pour Assad

Symbole de modernité à ses débuts, Bachar Al Assad incarnait tous les espoirs aux yeux de l’Occident… Plus de 300 000 morts plus tard, on le surnomme le “Boucher de Damas”. Alors que les forces du régime de Bachar Al Assad tentent de reconquérir la province d’Idlib en partie sous le contrôle des jihadistes, et ce, au prix de nombreuses victimes civiles… On se pose une question, qui est vraiment Bachar El Assad ?

On décrypte l’énigme Bachar Al Assad avec Régis Le Sommier, grand reporter, directeur adjoint de Paris Match, expert du Moyen-Orient et du terrorisme.

Assad à paraître demain aux éditions de La Martinière

A retrouver sur RTL

Régis Le Sommier sur France Inter pour “Assad”

1 café 3 questions à Régis Le Sommier, autour de Bachar el Assad et la situation en Syrie.

Que se passe-t-il dans la tête de Bachar al-Assad ? Régis Le Sommier est l’un des rares journalistes à avoir rencontré le président syrien à plusieurs reprises depuis le début de la guerre en Syrie. Il est Directeur-adjoint de Paris Match et publie Assad aux éditions de La Martinière.

Par Hélène Roussel

Régis Le Sommier invité du Grand Soir 3 pour “Assad”

Grand Soir 3 : Bachar al-Assad, un “personnage très scientifique qui parle de Daech comme d’un virus”

“Il ne faut pas être devin pour voir qu’il ne reste que quelques mois avant la fin de la guerre en Syrie au vu des rapports de force. Six mois pas plus”, estime le journaliste Régis Le Sommier. “Bachar al-Assad a redressé une situation qui, pour lui, était désespérée”.

“Ce que j’ai voulu faire avec ce livre sur Bachar al-Assad, c’est essayer de comprendre comment quelqu’un, à qui on donnait quelques semaines en mars 2011, non seulement est toujours là, mais a gagné la guerre”, explique le grand reporter.

“Cloîtré, mais connecté”
Régis Le Sommier a rencontré deux fois le leader syrien “à chaque fois cloîtré dans son palais, mais connecté au monde. Sur son bureau, il y a juste un ordinateur avec lequel il observe le monde”, raconte le directeur adjoint de Paris Match.

“Ce qui est assez intéressant avec lui, c’est que c’est un personnage très scientifique. Il parle de Daech comme d’un virus au sens informatique du terme”, décrit-il, ajoutant que “c’est quelqu’un qui a une double culture. Il a étudié et travaillé à Londres et s’est marié avec une Syrienne qui a vécu 25 ans à Londres”.

Et Régis Le Sommier de conclure sur Bachar al-Assad : “C’est quelqu’un d’assez accueillant, mais quand on lui pose une question, il a toujours une espèce de digue infranchissable et c’est ce qui le sauve d’une certaine façon”.

Un souvenir de France Gall, le seul livre signé de son nom : “Michel Berger, haute fidélité”, pour La Martinière

Le projet était né d’une envie de Thierry Boccon-Gibod et France Gall. Thierry avait été un camarade de classe de Michel Berger, ils étaient restés amis, et tout au long de sa carrière de photographe Thierry l’avait accompagné. En solo, puis avec France Gall. Pour la première fois, il avait ouvert ses archives. Pour la première fois, France Gall avait bien voulu s’y replonger. Belles photos en noir et blanc et en kodachrome : des tirages ou des diapos que Thierry avait étalés et projetées pendant des mois dans le salon de France Gall. Photo après photo, année après année, ce fut pendant des mois une plongée dans le temps aux côtés du grand piano de Michel Berger et avec Bruck Dawit au micro. Souvenir de ces belles sessions de travail, penchés sur la maquette, avec les commentaires de France Gall… comme autant de déclarations.

Les Inrocks : “Que se passe-t-il dans la tête de Bachar al-Assad ? ”

Assad, de Régis Le Sommier, un ouvrage produit par Litcom pour les éditions La Martinière.

Que se passe-t-il dans la tête de Bachar al-Assad ? Il est l’un des rares journalistes à avoir rencontré le président syrien à plusieurs reprises depuis le début de la guerre en Syrie, en 2011. Directeur-adjoint de Paris Match, Régis Le Sommier publie Assad, un livre où il tente de décrypter qui se cache derrière le dictateur. Un portrait profondément politique sur fond de moments intimes. Par Fanny Marlier.

Pour votre livre, vous vous êtes entretenu avec Bachar al-Assad à plusieurs reprises, même en off. Pourquoi vous a-t-il fait autant confiance à votre avis ?

Régis Le Sommier – Notre première interview avait été accordée dans des circonstances particulières. Elle a eu lieu en novembre 2014, et c’était la première qu’il donnait à la presse internationale depuis deux ans, et notamment depuis l’émergence de Daech comme force occupant un tiers de la Syrie. Mais entre le moment où il me donne son accord, et notre rencontre, il se passe un an et demi. Il n’y a pas vraiment de logique pour qu’il me donne cette interview puisque les circonstances militaires, à ce moment-là, ne lui sont pas favorables. Et à la fin, je remarque qu’il a plutôt l’air d’avoir envie de parler, il me pose des questions. Un comportement très différent d’autres chefs d’Etat que j’ai pu rencontrer, que ce soit George W. Bush ou Barack Obama, qui en général perçoivent le journaliste comme un élément dont il faut se méfier. Après coup, je me suis dit qu’il serait intéressant d’essayer de solliciter un nouvel entretien, dans plusieurs mois, dans l’idée d’écrire un livre.

Il faut comprendre que – sans porter de jugement de qualification – Bachar al-Assad est un homme qui vit cloitré à Damas depuis 2011. Tout comme les gens qui gravitent autour de lui. A l’époque, il n’était pas sorti de Syrie depuis son dernier voyage en Turquie en janvier 2011. Je pense que c’est aussi l’une des raisons pour lesquelles il m’a donné ce second entretien, en off, six mois plus tard. Il avait envie d’échanger avec quelqu’un sur l’actualité internationale, et moi ça me permettait de creuser davantage. A chacune de ces interviews, j’ai pu poser toutes les questions que j’avais envie de poser, comme par exemple : “Avez-vous peur de finir comme Mouammar Kadhafi ou Saddam Hussein ?”

Que retenez-vous de ces moments avec Bachar al-Assad ?

Il écoutait avec attention lorsque je lui parlais de l’actualité, mais c’est aussi quelqu’un qui a des points de vue assez arrêtés, il y a une sorte de digue infranchissable chez lui, il est convaincu que ceux qui se lèvent contre lui sont tous des terroristes. En partant de ce principe là, c’est très difficile de lui faire admettre qu’il a eu plusieurs torts. Je l’ai d’ailleurs interpellé sur les morts de civils, et les bombardements de villes entièrement détruites. L’un de nos photographes à Paris Match, Rémi Ochlik, a perdu la vie, victime d’une frappe de l’armée syrienne. Je lui ai demandé pourquoi il a utilisé toute la puissance de l’artillerie contre un quartier, et il m’a répondu : “En face, il y avait aussi de l’artillerie”. Sauf que cette façon de régler les problèmes n’a fait que les multiplier et créer d’autres ennemis.

Il y a aussi une chose que j’ai découverte, c’est sa dimension scientifique, il a un côté geek. Il observe le monde autour d’un énorme ordinateur qui trône sur son bureau et m’a semblé maîtriser un certain nombre d’outils informatiques et il en utilisait souvent le langage. Bachar al-Assad parle de l’organisation Etat islamique comme d’un virus au sens informatique du terme, c’est-à-dire quelque chose qui détruit une société, comme le ferait un virus avec un logiciel. Il se tient très informé de toutes les actions militaires de son armée. Mais contrairement à George W. Bush que j’avais rencontré au début de la guerre en Irak, et qui m’expliquait ne pas arriver à dormir la nuit, le président syrien n’est pas dans la compassion, il a une vision assez froide du conflit et de ses conséquences.

L’ampleur de la destruction est considérable en Syrie. Un rapport de la Banque mondiale datant de juillet 2017 établit que près de 900000 habitations (sur quatre millions) ont été détruites, soit 20% des maisons syriennes. Bachar al-Assad peut-il continuer à gouverner la Syrie ?

La Syrie s’est considérablement mondialisée ces dernières années, il y a des diasporas un peu partout puisque beaucoup ont fui leur pays en guerre. Et la plupart des hommes restés ont été mobilisés dans l’armée. Il y a donc peu de main-d’œuvre pour reconstruire le pays qui s’appauvrit économiquement avec le conflit.

La Syrie est aussi extrêmement fractionnée, et abrite une myriade de groupes rebelles. En face, le camp gouvernemental, ce n’est pas simplement l’armée syrienne, ce sont aussi les alliés avec les forces nationales de défense palestiniennes, afghanes, ou irakiennes. Après six années de conflit, la société syrienne est modelée par la guerre. Et la transition vers la paix risque d’être difficile pour toutes ces raisons. L’autre aspect, qui va davantage dans le sens de Bachar al-Assad, c’est que depuis l’image président “illégitime” (qui est arrivé au pouvoir de façon accidentelle suite au décès de son frère aîné, Bassel al-Assad), il s’est fait un prénom. Pendant toute cette guerre, c’est lui, et lui seul, qui a pris toutes les décisions. Il est responsable de ce conflit, mais c’est lui qui l’a gagné d’une certaine façon. Et de ce point de vue là, Bachar al-Assad a acquis une certaine légitimité sur une Syrie en lambeaux pour laquelle la paix et la reconstruction sont un poids considérable.

La France a toujours eu une relation compliquée avec la Syrie, oscillant entre attirance et répulsion. Comment définissez-vous ce lien ?

Il y a un ancrage historique encore très fort. La Syrie a souvent adopté plusieurs codes du fonctionnement du système français. Une bonne partie de l’administration syrienne est directement calquée sur la bureaucratie française par exemple. A une époque, la France aimait beaucoup la Syrie, François Mitterrand était fasciné par les trésors archéologiques de la Palmyre. Puis les relations diplomatiques se sont compliquées à partir de l’affaire du Canal de Suez, et ensuite avec l’arrivée de Bachar al-Assad au pouvoir.

Au départ, Jacques Chirac voit dans cette accession l’idée d’insuffler une modernité et le moyen de reprendre la main dans la région. Puis vient l’affaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafiq Hariri, et Chirac coupe les ponts avec la Syrie. Nicolas Sarkozy renoue ensuite le dialogue, avant de le rompre à nouveau en 2012. Vient ensuite la guerre. Et Laurent Fabius va adopter une posture davantage morale que diplomatique en exigeant le départ de Bachar al-Assad. On a soutenu un camp dans le but d’abattre l’autre. Et au fur et à mesure du développement du conflit, on est rentrés dans une espèce de prisme idéologique, qui nous a complètement sortis du jeu diplomatique en Syrie, c’est-à-dire que l’on n’avait plus du tout de levier de manœuvre sur le terrain.

Emmanuel Macron cherche à renouer le dialogue avec Bachar al-Assad, tout en rappelant qu’il est un criminel de guerre qui devrait répondre de ses crimes. Quelle est la stratégie du président français selon-vous ?

Sur la question syrienne pure – parce que l’on peut aussi y voir sa volonté de remettre la France dans le jeu diplomatique – il reprend une position gaullo-mitterrandienne de puissance médiane. Emmanuel Macron veut remettre la France au cœur du jeu diplomatique, en se détachant de la tutelle des Etats-Unis, même s’ils restent bien sûr nos alliés. Le président français est plus pragmatique et réaliste que son prédécesseur. Pour lui, qu’on aime ou non Bachar al-Assad, il est là, et il a gagné la guerre. C’est une réalité.

La question des liens avec les services de renseignements syriens est aussi un enjeu majeur. Dans la période actuelle où la menace principale vient du djihadisme armé qui nous a frappés et ambitionne de continuer à nous attaquer, c’est sûr qu’avoir un lien avec un maximum d’acteurs dans la région ne peut que nous aider à circonscrire cette menace. Et, dans le passé, les mauvaises relations avec la Syrie n’ont sans doute pas toujours facilité la traque des djihadistes qui voulaient frapper la France.

Assad, de Régis Le Sommier, éditions de La Martinière, parution le 11 janvier 2018.

Retrouvez l’article sur le site des Inrocks

Causeur : “Patrick Eudeline : la nostalgie, camarade…”

“Les Panthères grises”, éditions La Martinière, conseil éditorial Litcom.

Quand elle nous attrape, elle ne nous lâche plus. C’est comme ça. Dans son roman Les Panthères grises (La Martinière, 2017) Patrick Eudeline revisite une époque révolue, pourtant pas si lointaine.

Un article de Pascal Louvrier (17/12/2017)

Les prophètes avaient des guitares en bandoulière

Il nous présente trois musiciens, la soixantaine, n’ayant plus beaucoup de scènes underground à faire vibrer. Le temps du mariage d’un de leur petit­­-fils, ils reforment leur groupe. Pas vraiment de quoi les stimuler. L’un d’entre eux est même mort, une overdose a eu raison de l’organiste, Jean­­-Yves. Les spécialistes se réjouiront à la lecture de certains instruments cités comme une Gibson Les Paul­­ custom shop 1959 ou une Black Beauty trois micros. On pense aussitôt à Keith Richards ou Jimmy Page. Période bénie où les prophètes avaient des guitares en bandoulière, et surtout pas de kalachnikovs. Ils ne voulaient pas notre peau. C’était la musique, leur idéal. C’était notre cœur qui devait faire boom, pas nos avions.

L’un des trois vétérans se prénomme Guy. C’est le plus acharné. Pour le mariage, il s’est acheté un « vrai jean », une chemise à pois et des boots façon Beatles. Mais le charme est rompu. Les trentenaires sont tristes à pleurer. Ils sont suivis aux trousses par des gamins qui hurlent et tyrannisent les parents.

Pauvre vieux rocker réac

Alors Guy, dégueulant sur la société, la gauche qui a vendu ses principes au capitalisme sauvage, regrettant les vieux quartiers de Paris complètement dénaturés par les bobos à barbe et trottinette, se dit, non sans effroi, qu’il est devenu un « réac ». Eudeline s’interroge : « Lui qui jadis avait tant admiré, envié les blacks ? Leur cool absolu et félin, leur statut hip et rebelle. Lui qui s’était échiné sur sa guitare à comprendre le balancement du blues, à s’en imprégner, qui avait rêvé de chanter comme Ray Charles, de hurler comme James Brown, et flashé sur l’élégance innée de Miles Davis ou d’Hendrix ? » Constat terrible. Même Johnny Hallyday semblait devenu sage et respectable avec l’âge. Il y a de quoi se flinguer, vraiment, pour nos Panthères grises. Ou alors tenter un dernier coup d’éclat. Faire un casse, à l’ancienne, comme du temps de Gabin et Delon.

Chouettes sixties

Le quartier de Pigalle est particulièrement bien restitué. Eudeline le connaît, il l’a humé, et grâce à ce livre, il nous en restitue son parfum d’interdit, son code de l’honneur, et ses petits rades où l’on commentait l’actualité en lançant les dés sur le zinc.

L’écriture, heureusement qu’elle existe et qu’elle permet la sauvegarde de notre mémoire. Les sixties, c’était quand même chouette. On marchait sur la lune. Et comme le dit Eudeline, désormais, « tout est petit, resserré, interdit. Bouffer, fumer, baiser, boire, penser de travers. » Et d’ajouter, le regard caché par les lunettes noires, comme pour ne pas montrer ses larmes à des gens qui ne comprendraient pas, puisque les sentiments sont hors la loi : « Et nous, on est comme des vieux cons qui veulent encore marcher sur la lune. »

Patrick Eudeline, Les Panthères grises, La Martinière, 2017.

Nicolas Rey : “Mon père était un cancre, et ma mère sa prof de philo”

Invité sur le plateau du Grand Show pour présenter son nouvel ouvrage, “Amour, les plus belles histoires”, l’écrivain et scénariste Nicolas Rey s’est confié sur la rencontre insolite de ses parents. Confidences d’un amoureux de l’amour.

 

Amour, les plus belles histoires…69 histoires d’amour, de Priscilla et Elvis Presley, à George Sand et Alfred de Musset en passant par Amy Winehouse et Pete Doherty, répertoriés dans un livre grand format. À l’intérieur, de superbes clichés et les réflexions profondes et éclairées de Nicolas Rey. Écrivain et scénariste, il s’est notamment créé une place dans le milieu littéraire, grâce à l’un de ses neuf romans, le très remarqué Un léger passage à vide, décrivant les déboires de son alcoolisme. Chroniqueur dans diverses émissions à la télévision et à la radio, l’homme de 44 ans s’est également illustré au cinéma où il a joué son propre rôle dans L’amour dure trois ans, de Frédéric Beigbeder et La Femme de Rio, coécrit avec sa compagne, Emma Luchini, fille de Fabrice Luchini. Dans Amour, les plus belles histoires, il revient sur un thème qui lui est cher : le sentiment amoureux. Invité sur le plateau du Grand Show, l’écrivain s’est livré sur une histoire d’amour particulière, celle de ses parents.

“MON PÈRE ÉTAIT UN CANCRE, ET MA MÈRE, SA PROF DE PHILO”

Une déclaration touchante à ses parents, qu’il remercie : “C’est quand même grâce à eux que je suis là. C’est une bonne chose qu’ils aient fait l’amour une fois et que j’en sois le fruit. J’ai commencé par cela car leur histoire est un peu particulière. Ils ne se sont pas rencontrés sur Facebook ni en boîte de nuit.” Mais une rencontre sur les bancs de l’école qui rappelle une certaine Brigitte Macron avec un dénommé Emmanuel, alors lycéen : “Mon père était un cancre qui s’était fait virer de toutes les boîtes à bac de Paris. (…) Il s’est retrouvé en classe de terminale, avec une prof de philo qui se trouve être ma mère.” Une histoire d’amour atypique, semée d’embûches : “À la fin du premier cours, il est allé la voir pour l’inviter à dîner au restaurant, ce à quoi elle a répondu que la proposition était charmante mais qu’elle supportait déjà des gens de son âge toute la journée, donc le soir, elle évitait de faire garderie. Il s’est pris un énorme râteau.”

“ET 9 MOIS PLUS TARD, JE SUIS NÉ”

Un refus qui n’a pas duré longtemps, pour le plus grand bonheur de l’écrivain : “Le soir du 31 décembre, il était chez Castel avec son meilleur ami, en train de draguer deux blondes. Il a piqué les clés de bagnole de son pote et a roulé jusqu’à Nevers, là où habitait ma mère. Il a attendu que le bistrot d’en face ouvre, et l’a invitée à déjeuner.” Nicolas Rey poursuit en révélant l’histoire singulière de sa confection : “Quelques mois après, ils sont allés retaper l’hôtel d’un ami à eux. (…) Le soir de la fin des travaux, lors d’un dîner dans une des salles, ils se sont levés et ont décidé d’aller inaugurer une des chambres. Et 9 mois plus tard, je suis né.”

Amour, les plus grandes histoires est en vente, dans toutes les librairies depuis le 19 octobre dernier.

Par Carla B

Retrouvez l’article sur Non Stop People

“Assad”, de Régis Le Sommier (éd. La Martinière)

L’agence Litcom est très fière d’avoir accompagné cet ouvrage du reporter-écrivain Régis Lesommier.
Un portrait inédit du président Assad, depuis l’intimité de son palais et jusqu’aux confins de la guerre en Syrie.
Une plongée au long cours dans les affres des luttes de pouvoir au cœur du conflit syrien.
À découvrir chez La Martinière, le 11 janvier prochain : “Assad” !

« Je connais Bachar El Assad.
Vous me direz : tout le monde le connaît.
Ou plutôt : tout le monde croît le connaître, tant cet homme est une énigme.
Élève moyen et plutôt “sympathique” (il a étudié l’ophtalmologie à Londres), fou d’informatique, l’homme sort de l’ombre à la mort brutale de son frère aîné. Symbole de modernité, marié à une femme vêtue à l’occidentale, ancienne banquière, il incarne alors tous les espoirs aux yeux de l’Occident. Il devient, à 34 ans, président de la Syrie.
Dix-sept ans ont passé. 340 000 morts. Certains le surnomment le “Boucher de Damas”. D’autres considèrent qu’il a servi de rempart à l’islamisme radical.
Quoi qu’on pense de lui, il a gagné la guerre.
Je l’ai rencontré à plusieurs reprises, y compris en rendez-vous “off”, quand tout brûlait autour de lui. Plus d’une fois, je me suis demandé quelle part de vérité je pourrais retirer de ces moments.
Je vous laisse en juger. »

Régis Le Sommier est directeur adjoint de Paris Match et grand reporter (Mali, Afghanistan, Irak, Syrie…). Expert du Moyen-Orient et du terrorisme, il est notamment l’auteur de Daech, l’histoire aux Éditions de La Martinière.

TEXTE
Littérature
130 x 205 mm – 256 pages
11 janvier 2018 – 9782732483627
18 €

Laurence Masurel sur France Info : “Jacques Chirac était citoyen du monde”

Ce mercredi 29 novembre, Jacques Chirac fête ses 85 ans. A cette occasion, Laurence Masurel, journaliste indépendante et coauteure du livre Jacques Chirac, coulisses d’un destin, était l’invitée de Julien Benedetto dans le 22h-minuit.

Jacques Chirac n’est plus Président depuis dix ans, mais il figure toujours parmis les personnalités politiques préférées des français. Il fête aujourd’hui ses 85 ans. A cette occasion, la journaliste et coauteure du livre Jacques Chirac, coulisses d’un destin, Laurence Masurel était l’invitée du 22h-minuit.

Comment était le Jacques Chirac des coulisses? Pourquoi a-t-il marqué des générations de français ? Regardez l’interview de Laurence Masurel, coauteure du livre Jacques Chirac, coulisses d’un destin, dans le 22h-minuit.

Retrouvez la vidéo intégrale

Nicolas Rey : une histoire d’amour qui finit bien, “ça fait chier tout le monde”. Sur Europe 1

Amoureux de l’amour, l’écrivain Nicolas Rey en a fait son sujet de prédilection. En cette fin d’année, il publie un beau livre sur 69 couples mythiques.

Retrouvez l’article et la vidéo sur Europe 1

INTERVIEW
Rimbaud et Verlaine, Alfred de Musset et George Sand, Pierre et Marie Curie… Tous ces couples mythiques ont inspiré Nicolas Rey. L’écrivain d’Un léger passage à vide revient en librairie avec un beau livre, Amour, les plus belles histoires. Pour évoquer cet ouvrage mais aussi sur son parcours amoureux, il était l’invité de La voix est livre, samedi, sur Europe 1.

“On ne peut jamais reconquérir les gens”. L’auteur a fait de l’amour sa spécialité. “Je suis un peu pris au piège là-dessus, dès mon premier livre. Je l’ai écrit parce que je me suis fait quitter par une fille. Je savais que c’était cuit d’avance. Malgré tout, je tenais à boire jusqu’à la lie ce qui allait arriver.” Pour éventuellement reconquérir cette fille, il se dit qu’il faut laisser le temps agir et se met à écrire un roman. “Au fur et à mesure que j’écrivais, je réalisais qu’on ne peut jamais reconquérir les gens.” Il enlève alors toutes les premières pages et débute l’histoire au moment où il comprend que c’est réellement fini.

ENTENDU SUR EUROPE 1
Desproges disait : “J’aime les histoires d’amour qui se terminent mal”
“Des passions qui transcendent l’amour”. Comme Nicolas Rey, certains grands noms se sont servis d’amour et de souffrance pour écrire, comme Alfred de Musset et George Sand, dont l’histoire est retranscrite dans l’ouvrage qu’il publie aujourd’hui. Une histoire heureuse n’a pas d’intérêt littéraire selon Nicolas Rey, “sinon ce n’est pas une histoire d’amour”. “C’est un conte de fées, ça fait chier tout le monde”, considère-t-il. “Desproges disait : ‘J’aime les histoires d’amour qui se terminent mal. Ce sont les plus belles car ce sont celles qui ressemblent le plus à la vie’ et je trouve ça très juste.”

À travers ces couples, Nicolas Rey a néanmoins découvert que “ce qu’il y a de magnifique, c’est quand il y a des passions qui transcendent l’amour” : science pour les Curie, la littérature pour Henry Miller et Anaïs Nin, la peinture pour Frida Kahlo et Diego Rivera ou encore la philosophie avec Sartre et Beauvoir. En tout, ce sont 69 grandes épopées amoureuses – pas toujours maudites – qui sont retracées et illustrées de photos et de textes dans cet ouvrage publié aux éditions La Martinière.

 

Nicolas Rey dans Le Figaro pour “Amour, les plus belles histoires”

Chaque matin, un petit peu d’eau de jouvence, une petite goutte, bips ! de Daphné Bûrki, ça ne peut pas vous faire de mal. Bien entourée – on pense en particulier à Ariel Wizman, la caution culturelle qui ne déçoit jamais -, l’animatrice nous cause actualité du jour, conso, art de vivre, etc., bref, « Bonjour la France » est un joyeux fourre-tout. À ll heures, un invité pointe son nez. Mardi, nous avons eu le plaisir d’écouter Nicolas Rey. On se demandait ce qu’il était devenu. Nicolas Rey est un bel écrivain, une belle plume délicate et fragile qui s’est usée jusqu’à la corde dans des histoires d’amour qui lui ont joliment, élégamment, déboutonné l’âme. L’amour est ce genre d’exercice qui ne pardonne pas. On le croit une digue, il n’est qu’une baïne. Il nous revient avec un beau livre, comme on dit, Amour, les plus belles histoires (Éditions de la Martinière), un vrai cadeau de Noël. Soixante-neuf histoires en tout. George Sand et Alfred de Musset, Romain Gary et Jean Seberg, Edith Piaf et Marcel Cerdan, Jean Gabin et Michèle Morgan, JFK et Marilyn, Federico Fellini et Giulietta Masina, Alain et Catherine Robbe-Grillet, Amy Winehouse et Pète Doherty… On en a pour notre bourse. Mais, reprenant Jacques Dutronc, notre écrivain a laissé Poiret à Serrault, Laurel à Hardy, les oeufs à la coque, Goldwyn à Metro, la clé à molette, Bouvard à Pécuchet, Gault à Millau, le tire à bouchon, Milou à Tintin, Johnny Hallyday, la main au panier… Nicolas Rey a la voix chevrotante de l’homme des nuits déchirées qu’il a tellement arpentées. Cite d’emblée Pierre Desproges : «J’aime les histoires d’amour qui se terminent mal. Elles sont les plus belles car elles sont celles qui ressemblent le plus à la vie. Sinon ce sont des contes de fées et ça f ait chier tout le monde. » Ce n’est pas faux, ce n’est pas vrai. Chers lecteurs, on y reviendra…

Anthony Palou

Laurence Masurel sur France 3 pour “Jacques Chirac, les coulisses d’un destin”, chez La Martinière

Retrouvez l’émission en replay

Jacques Chirac figure aujourd’hui parmi les personnalités politiques préférées des Français. Pour autant, que sait-on réellement de la vie de celui qui est parvenu à se hisser jusqu’aux plus hautes fonctions de l’État ? Cet ouvrage ouvre pour la première fois les portes de la maison Chirac. Mêlant confidences, récit journalistique et plus de 250 photographies, on découvre les coulisses du pouvoir pendant un demi-siècle, à la Mairie de Paris, à l’Élysée, et dans l’intimité d’une famille au pouvoir. Jusqu’à l’achèvement d’une présidence de douze ans dont on se souvient aujourd’hui avec nostalgie. La journaliste Laurence Masurel revient sur le parcours politique de cet homme exceptionnel. Elle nous raconte ses combats mais aussi son goût pour les voyages ou les arts premiers. En contrepoint, Éric Lefeuvre, photographe personnel de Jacques Chirac pendant plus de trente ans, nous livre des images émouvantes laissant affleurer la personnalité intime du Président. Ensemble, ils ont réuni souvenirs et photographies afin de réaliser un portrait hors du commun.

Laurence Masurel a rencontré Jacques Chirac pour la première fois en 1972, à 24 ans. Journaliste, éditorialiste politique, ancienne rédactrice en chef de Paris Match en charge du service politique, elle a suivi tous les hommes et femmes politiques qui ont fait l’histoire depuis une trentaine d’années. Auteur de très nombreux articles et livres, elle a récemment publié aux Éditions de La Martinière La France est ingouvernable (2017).

Éric Lefeuvre a réalisé sa première image de Jacques Chirac, à tout juste dix-huit ans, le 1er mai 1984. Nommé photographe du maire de Paris et du mensuel d’information Ville de Paris en 1989, puis photographe privé du chef de l’État en 1995, il a suivi durant trente ans le quotidien de Jacques Chirac, aussi bien en France qu’à l’étranger. Historienne de formation, Laurence Masurel est journaliste et éditorialiste politique. Ancienne rédactrice en chef de Paris Match en charge du service politique, elle a suivi tous les hommes et femmes politiques qui ont fait l’histoire depuis une trentaine d’années. Auteur de très nombreux articles, elle a également publié Nos princes mis à nu (Plon, 1997) et Le Duel (Gutenberg, 2006). Éric Lefeuvre a réalisé sa première image de Jacques Chirac le 1er mai 1984, à tout juste dix-huit ans. Nommé photographe du Maire de Paris et du mensuel d’information “Ville de Paris” en 1989, puis photographe privé du Chef de l’État en 1995, il a suivi le quotidien durant près de vingt ans de celui qui fut successivement Premier ministre, maire de Paris, candidat et, enfin, président de la République. Éric Lefeuvre est l’auteur de Chirac intime (Plon) en 2007.

Régis Le Sommier invité de C à vous pour “Les mercenaires du calife”

Avec Patrick Cohen, Pierre Lescure, Maxime Switek, Anne-Laure Bonnet, Marion Ruggieri, Samuel Laurent. Anne-Élisabeth Lemoine, accompagnée de Jean-Michel Aphatie, Pierre Lescure, Mélanie Taravant et Maxime Switek reçoit :

– Me Henri Leclerc, avocat pour son livre « La parole et l’action – mémoire d’un avocat militant » aux éditions Fayard.

– Régis Le Sommier, directeur adjoint de Paris Match pour son livre « Daech, l’histoire » aux éditions La Martinière.

– Sylvie Pierre-Brossolette, membre du CSA chargée du droit des femmes.

Europe 1 Social Club : “Quel avenir pour Daech ?”, avec Régis Le Sommier

Frédéric Taddeï, première heure : le débat d’Europe soir sur des sujets d’actualité, met face à face des politiques, des journalistes et des intellectuels que l’on n’entend pas ailleurs.

Invités :
Wassim Nasr, Journaliste à France 24et chercheur spécialiste du Moyen-Orient et des mouvements djihadistes. Auteur de « Etat islamique . Le fait accompli » (Plon, 2016). Agnès Levallois, Consultante spécialiste du Moyen-Orient. Vice-présidente de l’iReMMO (institut de recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient). Chargée de cours à SciencesPo et l’ENA. Régis Le Sommier -Grand Reporter et directeur adjoint de Paris Match. Auteur de « Les mercenaires du calife » (La Martinière, 2016). Frédéric Pichon,Géopolitologue, spécialiste du Moyen-Orient. Auteur de « Syrie, une guerre pour rien » (Les Editions du Cerf, 2017).

Nicolas Rey dans “Bonjour la France” sur Europe 1 pour “Amour, les plus belles histoires”, éditions La Martinière. 

L’écrivain était dans “Bonjour la France” à l’occasion de son nouveau livre, “Amour, les plus belles histoires”.

Dans son dernier ouvrage, Amour, les plus belles histoires, Nicolas Rey s’intéresse aux histoires d’amour de couple mythique, toutes générations et univers confondus. 69 histoires au total. Dans Bonjour la France, l’écrivain a livré les détails d’une d’entre elles : “la rencontre dingue” entre Romain Gary et l’actrice Jean Seberg.

Le culot de Romain Gary. “À l’époque, Romain Gary est Consul de France aux Etats-Unis. Lors d’un dîner, il voit Jean Seberg débarquer avec son jeune mari”, raconte Nicolas Rey. À l’époque, la comédienne est en pleine ascension car À bout de souffle, de Jean-Luc Godard et dans lequel elle joue, fait un carton. Romain Gary invite le couple à sa table et s’adresse au mari avec une demande bien particulière : “j’aime beaucoup vos chaussures, est-ce que je peux les essayer ?”. Romain Gary insiste : “je veux vraiment essayer vos chaussures”.

L’auteur de La promesse de l’aube les essaie et elles lui vont. “Ensuite, pendant tout le dîner, Romain Gary va dévisager Jean Seberg et inversement. À la fin du repas, Romain Gary se lève, tend sa main à Jean Seberg qui la prend et il dit alors au mari : ‘maintenant que j’ai essayé vos chaussures, je vais prendre votre femme’ ; et ils sont partis ensemble”, explique Nicolas Rey. Une rencontre culottée, digne des plus grands romans. Ils resteront ensemble de 1962 à 1970, se marieront et auront un enfant : Alexandre Diego.

Extrait 

Lola Marois dans Le Figaro pour “Bad Girl”

Trash et cynique, Lola Marois (Plus belle la vie) n’a pas peur de choquer

En cinq mois, Lola Marois est devenue un visage familier pour les fidèles de Plus belle la vie (France 3) avec son personnage d’Ariane. 2017 la voit également publier un premier roman sulfureux…

La relation passionnée entre Boher et Ariane ne laisse guère de doutes. Ce couple-là est manifestement fait pour durer dans Plus belle la vie. Ce que confirme Lola Marois, l’interprète de la jeune flic, arrivée à la fin du printemps dans le feuilleton. «Je vais repartir en tournage mi-novembre, je sais qu’il y aura effectivement une histoire entre Jean-Paul et Ariane, mais aura-t-elle un avenir durable? C’est difficile à dire… On sait simplement qu’il y aura une nouvelle arche narrative amoureuse», confie la comédienne. Lola Marois a rapidement pris ses marques dans le quartier du Mistral. «Je me sens très bien, explique-t-elle, et peu importe si mon personnage n’emporte pas l’adhésion de tous les téléspectateurs. Ariane est un peu hors du commun, elle n’est pas lisse. Elle est dans la continuité de ce que je suis, je ne crains pas de choquer, ce n’est pas quelque chose qui me fait peur.»

Lola Marois le prouve avec un premier roman sulfureux, Bad Girl (Hugo Roman), ou l’histoire sans fard d’une jeune escort girl très sexe, drogue et rock’n roll. «J’avais envie d’écrire là-dessus, de laisser aller mon côté cynique, un peu dur, trash. Mais son activité n’est pas finalement au centre de l’intrigue. C’est aussi une manière détournée de traiter d’autres sujets qui me tenaient à cœur, comme le temps qui passe, l’âge pour une femme, les traumatismes liés à l’enfance. J’ai écrit Bad Girl de manière nerveuse, comme si j’avais une caméra sur l’épaule. Ce serait un rêve pour moi de le voir adapter en téléfilm ou au cinéma.»
Avec ses scènes très hard et son langage tout aussi cru, ne craint-elle pas de scandaliser des lecteurs venus de Plus belle la vie? «Le public de PBLV est un public averti, le feuilleton n’hésite pas à montrer du doigt, à mettre en exergue des choses qui ne sont pas toujours très jolies et morales. Dans le nouveau roman que j’écris, Chronique d’une vie parisienne, ce sera un peu plus sage, avec plein de personnages, un peu à la Klapisch. Mais il y aura quand même des scènes un peu crues parce que c’est comme ça que je suis. Le sexe fait partie de la vie aussi bien que d’autres choses.»

Lola Marois ne se cantonne pas à Plus belle la vie. «Je serai au cinéma en mars 2018 dans Les Dents, pipi et au lit, une comédie familiale avec Arnaud Ducret et Louise Bourgoin. Je m’apprête aussi à tourner une série pour Canal+ avec les Déguns, des mecs d’une cité de Marseille qui me font bien marrer et qui cartonnent sur YouTube. J’espère qu’ils m’inviteront aussi sur leur film.»

Retrouver l’article sur Le Figaro

Éric Lefeuvre dans VSD : « Le président a toujours souhaité que l’on soit bref et concis »

« Le président a toujours souhaité que l’on soit bref et concis », précise le photographe Éric Lefeuvre, « ombre » de Chirac depuis son accession à la Mairie de Paris. Époque à laquelle il a commencé à courir derrière « le grand », à raison de « trois enjambées pour une ». Lui aussi assure que si le vieil homme qui fêtera ses 85 ans le 29 novembre « ne court plus le 100 mètres, il est bien mieux qu’il ne l’a été ». De fait, en septembre 2016, l’ancien président avait été rapatrié en urgence du Maroc en raison d’une infection pulmonaire qui aurait pu dégénérer en embolie. « C’est un roc. Il est parvenu à vaincre cette maladie, se réjouit Éric. Et, depuis, tout fonctionne. Il n’y a aucune raison pour que la machine s’enraye, d’autant qu’il ne sort plus guère. »

Retrouvez l’article

Lola Marois-Bigard interviewée par La Provence : “De la comédie dans Plus Belle la Vie à l’écriture d’un premier roman”

Elle est l’une des nouvelles recrues de la série Plus Belle la vie diffusée sur France 3. Lola Marois, la femme de Jean-Marie Bigard, a fait ses premiers pas en juin au Mistral dans le rôle d’Ariane, “une flic syndicaliste, xénophobe, ex de Boher”. “Ce rôle m’avait beaucoup interpellée sur le papier, j’ai eu la rage de le décrocher plus que jamais”, explique la comédienne.

Lola Marois-Bigard a pour autre passion l’écriture. En 2013, elle publiait À demain mes amours…, un récit intime sur le combat mené pour ses jumeaux nés grands prématurés. Ce mois-ci, est sorti son premier roman Bad Girl chez Hugo Roman. Elle y dévoile une plume amère et crue sur le parcours d’Enja, tombée pour l’amour de l’argent dans la prostitution.

Après le récit “À demain mes amours…”, que vous a permis la fiction ?

Ce sont deux exercices totalement différents. Ecrire un roman est très excitant, on peut vraiment laisser aller sa plume, la mienne est plutôt libertaire, amère, acide. On ne peut pas se laisser aller aussi facilement dans le témoignage, j’écrivais sur mes enfants, je me devais de me contenter des faits. Avec le roman, j’ai pu écrire comme j’avais envie, faire part d’un petit cri, d’une mélancolie.

Qui est Enja ?

Depuis l’adolescence, c’est un personnage qui déborde de féminité, d’animalité et de sensualité, elle ne s’est jamais sentie à sa place. On lui a volé son enfance, son adolescence, c’est un personnage qui a démarré la vie un peu du mauvais pied, malgré elle.

Quel prénom étrange, d’où cela vient-il ?

Enja, c’est le prénom que portait une fille qui était dans mon pensionnat au lycée. Cette fille a exercé sur moi une sorte de fascination, je la trouvais magnifique. J’ai donné ce prénom étrange à mon héroïne, parce qu’elle est en dehors des codes, marginale. Elle est un volcan, indomptable.

Qu’est-ce que ce personnage a de vous ?

Je crois que ce roman comporte beaucoup de mes angoisses, de mes peurs liées à la vie, c’est une manière de les exorciser. A la différence de mon héroïne, la comédie m’a sauvée de tout, ma vie de famille aussi. Elle, ses passions sont l’argent, l’amour, la séduction. Enja a un côté “dark”, autodestructeur que je peux avoir. Je la vois comme une Emma Bovary des temps modernes. J’ai moi aussi toujours été une rêveuse, mais ça prend du temps de réaliser ses rêves, autant de temps qu’on ne passe pas à se détruire. J’aurais pu prendre une mauvaise direction comme Enja, connaître les mêmes affres de la nuit. Mais j’avais le théâtre, la comédie, la littérature… Ça aide à donner un sens à sa vie.

Votre écriture est très “crue”. Avez-vous cherché à faire réaliste ?

Je ne pense pas que je recherchais quelque chose en particulier, en tout cas il n’y avait pas de recherche d’un style à proprement parler. J’écris comme je suis et comme je vois la vie, de manière dure et violente.

Vous avez écrit “Bad Girl” sur trois ans…

Oui ! J’espère que je ne prendrais pas toujours autant de temps. (Rires) J’ai utilisé ce temps pour écrire, réécrire, j’ai fait face aux refus de maisons d’édition, il y a eu beaucoup de versions différentes. L’écriture d’un roman est un long périple que l’on vit seule, ce n’est pas une période facile.

Et pourtant, vous vous êtes déjà relancée dans l’écriture ?

Il faut que je prenne le temps d’aménager mon esprit à l’écriture. Je sors d’une intrigue très importante dans PBLV et en effet, oui, je suis sur un nouveau roman, qui sera différent. Ce sera le mélange de nouvelles intitulées “Chroniques d’une vie de Parisienne”. Cette fois je me mets dans la peau de pleins de gens, même d’un chien !

Considérez-vous l’écriture comme le prolongement de la comédie ?

Oui on peut dire ça ! Quand j’écris je ne peux pas m’empêcher de voir les images, d’imaginer ce que ce serait en film. Ce roman aurait pu être un scénario, il est très dialogué.

Auriez-vous envie d’adapter votre roman ?

Oh oui ! J’adorerais.

Dans le processus de création, votre mari, Jean-Marie Bigard, est-il intervenu ?

Mes proches ont été le prolongement de mon bras, c’est sûr. Je lisais les choses que j’écrivais au fur et à mesure à mon mari, à la maison. Je me sentais moins seule et, encouragée, ça m’a aussi donné envie de continuer.

“Bad Girl” de Lola Marois chez Hugo Roman, 15€

Recueilli par Isabelle Appy

Retrouvez l’article sur le site de La Provence

Nicolas Rey : “Amour, les plus belles histoires” (éd. La Martinière)

69 histoires d’amour, de George Sand et Alfred de Musset à Amy Winehouse et Pete Doherty.

Écrivain et scénariste, Nicolas Rey a publié neuf romans – dont le très remarqué Un léger passage à vide décrivant les affres de l’alcoolisme – et, dernièrement, un recueil de nouvelles aux Éditions de La Martinière, Des nouvelles de l’amour. Il a reçu le prix de Flore pour son second roman Mémoire courte, publié aux éditions Au Diable Vauvert en 2000. Chroniqueur dans diverses émissions, à la télévision et à la radio (Culture et Dépendance, Tam Tam etc., En aparté, Un café et l’addition, Starmag, Le Grand Mag, Touche pas à mon poste !), il s’est aussi tourné vers le cinéma. Il a joué son propre rôle dans L’amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder. Il a co-écrit avec Emma Luchini La Femme de Rio – dans lequel il joue – qui a été couronné du César du meilleur court-métrage en 2015. Il donne également des lectures musicales dans toute la France. Dans Amour, les plus belles histoires, il revient sur un thème qui lui est cher : le sentiment amoureux. S’il lui est arrivé de dépeindre ” la triste mécanique des couples qui s’aiment, se lassent et se laissent “, c’est ici à une célébration de l’amour qu’il nous invite, en convoquant 69 couples mythiques, toutes générations et tous univers confondus.

Laurence Masurel : “Jacques Chirac – Coulisses d’un destin” (éd. La Martinière)

Jacques Chirac figure aujourd’hui parmi les personnalités politiques préférées des Français. Pour autant, que sait-on réellement de la vie de celui qui est parvenu à se hisser jusqu’aux plus hautes fonctions de l’État ? Cet ouvrage ouvre pour la première fois les portes de la maison Chirac. Mêlant confidences, récit journalistique et plus de 250 photographies, on découvre les coulisses du pouvoir pendant un demi-siècle, à la Mairie de Paris, à l’Élysée, et dans l’intimité d’une famille au pouvoir. Jusqu’à l’achèvement d’une présidence de douze ans dont on se souvient aujourd’hui avec nostalgie. La journaliste Laurence Masurel revient sur le parcours politique de cet homme exceptionnel. Elle nous raconte ses combats mais aussi son goût pour les voyages ou les arts premiers. En contrepoint, Éric Lefeuvre, photographe personnel de Jacques Chirac pendant plus de trente ans, nous livre des images émouvantes laissant affleurer la personnalité intime du Président. Ensemble, ils ont réuni souvenirs et photographies afin de réaliser un portrait hors du commun.

Laurence Masurel a rencontré Jacques Chirac pour la première fois en 1972, à 24 ans. Journaliste, éditorialiste politique, ancienne rédactrice en chef de Paris Match en charge du service politique, elle a suivi tous les hommes et femmes politiques qui ont fait l’histoire depuis une trentaine d’années. Auteur de très nombreux articles et livres, elle a récemment publié aux Éditions de La Martinière La France est ingouvernable (2017).

Éric Lefeuvre a réalisé sa première image de Jacques Chirac, à tout juste dix-huit ans, le 1er mai 1984. Nommé photographe du maire de Paris et du mensuel d’information Ville de Paris en 1989, puis photographe privé du chef de l’État en 1995, il a suivi durant trente ans le quotidien de Jacques Chirac, aussi bien en France qu’à l’étranger.

Bertil Scali interviewé par Technikart au sujet de la pétition lancée par Litcom

Bertil Scali, directeur de l’Agence Littéraire de Communication Litcom, milite pour que se développe le mécénat à destination des auteurs.

Vous souhaitez que l’on considère les manuscrits comme des œuvres d’art et les écrivains comme des artistes contemporains ?

Il n’existe pas d’équivalent à la disposition en faveur des artistes contemporains permettant à une société de bénéficier d’une réduction d’impôt lorsqu’elle achète une œuvre à un artiste vivant. Nous demandons d’accorder aux œuvres littéraires le même statut qu’à toutes les œuvres d’art. Ainsi, à l’instar de tous les autres artistes, les écrivains pourront eux aussi bénéficier directement de l’aide de sociétés privées investies dans le soutien de l’art et de la culture en général. Quelle différence, en effet, entre la démarche du plasticien, du photographe, du vidéaste ou du peintre, qui œuvrent dans leur atelier, et celle de l’écrivain qui cisèle son texte au stylo sur une feuille de papier – ou même sur son ordinateur ? Aucune : chacun travaille à faire jaillir une œuvre de son imagination à l’attention du plus grand nombre. Le manuscrit d’un poète, d’un romancier est une œuvre à part entière, tout autant qu’un tirage, une sculpture, une toile, une photo ou une vidéo d’artiste. En faisant bénéficier à l’écrivain d’un statut d’artiste, en étendant à l’œuvre littéraire les avantages de l’œuvre d’art, les auteurs littéraires pourront ainsi, eux aussi, bénéficier du soutien de ceux qui souhaitent participer au rayonnement de la langue et de la culture françaises. Les auteurs, qui comptent parmi les professions les plus précaires qui soient, pourront ainsi bénéficier des mêmes avantages que leurs confrères artistes.

Le mécénat au profit d’écrivains est-il vraiment nouveau ?

Pas tout à fait. Le mécénat d’écrivain est plutôt une tradition ancienne récemment interrompue. Au XVIIe siècle, par exemple, Jean de La Fontaine, Jean Racine et Molière n’auraient jamais pu écrire leurs chefs-d’œuvre s’ils n’avaient pas rencontré de mécènes. Nicolas Fouquet, la duchesse d’Orléans, Madeleine de La Sablière puis la maison des Hervart, une famille de banquiers, ont permis à Jean de La Fontaine d’écrire ses fables en finançant ses travaux d’écriture. Jean Racine et Molière ont été sous la protection de Louis XIV. Nul doute que la réputation du Roi soleil – la plus grande marque de son époque ! – ne doive sa prestigieuse réputation à personne d’autre qu’à ces grands écrivains, ainsi qu’aux autres grands artistes de son règne : Le Brun pour la décoration, Le Nôtre pour les jardins, Lully pour la musique et Mansard pour l’architecture, pour n’en citer que quelques-uns. Diderot a été financé par Catherine II de Russie, Comment se fait-il, alors, que les écrivains, autrefois financés par des donateurs – ou monarques, en l’occurrence – éclairés, ne reçoivent plus de soutien financier comme leurs confrères peintres ou plasticiens ? Probablement parce que l’on a cru un temps qu’ils pourraient vivre de leurs droits d’auteur. Ceci est à la fois vrai et faux. Ils touchent des droits d’auteur. Mais jamais suffisamment pour se consacrer pleinement à leur œuvre. Nous militons donc pour que les écrivains retrouvent le statut d’artistes dignes de mécénat, au même titre que les grands artistes plasticiens. Nous militons également pour que l’on fasse appel à la créativité, à la qualité et à l’originalité de leur production d’écrivains pour les campagnes communication, comme c’est depuis longtemps l’usage pour les photographes ou vidéastes.

Les auteurs doivent-ils se cacher s’ils sont rémunérés par des marques, des mécènes, des institutions ?

De quoi se défendraient-ils ? Les artistes plasticiens qui créent une œuvre pour une marque sont rémunérés. Il ne doit pas en aller différemment pour un écrivain. Des stéréotypes culturels tendent à mettre la littérature sur un piédestal et à enfermer l’écrivain dans une tour d’ivoire, comme s’il vivait loin de toutes contingences matérielles et à l’abri des enjeux commerciaux. Hélas pour eux, non… Le livre est un produit, culturel certes, mais un produit tout de même et être écrivain est un métier, dont il est préférable de pouvoir vivre. Pire, l’écrivain, comme un artiste plasticien, doit pouvoir dégager un maximum de temps libre pour pouvoir créer. La question de la rémunération ne nous semble donc pas être un obstacle, mais plutôt un tabou qu’il est nécessaire de lever.

 

La pétition

Je souhaite que l’on accorde aux œuvres littéraires le même statut qu’aux œuvres d’art contemporain, ainsi, à l’instar de tous les autres artistes, les écrivains pourront eux aussi bénéficier directement de l’aide de sociétés privées investies dans le soutien de l’art et de la culture en général.

Litcom lance une pétition pour la défense des écrivains : “Accordons aux œuvres littéraires le même statut qu’aux autres œuvres d’art contemporain”

Pour la littérature – l’un des six arts majeurs depuis l’Antiquité –, il n’existe pas de disposition équivalente à celle qui permet à une entreprise de bénéficier d’une réduction d’impôt lorsqu’elle commande l’œuvre d’un artiste vivant.
L’écrivain est pourtant bien un artiste contemporain à part entière. Quelle différence, en effet, entre la démarche du plasticien, du photographe, du musicien, du vidéaste, qui œuvrent dans leur atelier ou leur studio, et celle de l’écrivain qui cisèle son texte au stylo sur une feuille de papier ou sur son ordinateur ? Aucune : chacun travaille à faire jaillir de son imagination une œuvre à l’attention du public. Le manuscrit d’un poète, d’un romancier, d’un dramaturge est bien une création originale, tout autant qu’une sculpture, une toile, une photo ou une vidéo d’art.
Nous demandons donc que l’on étende à l’œuvre littéraire les avantages des autres œuvres d’art. Ainsi, les sociétés qui souhaitent participer au rayonnement de la langue et de la culture françaises pourront directement soutenir les auteurs de leur choix.
De cette façon, le métier d’écrivain, souvent exercé dans une grande précarité (nul régime de chômage ou d’intermittence), pourra bénéficier d’un soutien identique à celui dont disposent déjà les autres professions artistiques.
Cette pétition sera remise à:
Madame la Ministre de la Culture
Françoise Nyssen

Patrick Eudeline sur RTS : “La rébellion peut être aussi un poids”

Après avoir été roses ou noires, les panthères sont désormais grises… C’est le constat de Patrick Eudeline, dans son 11e livre, “Les Panthères grises” publiées aux éditions La Martinière. Un roman qui figure dans la première sélection du prix de Flore.
Et sous la plume de Patrick Eudeline, il ne fait pas bon prendre de l’âge quand on a été un rockeur. “Le Rock’n’roll vous apprend beaucoup de choses. Sauf à vieillir”, écrit-il dans ce livre dont le propos central est une réflexion sur l’état du monde. Une fois la jeunesse évaporée lui succède un inexorable déclin, surtout quand on a été rockeur, brigand ou idéaliste: “Des races condamnées par le progrès. Des martyrs de l’évolution”.

Ces lignes pour le moins désabusées sont signées par l’une des figures mythiques du punk rock et de l’underground français, l’un des plus purs dandys parisiens, une plume reconnue du magazine Rock&Folk et du journalisme gonzo en général (journalisme ultra subjectif à la première personne), une plume qui a électrisé le monde des lettres dès 1997, avec un premier roman “Ce siècle aura ta peau”.

“Les Panthères grises”, clin d’œil à une époque défunte

Patrick Eudeline est le seul survivant de son groupe punk Asphalt Jungle fondé en 1977. Et peut-être faut-il voir dans ses “Panthères grises” un clin d’œil à cette époque défunte. Puisque, dans ce roman de facture assez classique qui se déroule en deux parties, figure parmi les personnages, Guy, un ancien rockeur devenu grand-père et qui dépérit de ne plus jouer, comme de vivre à une époque qu’il juge inculte. Il y a aussi Patrick, un idéaliste qui a cru dans les mouvements maoïstes, puis communistes. Et puis, devenu vieux, il a espéré revivre grâce à Nuit Debout, un mouvement qui a fini par se terminer, comme tout le reste.

Comme une ultime tentative pour se sentir vivant, il a essayé de faire partie des insoumis de Mélenchon, mais ce sont les insoumis qui n’ont pas voulu de lui. A ces deux personnages s’ajoute Nadir, un ancien bandit, un gangster à l’ancienne qui ne jure que par l’honneur.

Un braquage pour se sentir vivant

Dans la deuxième partie du livre, ces trois hommes vont se rencontrer par une série de coïncidences. Et très vite, ils décident de faire un casse, de piquer les diamants d’une star américaine de passage à Paris… Histoire de se sentir vivants.

La motivation n’est pas vraiment l’argent, mais, pour ces hommes vieillissants – qui ont été mais qui ne sont presque plus rien – et qui ne comprennent plus l’époque contemporaine, il s’agit d’avoir un but, quelque chose à accomplir, une montée d’adrénaline.

Voir l’article et les vidéos sur RTS